Eléments de socio-écologie végétale

par Henry Brisse et Patrice de Ruffray

Octobre 2010

 

PLAN

 


Avant-propos

Introduction

Changement de paradigme

 

1.  DONNEES

1.1. Sources documentaires

1.2. Nomenclature floristique

1.3. Relevés et tableaux phytosociologiques

1.4. Localisation des relevés

1.5. Syntaxonomie

1.6. Bilan des données

 

2.  METHODES

2.1. Caractérisation socio-écologique des plantes

2.1.1. Fidélités des plantes aux plantes

2.1.2. Tableau carré des fidélités, source des caractérisations socio-écologiques

2.1.3. Limitation de l’effet du sur-échantillonnage des relevés

2.2. Caractérisation socio-écologique des relevés

2.3. Classifications socio-écologiques des plantes et des relevés

 

3.  RESULTATS

3.1. Gestion du tableau des fidélités des plantes aux plantes

3.1.1. Catalogue des plantes discriminantes

3.1.2. Catalogue des plantes socio-écologiquement similaires

3.2. Gestion du tableau des fidélités moyennes, milieux des relevés

3.2.1. Flore probable

3.2.2. Réécriture socio-écologique des relevés phytosociologiques

3.3. Classification socio-écologique des plantes

3.3.1. Résultat numérique d’une classification de plantes

3.3.2. Expression de la classification : les dendrogrammes

a) Dendrogramme des individus

b) Dendrogrammes des groupes de plantes : les phytotypes

3.3.3. Conclusion sur la classification des plantes

3.4. Classification socio-écologique des relevés

3.4.1. Classification des relevés d’une région : exemple de la Corse

a) Extraction des relevés

b) Classification

c) Conclusion

3.4.2. Classification des relevés de France rassemblés en noyaux

a) Dendrogramme des 11.365 noyaux, résumés par 890 mésotypes

b) Conclusion

3.5. Comparaison de tableaux socio-écologiques et synoptiques correspondants

 

4.  CONCLUSION

5.  BIBLIOGRAPHIE

6.  RESUME

7.  MOTS CLES

 

2

2

3

 

6

6

7

7

12

14

14

 

14

15

15

15

16

16

16

 

17

17

18

18

20

20

21

23

23

24

24

29

41

41

42

42

42

60

60

61

67

68

 

73

74

75

75

 

 

 


Avant-propos

 

            L’exposé ci-dessous fait référence à la banque de données botaniques et écologiques appelée « SOPHY » (comme PHYtoSOciologie) hébergée à l’Université Paul Cézanne de Marseille (France). Les nombreux types de résultats cités ci-dessous pourront être complétés en consultant le site correspondant :     http://sophy.univ-cezanne.fr/sophy.htm

 

            La banque SOPHY a été réalisée par trois ingénieurs du CNRS, Gilles Grandjouan, Patrice de Ruffray et Henry Brisse, depuis les années 70. Elle a débuté par la mise au point conceptuelle puis informatique de la notion d’écologie des plantes vis-à-vis de caractères écologiques explicites, les données climatiques, puis elle a été généralisée en utilisant des caractères écologiques implicites, les plantes des relevés phytosociologiques.

 

            Le lecteur doit avoir présent à l’esprit que les données proviennent du thésaurus des relevés effectués par les phytosociologues en France et dans les contrées environnantes. Les résultats obtenus sont la conséquence des notions utilisées et de leur application systématique aux données rassemblées.

 

NB. Les résultats présentés ci-dessous ont été obtenus durant les années 2007 à 2010, c’est pourquoi les nombres de relevés, de plantes ou d’indices de variables peuvent sembler discordants, mais cela n’entache en rien la nature des résultats.

 

Introduction

 

La socio-écologie est fille de la phytosociologie : elle réalise le lien entre la phytosociologie et l’écologie végétale. Elle en utilise les données, les fondements et poursuit les mêmes buts. Ses voies sont différentes et son vocabulaire également pour éviter des confusions. Utilisant l’informatique à toutes les étapes du travail, ses résultats sont plus systématiques, plus généraux, plus nombreux, plus complets, plus précis et plus stables : ils ouvrent la voie à de nombreux autres travaux.

 

Déjà en 1918, pour BRAUN-BLANQUET cité par J. PAVILLARD (1935), le cantonnement d’une espèce dans un groupement, c’est-à-dire la notion de fidélité, devenait le fondement devant définir les espèces caractéristiques des groupements. Concernant la flore, le même PAVILLARD indiquait qu’il ne suffit pas de compter les plantes, mais de les peser. Et « l’idéal serait sans doute, (…) de pouvoir déterminer la valeur sociologique intégrale de chacune de ces espèces (…) (ALLORGE, 1922 ; LÜDI, 1928) ». En outre, depuis les débuts de la phytosociologie, les botanistes ont conscience de l’importance de l’abondance des plantes puisqu’ils la note dans leurs relevés, mais elle reste de fait pratiquement inexploitée dans les traitements numériques.

 

Or, il suffit de parcourir les notices phytosociologiques récentes (LAHONDERE, 1997 ; MEDDOUR, 2008 ; ROYER, 2009) ou différentes publications de phytosociologie utilisant des procédés numériques lors des synthèses (ROUX et ROUX, 1967 ; BEGUIN, RITTER et ROUX, 1974 ; LACOSTE, 1975 ; etc.) pour être convaincu du réel besoin de la discipline lors de l’utilisation de méthodes de calcul adaptées à ses données et à ses hypothèses, aux rangs desquelles la fidélité est prépondérante, mais aussi la caractérisation socio-écologique des plantes incluant leur abondance.

 

Lors de l’introduction des méthodes numériques en écologie végétale, l’écologiste a dû définir ce qu’il entendait par « lien entre les êtres vivants et le milieu » afin d’en faire la traduction pour les programmes informatiques. Il ne suffit pas en effet de juxtaposer des noms de plantes et des variables du milieu pour faire de l’écologie : il faut mesurer le lien qui existe possiblement entre ces deux ensembles de données. Ce lien est la probabilité que la plante indique le milieu. Cette probabilité n’est autre chose que la fidélité de la plante, soit par exemple à un groupement végétal, soit à une classe de variable climatique ou édaphique, soit même à une plante qui pourrait être considérée comme une indicatrice du milieu. C’est ce qu’a montré Gilles Grandjouan en 1982, dans sa thèse intitulée « Une méthode de comparaison statistique entre les répartitions des plantes et des climats ». La mesure du lien entre plantes et variables correspond aux souhaits de Braun-Blanquet et Pavillard consistant à « peser les plantes » et à en déterminer la « valeur sociologique intégrale ». Dans une autre publication (BRISSE et GRANDJOUAN, 1980) nous avons montré que la valeur indicatrice des plantes augmentait généralement avec celle de l’abondance.

 

Pourtant, les phytosociologues, qu’ils construisent des tableaux à la main ou de façon numérique, n’indiquent jamais les valeurs des fidélités des plantes caractéristiques, ce qui est tout de même étonnant. Or souvent, ils travaillent dans des laboratoires où sont rassemblés des centaines voire des milliers de relevés pouvant constituer une banque de données phytosociologiques à partir de laquelle il aurait été possible de calculer ces valeurs.

 

Ainsi, les phytosociologues ont constitué une véritable mine d’or en accumulant et en publiant des centaines de milliers de relevés depuis bientôt un siècle et ils se privent d’une partie de ces informations qui sont pourtant à portée de main et qui pourraient les aider à dépasser leurs pratiques habituelles de synthèse, de présentation des résultats, tout en les complétant.

 

Cependant, le travail ci-dessous se heurte à trois obstacles récurrents 1°) celui de la phytosociologie qui traite les relevés et non les plantes ; 2°) celui de l'écologie qui caractérise une plante par son comportement envers des caractères physico-chimiques et non envers les autres plantes ; 3°) celui de la statistique qui traite les plantes et les relevés symétriquement, alors qu'une plante est un être vivant cohérent et qu'un relevé n'est qu'un échantillon de milieu. Ce sont ces trois obstacles que la socio-écologie se propose de dépasser.

 

Changement de paradigme pour l’écologie végétale en milieu naturel

 

La banque SOPHY apporte non seulement l’inventaire actuellement le plus complet de la flore spontanée en France, elle apporte aussi une nouvelle méthode pour en mesurer la signification écologique. Pour l’inventaire comme pour la méthode, la nouveauté a été rendue possible par le progrès de l’informatique depuis une trentaine d’années. Cette nouveauté est telle qu’on peut parler d’un changement de paradigme pour l’écologie végétale en milieu naturel, à commencer par un changement dans le choix du phénomène écologique initial à mesurer.

 

Le paradigme classique, floristique et géographique

 

Auparavant, le phénomène initial inventorié par l’écologie en milieu naturel était la coexistence des plantes dans les mêmes stations. La station était caractérisée par une liste de binômes latins, ainsi que par sa localisation et son environnement physique. Pour montrer l’effet du milieu sur la flore, la comparaison des stations se fondait essentiellement sur la comparaison des listes de binômes. Or, s’il est vrai que deux listes identiques correspondent généralement à deux milieux voisins, nous verrons plus loin que la différence entre deux listes ne mesure pas leur différence écologique, car un binôme n’est pas une mesure du milieu. L’ancien paradigme est donc floristique ; il est également géographique, parce qu’il caractérise prioritairement (et souvent exclusivement) les stations, qu’il considère ces stations comme des échantillons de territoire et qu’il exprime ses résultats par des cartes qui sont des images facilement intelligibles.

 

Un paradigme écologique

 

En revanche, le phénomène initial que mesure le paradigme utilisé par Sophy, ce n’est pas la coexistence des plantes, c’est la dépendance de chaque plante envers un caractère du milieu. La coexistence caractérise la station tandis que la dépendance caractérise la plante. Le paradigme écologique se fonde prioritairement sur la caractérisation des plantes. Rappelons-nous que l’écologie est une branche de la biologie et non de la géographie. Il est logique que son objet principal soit l’entité biologique que constitue une plante. Le critère de dépendance s’applique à toutes les branches de l’écologie. Ainsi, la dépendance d’une plante, mesurée envers le climat permet de caractériser son comportement climatique et de fonder la climatologie des plantes sur une base numérique. Mesurée envers les autres plantes, qui sont alors considérées comme des indices du milieu, la dépendance permet de fonder la socio-écologie, c’est-à-dire une sociologie des plantes ayant une base écologique et numérique. Sur ces deux branches de l’écologie, la phytoclimatologie et la socio-écologie, le site SOPHY présente des résultats numériques et graphiques. Il caractérise ainsi des milliers de plantes, une par une, puis groupe par groupe, grâce à des classifications qui hiérarchisent les phénomènes.

 

Le changement de paradigme provoque une discontinuité entre les résultats de type géographique ou floristique et les résultats plus spécifiquement écologiques. C’est pourquoi il fallait le signaler d’emblée. L’histoire de ce changement permettra de mieux le décrire, avant de présenter les résultats du paradigme écologique.

 

Passage d’un paradigme à un autre

 

Le développement d'une science ne se fait pas d'une façon linéaire mais plutôt d'une façon discontinue, buissonnante. Comme toutes les sciences, l'écologie végétale a émergé après le développement progressif des autres disciplines de la botanique. Il a fallu tout d'abord décrire et mettre un nom sur chaque être vivant et comprendre les liens qui les unissent. Ce furent le rôle de la nomenclature et de la systématique. Ces êtres vivants, ici nous parlerons des plantes, sont regroupés en communautés végétales, les communautés d’un même type faisant souvent coexister les mêmes espèces et se retrouvant dans des localités différentes.

 

Ce fut le rôle de la biogéographie de les étudier. Les biogéographes remarquèrent que les formations végétales qui se faisaient suite sur un même continent dépendaient des modifications climatiques qui s'y observaient. A une échelle régionale ils observèrent également que les formations végétales analogues se développaient dans des milieux analogues. Certains ont vu dans l'existence de ce lien la possibilité de connaître les milieux à travers la connaissance des plantes. Ce fut le rôle de la phytosociologie de décrire les groupements végétaux et d'indiquer les milieux dans lesquels on pouvait les observer. L'écologie végétale a ensuite pris le relais en vue d’expliquer le lien entre plantes et milieux. A cet effet, elle ajoute aux listes floristiques des phytosociologues la description des milieux et elle cherche à mesurer le lien entre ces deux éléments.

 

Dans chacune des disciplines évoquées, des évolutions puis des changements de paradigmes sont intervenus. En nomenclature, faisant suite aux noms vernaculaires des plantes, différant d'une région à l'autre, d'un pays à l'autre, est venu le temps de la diagnose latine de la plante, puis de la nomenclature binomiale. En systématique botanique, après les classifications artificielles telles celles fondées sur le nombre d'étamines, sont venues les classifications plus naturelles, multicritères. La biogéographie a évolué vers la phytosociologie fondée sur la plus petite unité biogéographique possible, la station, qui permettait une analyse des formations végétales à la fois qualitative et quantitative. L’écologie végétale a vu à son tour la nécessité d’effectuer sa révolution culturelle en procédant à un changement de paradigme. En effet, si l’écologie est bien, notamment, l’étude des relations entre plantes et milieux, curieusement elle omettait de quantifier les comportements écologiques des plantes. Cela provenait en particulier du fait qu’elle faisait suite à la phytosociologie qui privilégiait l’étude du milieu, donc des stations. Pas celle des plantes. Les comportements écologiques des plantes étaient simplement caractérisés par des mots tels que xérophile, mésophile, eutrophe, nitratophile, halophile, thermophile, calcicole, calcifuge, psammophile, etc. ELLENBERG (1974, 1979 et 1992), puis LANDOLT (1977) produisirent des catalogues écologiques des plantes concernant quelques variables (6) importantes pour la vie des plantes : vis-à-vis de chaque variable, chaque plante était affectée d’une note de 1 à 9 (12). Ces catalogues faisaient, somme toute, le bilan des connaissances écologiques empiriques des botanistes qui ont participé à leur élaboration.

 

Influence de l’informatique sur le changement de paradigme

 

Dans les années 70, deux phénomènes allaient faire progresser l’écologie végétale d’une façon décisive. D’une part l’apparition de l’informatique dans les Centres de Recherche et, grâce à elle, la possibilité d’élaborer de véritables banques de données botaniques. Dans les années 80, ces banques de données étaient déjà bien avancées. En France, deux banques de données phytosociologiques avaient été réalisées indépendamment (à Orsay et à Strasbourg), ainsi qu’une banque de données phytoécologiques (à Montpellier). Outre ces réalisations techniques, absolument indispensables, le traitement des données rassemblées faisait l’objet de nombreuses recherches associant généralement des statisticiens.

 

Le paradigme initial (P1)

 

Le premier point de vue qui prévalait lors de ces traitements était issu directement de la phytosociologie : les plantes d’un relevé suffisent à elles seules à définir le milieu de la station, c’est-à-dire son écologie. Le but recherché par les phytosociologues comme par les écologues était la définition de types de milieu en vue de leur cartographie, un type de milieu étant constitué par un ensemble de relevés phytosociologiques ou phytoécologiques. Pour constituer des types de milieu il suffisait de comparer les relevés d’après leur flore et de regrouper les relevés ayant le plus d’espèces en commun. Plus il y avait d'espèces communes, plus les relevés étaient écologiquement similaires disait-on. Mais était-ce bien vrai ? Considérons deux relevés n'ayant aucune espèce en commun. Ils peuvent être soit écologiquement très éloignés, soit au contraire très proches si leurs plantes ont deux à deux la même écologie. Ainsi la comparaison des relevés d’après leur flore confondait des situations opposées, avec de vraies différences et de fausses différences. En outre, les plantes non communes étaient tout simplement ignorées, comme si elles n’avaient aucune importance écologique dans la comparaison des milieux.

 

En phytosociologie, ce paradigme initial utilise directement la banque de données sans définir au préalable l’écologie des plantes. Il se borne à affirmer que les plantes suffisent à elles seules à définir le milieu correspondant à la station. Mais l’ordinateur ne connaissant pas l’écologie des plantes ne peut se baser que sur des noms, qui sont ou ne sont pas identiques.

 

En phytoécologie, les utilisateurs de P1 ajoutent à la banque phytosociologique des données sur le milieu, climats ou analyses de sol. Cependant, la comparaison des stations s’effectuant toujours d’après le nom des plantes, et non d’après leur écologie, les résultats restent imprécis.

 

Le nouveau paradigme (P2)

 

Le nouveau paradigme utilise lui-aussi le même type de banque de données que P1, avec lequel, cependant, il commence par définir le comportement écologique des plantes. Celui-ci en principe sera d'autant mieux connu que l'écologie de chaque plante sera mieux cernée, qu’une bonne partie des milieux dans lesquels pousse la plante aura été inventoriée. Cela revient à constituer progressivement une banque de données phytosociologiques incluant tous les relevés et toutes les plantes d’une contrée, dans laquelle chaque relevé est considéré comme un échantillon de milieu. Il devient alors possible de définir le comportement écologique de ces plantes de façon relativement stable et précise, et puis d’en déduire les "milieux" des stations. Le milieu d'une station est alors défini comme l’ensemble des comportements écologiques de ses plantes et il est situé numériquement au centre de gravité des comportements écologiques de ses plantes.

 

Ainsi, P2 définit numériquement deux notions écologiques supplémentaires, tirées néanmoins du même tableau de données utilisé par P1. La première notion est le comportement écologique d’une plante, dont on calcule le tableau des valeurs pour toutes les plantes. La seconde notion est le milieu écologique d’une station, dont on calcule les valeurs pour toutes les stations, ce qui permet de classer les stations d'après leur écologie et non plus d'après leur flore. Il en découle qu’il est possible de comparer des relevés n'ayant aucune espèce en commun puisqu'on les compare d'après leurs milieux. De plus, toutes les plantes du relevé sont utilisées pour définir le milieu et pour le comparer aux autres.

 

Conséquences du nouveau paradigme

 

La détermination du comportement écologique d’une plante implique de connaître sa répartition dans l’espace des variables choisies. De même que les plantes sont observées directement sur le terrain, les données qui vont servir à définir le comportement écologique de la plante proviennent d’observations directes (et non extraites de cartes), suffisamment proches des plantes. Ce sont soit des postes climatiques situés à proximité des stations, soit des mesures édaphiques effectuées dans la station elle-même, soit même les propres plantes de la station, considérées comme des indices du milieu, car les plantes ne sont-elles pas les meilleurs témoins de leurs milieux respectifs, quand on a recensé leurs coexistences sur le terrain dans des milliers de stations ?

 

Pour que les données soient comparables, il faut qu’elles aient la même signification dans toute la banque. Pour la botanique, il faut une référence stable (ici la Flore de P. Fournier), pour les variables climatiques, les seules sources connues de données fiables sur une même période de référence sont les données de la Météorologie Nationale. Pour les données édaphiques, les données doivent être mesurées selon les mêmes protocoles.

 

Pour obtenir la plus grande précision possible lors des traitements à venir, il est nécessaire de conserver toute la précision apportée par les observateurs. En botanique, tenir compte des taxons infra spécifiques et de leur rattachement à une espèce, tenir compte de leur importance dans la station (abondance-dominance). En climatologie, effectuer un calcul pour estimer les données manquantes afin de disposer de séries climatiques complètes et donc comparables. Utiliser toutes les variables importantes pour les plantes, pour chaque mois de l’année, températures du jour, celles de la nuit, précipitations, etc. du moment qu’elles sont complètes, car il faut tenir compte du fait que les plantes d’un pays comme la France n’ont pas toutes le même cycle biologique.

 

1.  DONNEES

 

1.1. Sources documentaires

 

            Les sources documentaires concernent toutes les sources de données : les données publiées, les données non publiées (sous forme de carnets de terrain par exemple), les données déjà informatisées (Word ou Excel), échange fichiers ou de banque de données, etc. Elles sont toutes rassemblées dans un seul fichier informatique (Dbase) qui contient actuellement près de 4500 références (dont 3100 sont informatisées). Elles sont numérotées de façon séquentielle au fur et à mesure de leur arrivée (si la source contient plus de 100 tableaux ou plus de 100 relevés isolés, elle donne lieu à deux numéros de référence). Une source documentaire est prise en compte dès lors qu’elle contient au moins un relevé phytosociologique (certaines en comptent plus de 1000). La liste de ces documents est disponible sur notre site internet « SOPHY » à la rubrique « Localisation des sources documentaires ».

 

Le numéro de référence est la clé qui relie la source documentaire aux données phytosociologiques, à leur localisation ainsi qu’à l’attribution d’une plante à sa source. Elle sert de numéro permanent lorsqu’elle est combinée avec le numéro du tableau dans la référence et le numéro du relevé dans le tableau.

 

1.2. Nomenclature floristique

 

La banque SOPHY a existé de fait avec la publication du « Formulaire floristique des végétaux vasculaires de la France » (FFVVF, BRISSE et GRANDJOUAN, 1971), à une époque où il n’y avait pas de listes informatisées comparables en France. Ce formulaire précodé comprend, sur 16 pages, toutes les espèces et taxons infra-spécifiques de la France, tels qu’ils sont cités dans les « Quatre Flores de France » de P. FOURNIER (1961) y compris ceux qui figurent dans les additions et corrections (…). Les taxons sont rangés dans l’ordre alphabétique des familles selon le « Dictionary of flowering plants and ferns » de J.C. WILLIS (1966), et dans l’ordre alphabétique des genres, espèces et taxons infra-spécifiques (TIS), selon Fournier. Les familles sont réparties entre les quatre grandes divisions de la systématique (GDS), dans l’ordre suivant : Dicotylédones, Monocotylédones, Gymnospermes et Cryptogames vasculaires. Un travail analogue a été réalisé pour coder les Bryophytes selon la Flore de J. AUGIER (1979).

 

            Bien vite la nomenclature de P. Fournier s’est avérée partiellement inopérante pour le codage des plantes. C’est pourquoi nous avons été conduits à créer des « fichiers complémentaires », puis avec Pierre Rasmont, le « Code Informatisé de la Flore d’Europe » en 1982 (non publié), puis encore avec Michel Kerguélen, un « Index synonymique de la Flore de France » en 1993, complété par le « Code Informatisé de la Flore de France » en 1994 (CIFF), qui fut lui-même prolongé par l’« Index de la Flore de France » (ou BDNFF, « Base de données nomenclaturales de la Flore de France », de Benoît Bock, en 2004).

 

            Ces différents codes ont été successivement utilisés pour préciser le nom du taxon ou citer le nom du taxon actuellement valide. Quoiqu’il en soit, c’est le codage selon P. Fournier qui est finalement retenu pour les calculs et la présentation de tous les résultats. Cependant, dans certains cas, un programme de transcodage permet de restituer les noms selon la BDNFF.

 

1.3. Relevés et tableaux phytosociologiques

 

Les relevés et tableaux phytosociologiques proviennent toujours d’une source documentaire clairement identifiée, rassemblée dans la bibliographie de SOPHY.

 

Première étape

 

Primitivement, deux types de tableaux étaient considérés et traités différemment : d’une part les tableaux contenant un seul relevé et, d’autre part, ceux contenant entre deux et soixante relevés (les tableaux contenant plus de soixante relevés sont scindés en tableaux plus petits pour faciliter l’enregistrement et la relecture). Ils étaient enregistrés différemment. Les plantes des tableaux contenant un seul relevé étaient enregistrées à raison de dix plantes par lignes, les codes numériques des plantes étant suivis des abondances correspondantes. Les autres tableaux, contenant plus d’un relevé, étaient enregistrés à raison d’une ligne par plante, les abondances dans les différents relevés étant notées sur la même ligne, de façon qu’une fois enregistré, il se présente exactement sous la même forme et dans le même ordre que le relevé d’origine, ceci afin de faciliter les relectures. Désormais, ils sont tous présentés sous cette dernière forme.

 

            Chaque tableau comporte trois parties : un titre, les données et une marque de fin de tableau. Le titre comporte quatre éléments : le numéro de la référence bibliographique, le numéro du tableau dans la référence, le nombre de relevés, puis le titre du tableau donné par l’auteur. Les données phytosociologiques proprement dites sont enregistrées à raison d’une plante par ligne qui comporte successivement, un numéro de ligne (de 1 à n), le code de la plante selon le FFVVF, éventuellement, la strate, lorsqu’il y en a plusieurs (5 = arbre ; 3 = arbuste, 1 = jeune plant de la même espèce) puis la série des abondances à raison d’une valeur par relevé dans la colonne correspondante (la sociabilité n’est pas enregistrée) et enfin, éventuellement un second code repéré par une ou des lettres (par exemple CI pour Code informatisé de la Flore de France) : il est parfois complété par le nom du taxon correspondant. La fin du tableau est matérialisée par une ligne de neuf (Tableau 1).

 

Tableau 1

Exemple de tableau contenant un seul relevé (et 12 lignes)

Légende : Réf. = Numéro de la référence bibliographique ; TB = Numéro du tableau ; NR = Nombre de relevés.

Commentaire : ligne 5, le « code supplémentaire ‘S’ » : ‘05’ signifie que le nom de genre commence par un ‘E’ et lignes 9 et 10, le « code CI = CIFF ». Le nom du taxon provenant de la publication, s’il diffère de la nomenclature de P. Fournier, est souvent écrit en clair. Ainsi, dans le code Fournier, ligne 9, « 14405 » correspond à « Oryzopsis miliacea »

 


Réf TB NR   Titre

2869  3  1 RELEVE EFFECTUE AU PIED DES FALAISES, PINGET ET CORNU

1 4478 F+*N      *

216464 F+*N      *

316477 F+*N      *

4 1459 F+*N      *

5 2402 F+*S05  25*

6 2401 F+*N      *

7 6137 F+*N      *

8 1184 F+*N      *

914405 F+*CI16689*Piptatherum miliaceum

1016579 F+*CI17747*P. cambricum

1111398 F+*N      *

1211245 F+*N      *

9999999999999999999999999999999999999999999999999999999999999999999999

 


Tableau 2

Exemple de tableau de 35 relevés et de 132 lignes

Même légende que le Tableau 1. Dans ces relevés, des strates 3 et 5 sont notées après le numéro de la plante. Noter ligne 130, « 90529 » correspond à une bryophyte.

 


 Réf TB NR Titre

 901 13 35 RELEVES DANS HETRAIES-CHENAIES ACIDIPHILES, P. 86, A. HUBERT, 1986.

  1055655*+55554351543244++++2353331323221443* 170003*

  2055495*      + 2  3+1        2+  11 1132  *       *

  3161365*3    1    +  ++5532    ++3 3 111   *       *

  4012385*        +             2            * 020035*

  5161545*        +          2               *       *

  6055653*+ 1     +      1 +  ++             * 170003*

  7055493*+ +++   2  1+1 ++2+  + + +2+ 1+12  *       *

  8161363*2+2211  +1+++2+ + 32  1+ 132 3+2++1*       *

  9102033*+   +               +              *       *

 10055463*       +                           *       *

 11012383*+                                  * 020035*

 1210200                     +++             *       *

 13015663*  +          +    +1 1++11+  + + + *       *

......

......

128 12385         +             2            * 02  35*

129 7167                               ++    *       *

13090529          +                          *       *

131 6257                  +     ++           *       *

13210274            +          +             *       *

999999999999999999999999999999999999999999999999999999999999999

 


Deuxième étape : normalisation des tableaux

 

            Cependant, pour les traitements numériques tous les tableaux doivent se présenter sous la même forme et les codages doivent se référer au même code, celui du FFVVF : dans le cas habituel, seules sont retenues les plantes qui sont codées ainsi. Sont donc éliminés, les taxons indéterminés, imprécis (sp.), les bryophytes, lichens, algues, charophytes et champignons.

 

Troisième étape : l’introduction de trois hypothèses

 

            Rangs taxonomiques

 

            Dans un relevé lorsque le botaniste trouve un taxon infra-spécifique, par exemple Quercus pubescens subsp. pubescens, cela implique qu’il a trouvé également le taxon de rang spécifique : puisque d’autres botanistes auraient simplement noté Quercus pubescens. Ces deux dénominations ont des codes numériques différents. Il convient donc d’ajouter dans le relevé le code et les observations correspondant au taxon de rang spécifique de façon à prendre en compte les observations de l’espèce aussi bien que celles du taxon infra-spécifique.

 

            Stratification

 

            Dans les relevés forestiers, une même espèce peut se trouver dans plusieurs strates. Or, cette espèce a le même comportement écologique général, quelle que soit la strate. C’est pourquoi nous attribuons à cette plante l’abondance maximale qu’elle atteint dans l’une ou l’autre strate puisque les conditions de milieu lui permettent d’atteindre cette abondance.

 

            Plantes à seuil d’abondance (PASA)

 

            Une plante abondante est généralement plus indicatrice de son milieu que la même plante quelle que soit son abondance, c’est pourquoi cette notion mérite d’être intégrée dans les calculs. Il est possible de tenir compte de l’abondance dans un traitement numérique de telle sorte que les résultats soient indépendants de l’unité choisie pour exprimer l’abondance (BRISSE et GRANDJOUAN, 1980). Pour cela, on utilise le fichier général de toutes les plantes de la banque comportant le dénombrement des espèces par classe d’abondance (Tableaux 3).

 

Tableau 3.a

Fréquence des plantes par classe d’abondance

NU est le numéro permanent du taxon ; RT son rang taxonomique. Les colonnes de 1 à 6 (Code des abondances-dominances dans SOPHY) correspondent aux fréquences par classe d’abondance.

 


Abondance-dominance des phytosociologues     +    1    2   3   4   5

     NU RT                          TOTAL    1    2    3   4   5   6

      3  4   ACANTHUS MOLLIS L.        36   28    2    1   4   1   0

      5  4   ACER CAMPESTRE L.       9676 4902 3056 1335 332  40  11

      6  5     SUBSP. CAMPESTRE         2    1    1    0   0   0   0

      9  4   ACER MONSPESSULANUM L.  1519  807  507  158  31  14   2

     11  5     SUBSP. X-MARTINI JORD    2    2    0    0   0   0   0

     12  5     SUBSP. MONSPESSULANUM   30   15   13    1   1   0   0

     13  4   ACER NEGUNDO L.          267  105   74   52  24  10   2

     14  4   ACER OPALUS MILLER      3065 1787  833  343  83  18   1

     15  5     SUBSP. ITALUM LAUTH.   156  108   30   11   7   0   0

     16  5     SUBSP. OPALUS           92   45   39    7   1   0   0

     17  4   ACER PLATANOIDES L.     2377 1487  582  222  68  14   4

     18  4   ACER PSEUDOPLATANUS L. 11360 5372 2842 1774 784 417 171

     20  4   ADOXA MOSCHATELLINA (TO 1614  602  548  358  95   8   3

……….

   8806  4   RUSCUS ACULEATUS L.     5036 2794 1402  545 212  63  20

   8807  4   RUSCUS HYPOGLOSSUM L.      7    2    2    0   1   1   1

   8811  4   SCHEUCHZERIA PALUSTRIS   245   82   89   59  11   2   2

   8813  4   SMILAX ASPERA L.        4778 1957 1852  805 145  16   3

……….

 


Tableau 3.b

Cumul des fréquences de Ruscus aculeatus par classes d’abondance, depuis les plus fortes

(à lire de droite à gauche)

 


     NU RT                          TOTAL    1    2    3   4   5   6

   8806  4   RUSCUS ACULEATUS L.     5036 2794 1402  545 212  63  20 fréquences simples

   8806  4   RUSCUS ACULEATUS L.          5036 2242  840 295  83  20 fréquences cumulées

 


Un taxon est ignoré temporairement s’il a une fréquence inférieure à 10 (ex. tableau 3.a, Ruscus hypoglossum). Un niveau d’abondance ne peut être constitué si sa fréquence est inférieure à 1/5 de la fréquence totale de la plante. Un niveau d’abondance est constitué s’il est suffisamment différent (sa fréquence vaut au plus la moitié de celle du niveau précédent). Ces conventions ont pour but de dégager des niveaux d’abondance suffisamment différents les uns des autres, tout en limitant les répétitions de niveaux par trop similaires. Le premier niveau, celui de la présence, correspond au seuil minimum d’abondance : il est toujours défini, le second correspond au niveau d’abondance, parfois on peut en générer un 3ème avec les mêmes conventions.

 

Ruscus aculeatus présent avec des abondances de 1 à 6 est retenu : il a une fréquence totale supérieure à 10 ; Ruscus aculeatus avec des abondances supérieures ou égales à 2 est retenu puisqu’il se différencie par une fréquence inférieure à la moitié du niveau précédent : (5026/2 = 2513 > 2242) ; on ne crée pas de 3ème niveau parce que sa fréquence serait inférieure à 1006 (5026/5).

 

Pour différencier les plantes à seuil d’abondance (PASA) d’une même espèce, on accole au nom latin les bornes minimales et maximales du seuil considéré, par ex ; Ruscus aculeatus 2-6 (Ruscus abondant : fréquence = 2242) et Ruscus aculeatus 1-6 (Ruscus présent quelle que soit son abondance, fréquence = 5036). Le Tableau 4 montre un fragment de la liste des plantes à seuil d’abondance.

 

Tableau 4

Fragment de la liste des plantes à seuil d’abondance

Les 4598 plantes présentes quelles que soient leurs abondances génèrent 7929 PASA.

 


  PASA        NU   RT TOTAL  NV  Nom des plantes à seuil d’abondance

     1    1    3    4   36    1    ACANTHUS MOLLIS L.      1-5

     2    2    5    4 4774    2    ACER CAMPESTRE L.       2-6

     3    2    5    4 9676    1    ACER CAMPESTRE L.       1-6

     4    4    9    4  712    2    ACER MONSPESSULANUM L.  2-6

     5    4    9    4 1519    1    ACER MONSPESSULANUM L.  1-6

     6    6   12    5   30    1      SUBSP. MONSPESSULANUM 1-4

     7    7   13    4   88    2    ACER NEGUNDO L.         3-6

     8    7   13    4  267    1    ACER NEGUNDO L.         1-6

     9    8   14    4 1278    2    ACER OPALUS MILLER      2-6

    10    8   14    4 3065    1    ACER OPALUS MILLER      1-6

    11    9   15    5   48    2      SUBSP. ITALUM LAUTH.  2-4

    12    9   15    5  156    1      SUBSP. ITALUM LAUTH.  1-4

    13   10   16    5   92    1      SUBSP. OPALUS         1-4

    14   11   17    4  890    2    ACER PLATANOIDES L.     2-6

    15   11   17    4 2377    1    ACER PLATANOIDES L.     1-6

    16   12   18    4 3146    2    ACER PSEUDOPLATANUS L.  3-6

    17   12   18    411360    1    ACER PSEUDOPLATANUS L.  1-6

    18   13   20    4  464    2    ADOXA MOSCHATELLINA (TO 3-6

    19   13   20    4 1614    1    ADOXA MOSCHATELLINA (TO 1-6

……….

  7665 5878 8806    4 2242    2    RUSCUS ACULEATUS L.     2-6

  7666 5878 8806    4 5036    1    RUSCUS ACULEATUS L.     1-6

  7667 5880 8811    4   74    2    SCHEUCHZERIA PALUSTRIS  3-6

  7668 5880 8811    4  245    1    SCHEUCHZERIA PALUSTRIS  1-6

  7669 5881 8813    4  969    2    SMILAX ASPERA L.        3-6

  7670 5881 8813    4 4778    1    SMILAX ASPERA L.        1-6

……….

  7924 6062 9482    4  103    2    ALLOSORUS CRISPUS (L.)  2-4

  7925 6062 9482    4  267    1    ALLOSORUS CRISPUS (L.)  1-4

  7926 6063 9483    4   15    2    CHEILANTHES FRAGRANS (L 2-4

  7927 6063 9483    4   47    1    CHEILANTHES FRAGRANS (L 1-4

  7928 6065 9486    4   23    2    NOTHOCHLAENA MARANTAE ( 3-6

  7929 6065 9486    4   71    1    NOTHOCHLAENA MARANTAE ( 1-6

 


            Une fois les niveaux définis pour toutes les plantes, on réécrit les relevés en remplaçant le tableau des abondances des espèces (ex. tableau 2), par le tableau des présences des niveaux d’abondance considérés comme des plantes distinctes (Tableau 5). Les plantes sont triées par numéro (PASA) croissant.

 

Tableau 5

Tableau (n°111_1) montrant l’intégration des plantes à seuil d’abondance dans les relevés

Le tableau phytosociologique initial comportait 159 lignes : celui-ci en comporte 219.

 

Légende : les lignes en gras correspondent aux niveaux d’abondance ajoutés.

NO_LI = Numéro de ligne ; NA = Numéro du PASA : le PASA abondant a le même numéro NU que le PASA présent ; NU = Numéro du taxon. Noter, lignes 197 à 199, un taxon (n°8022) a été démultiplié en trois PASA ; EF = Effectif du PASA dans le tableau

 


    633 219 111  1 43 RELEVES DANS LE CHENOPODIETUM MURALIS, P. 38, BRAUN-BLANQUET.

NO_LI   NA   NU EF Abondances-Dominances dans les relevés

    1   27   30  7*11 11                  1 1             1  

    2   36   40 13*        3  32 223     2   22       2  2  44

    3   37   40 21* 11 1  13  32 223 1   21  22     1 21 2  44

    4   38   44  1*2                                          

    5   39   55 20*211113   1 1  1   1  1 123 1   1  11 1 1  

.....

   93 2264 2524 13*        233  222  22   3    22 2        2 

   94 2265 2524 24* 11 11  233112221 22   3  112212       12 

.....

  197 6934 8022  8*      3           43  3            333  3 

  198 6935 8022 16*     232222 2     43  32    2      333  3 

  199 6936 8022 29* 1 1 232222 2 111143  32 1112 1    333113 1

  200 6937 8023  8*      3           43  3            333  3 

  201 6938 8023 29* 1 1 232222 2 111143  32 1112 1    333113 1

.....

  212 7141 8206  5*           3         2     2          3   2

  213 7142 8206 17*11 11      311  1  1 2111  2         13   2

  214 7143 8207  1*                        2                 

  215 7144 8207  4*         1              2           11    

  216 7186 8251  1*                       1                  

  217 7206 8277  1*     1                                    

  218 7463 8546  1*                     1                    

  219 7855 9391  1*1                                          

99999999999999999999999999999999999999999999999999999999999999

 


Quatrième étape : réécriture des relevés en un seul ensemble

 

            Pour des raisons de commodité informatique, les relevés sont réécrits dans un même fichier à raison d’une ligne par relevé, mais ici seules les 12 premières plantes sont éditées (Tableau 6).

 

Tableau 6

Aperçu du tableau rassemblant les 197.156 relevés de la banque (décembre 2009)

Légende : Nu_Séq = Numéro séquentiel de relevé ; Réf = Numéro de la référence bibliographique

TB = Numéro du tableau dans la publication ; NR = Numéro du relevé dans le tableau

EF = Nombre de PASA dans le relevé

NA-A = Numéro du PASA et sa valeur d’abondance dans le relevé

 


  Nu_Séq  Réf TB NR EF NA-A NA-A NA-A NA-A NA-A NA-A NA-A NA-A NA-A NA-A NA-A NA-A

       1    1  1  1 1014881212612998133131553015618157681713717385178271

       2    1  1  2  9148811883119801212614757171371782717831178321

       3    1  1  3 15 4841 488114881190712126121371299813006130261512216818168201

       4    1  1  4 13148812126124491331314567146251553025618169921699517137278271

       5    1  1  5  8 276114882212614625155301713717827178311

       6    1  1  6  81488221261553015618171371782717830278312

       7    1  1  7 13 92211474114881212612191146311512215263156181713717702177061

       8    1  1  8 13147411488121261219112718134181553015617256182637317137277501

       9    1  1  9  81220114882219113418145671671917137178271

      10    1  1 10 18122011251112591148812126121911229112718145361468824689252631

.....

   66953 1111  1  1 26  562  721 3581 3763 3773 3783253252533527021270413187131883

   66954 1111  1  2 29  563 3772 3782165612389323903240012532625336270212704131872

   66955 1111  1  3 26  563 3581 3781239012532625336298813188331893355813562150051

   66956 1111  1  4 23  563 3772 3782165612532625336270212704131884318944805148291

   66957 1111  1  5 24 3572 3582 3601253262533629881318723188231892344413558135621

.....

  170105 2842  1  1 15   31  56118711187312436128741318013902146381466314773155601

  170106 2842  1  2 19   31  561 3711 3731 749118711243612874131801390214638146491

  170107 2842  1  3 13 2091 211128621287413180139021463814773148861498816377166711

  170108 2842  1  4 12   31  561 7841208512874143321437814638147731616416377170781

  170109 2842  1  5 13   31  561 3801187314332146381464914773149881626116671170101

.....

  197152 6153 14 10 73   31  171  531  561 3381 3711 3731 3751 3802 5931 784114982

  197153 6153 14 11 69   31  531  562 3651 3702 3712 3731 3751 3801161511769118711

  197154 6153 14 12 71   31  172  531  561  771 2861 3381 3711 3731 3801 593114991

  197155 6153 14 13 49   31  522  532  561 2861 3651 3702 3712 3731 3751 3801 7841

  197156 6153 15  1 45  772  915  925 3711 3751 7841130712344127491281112862131062

  Nu_Séq  Réf TB NR EF NA-A NA-A NA-A NA-A NA-A NA-A NA-A NA-A NA-A NA-A NA-A NA-A

 


1.4. Localisation des relevés

 

Dans la mesure du possible, chaque relevé est localisé. Les indications de localisation figurent en général dans les publications. Leur précision est très variable. Parfois, les auteurs fournissent des coordonnées, ou une carte où sont pointés les relevés : dans ce cas, la précision est très bonne, peut être à 100m près, très suffisante en tout cas pour les représentations à très petite échelle. Dans le cas le plus fréquent les auteurs indiquent le département, la commune et le lieu-dit : la précision est d’environ 1km. Dans d’autres cas, l’indication de la localisation est la commune, ce qui commence à être un peu vague : précision de 5km environ. Dans d’autres cas, il n’y a pas du tout d’indication ou le nom est introuvable. Au total un peu moins de 20.000 relevés sur 200.000 ne sont pas localisés.

 

            Toutes les coordonnées introduites dans les fichiers de localisation sont exprimées en grades et milligrades Paris, qu’elles proviennent de valeurs exprimées en degrés, en UTM, Lambert, etc. Les fichiers constitutifs de ces localisations (Tableau 7) se présentent sous la même forme que les tableaux phytosociologiques des Tableaux 1 ou 2 : un titre, des données et une marque de fin de tableau. Le titre étant identique à celui des tableaux phytosociologiques est utilisé pour s’assurer de l’homologie structurelle de ces deux ensembles de fichiers.

 

Tableau 7

Exemple de localisation des relevés, référence 901, tableau 13 de 35 relevés

Légende :

Nmr = Numéro du relevé dans le tableau ; Latitu = Latitude en grades et milligrades Paris

PY = Pays : la France n’est pas notée, elle est implicite ; Longit = Longitude en grades et milligrades, ici Est ; DP = Département ; ALTI = Altitude en mètres ; COM = Commune (code INSEE) ; P = précision (1, localisation pointée sur carte ; 2, un point dans le lieu-dit ; 3, centre de la commune). Les stations sont très bien localisées (P=1), sauf la station n°34. Note : la comparaison des coordonnées des stations et celles de la commune rend possible des contrôles de localisation.

 


 Réf TB NR   Titre

 901 13 35 RELEVES DANS HETRAIES-CHENAIES ACIDIPHILES, P. 86, A. HUBERT, 1986.

 Nmr      Nom de la station                      Latitu PY Longit DP ALTI COM P

   1      LE BOOSBERG (213)                      53.130     5.098 68  720 239 1

   2      BREITENMATTEN (184                     53.153     5.150 68  770 275 1

   3      ENTRE OBERBRUCK ET WEGSCHEID (11)      53.121     5.120 68  500 239 1

   4      BOURBACH LE HAUT (111)                 53.107     5.220 68  610 046 1

   5      ENGELBERG (163)                        53.139     5.165 68  695 275 1

   6      LE HOHENSTEIN (216)                    53.115     5.097 68  590 073 1

   7      ENTRE OBERBRUCK ET WEGSCHEID (39)      53.114     5.134 68  495 361 1

   8      LEIMBACH (45)                          53.107     5.267 68  488 180 1

   9      FORET DU BUCHBERG (90)                 53.080     5.211 68  500 046 1

  10      BOURBACH LE HAUT (112)                 53.107     5.141 68  620 046 1

  11      RAMMERSMATT (53)                       53.097     5.247 68  570 261 1

  12      STIFSEEGEN (27)                        53.070     5.198 68  460 179 1

  13      DENNENBERG (135)                       53.082     5.151 68  765 233 1

  14      ENTRE OBERBRUCK ET WEGSCHEID (211)     53.122     5.113 68  520 239 1

  15      BOURBACH LE BAS (119)                  53.109     5.239 68  530 045 1

  16      EICHBOURG (74)                         53.098     5.187 68  568 201 1

  17      FORET DU BUCHBERG (91)                 53.078     5.202 68  540 046 1

  18      ENTRE OBERBRUCK ET WEGSCHEID (94)      53.122     5.122 68  570 239 1

  19      LANGENFELD (38)                        53.098     5.142 68  470 167 1

  20      FORET DE MASEVAUX (64)                 53.101     5.165 68  610 201 1

  21      HORBEN (151)                           53.133     5.137 68  800 275 1

  22      EICHBOURG (73)                         53.093     5.195 68  500 201 1

  23      STIFSEEGEN (30)                        53.071     5.196 68  500 179 1

  24      RAMMERSMATT (50)                       53.096     5.244 68  490 261 1

  25      ENTRE OBERBRUCK ET WEGSCHEID (92)      53.122     5.126 68  520 239 1

  26      ENTRE OBERBRUCK ET WEGSCHEID (93)      53.121     5.121 68  500 239 1

  27      FORET DE MASEVAUX (62)                 53.098     5.166 68  515 201 1

  28      EICHBOURG (59)                         53.094     5.180 68  580 201 1

  29      RAMMERSMATT (54)                       53.100     5.248 68  598 261 1

  30      FORET DE MASEVAUX (63)                 53.100     5.167 68  565 201 1

  31      FORET DE BUCHBERG (77)                 53.087     5.209 68  630 046 1

  32      FORET DE BUCHBERG (89)                 53.081     5.212 68  590 046 1

  33      LAUW (12)                              53.067     5.196 68  415 179 1

  34      NOM DE LA STATION                        .         .    68  500 167 3

  35      LANGENFELD (37)                        53.096     5.145 68  450 167 1

 Nmr      Nom  des  stations                     Latitu PY Longit DP ALTI COM P

9999999999999999999999999999999999999999999999999999999999999999

 


Les relevés, qu’ils soient localisés ou non, sont regroupés dans un seul fichier (Tableau 8).

 

Tableau 8

Aperçu du tableau rassemblant les 197.156 stations de la banque (même légende que le Tableau 7)

Le numéro séquentiel (Nu_Séq) final est le même que dans le Tableau 6.

 


Latit Long  Réf TB No Nu_Séq DP COM ALTI P  NOM  DES  STATIONS

52091 3865    1  1  1      1 39 116  570 2  RECULEE DES PLANCHES PRES ARBOIS     

52089 3868    1  1  2      2 39 116  560 2  RECULEE DES PLANCHES PRES ARBOIS     

52181 3944    1  1  3      3 39 495  800 2  FALAISE DOMINEE PAR CROIX MT POUPET  

52361 2701    1  1  4      4 21  92  544 2  GRANDE FALAISE DE BOUILLAND (ARRIERE C

52349 2717    1  1  5      5 21  92  490 2  FALAISE DE LA COMBE A LA VIEILLE     

52470 2904    1  1  6      6 21 295    0 2  FALAISE D'UBAC COMBE LAVAUX PRES GEVRE

51395 4004    1  1  7      7  1 419 1530 2  SUR THOIRY (AIN) C.N. 1280           

52497 5565    1  1  8      8  0   0  710 2  GORGES DE COURT COURT. C.N. 1106     

52564 5431    1  1  9      9  0   0  720 2  ROUGE PERTUIS UNDERVELIER C.N. 1105  

52498 5565    1  1 10     10  0   0  780 2  GORGES DE COURT COURT. C.N. 1106     

.....

48415 3767 1111  1  1  66953 83 104    0 2   GARDIOLE DE RIANS N                 

48013 4515 1111  1  2  66954 83  43    0 2   CHARTREUSE DE LA VERNE N            

48261 4552 1111  1  3  66955 83 148    0 2   DEFENSON DE VIDAUBAN N              

48261 4552 1111  1  4  66956 83 148    0 2   DEFENSON DE VIDAUBAN N              

48441 4559 1111  1  5  66957 83  38    0 2   GORGES DE CHATEAUDOUBLE N           

.....

54242 4500 2842  1  1 170105 57  36  275 1  FC D'ATTILLONCOURT, P8 ET 11         

54244 4546 2842  1  2 170106 57 238  280 1  FD DE GREMECEY, P24                  

53523 3793 2842  1  3 170107 88 430  370 1  FC DE SAUVILLE, P46                  

53654 4686 2842  1  4 170108 88 340  350 1  FC DE PADOUX, P 35                    

54053 4734 2842  1  5 170109 54 258  260 1  FC DE PARROY, P211                   

.....

52535 6440 6153 14 10 197152  0   0  540 1  GONTENSCHWIL, SE                     

52554 6385 6153 14 11 197153  0   0  560 1  SCHLOSSRUED, SE                       

52526 6410 6153 14 12 197154  0   0  580 1  SCHLOSSRUED, E                       

52535 6377 6153 14 13 197155  0   0  600 1  KIRCHLEERAU, SE                      

52535 6144 6153 15  1 197156  0   0  455 1  NOM DE LA STATION                     

Latit Long  Réf TB No Nu_Séq DP COM ALTI P  NOM  DES  STATIONS

 


1.5. Syntaxonomie

 

La liste des dénominations syntaxonomiques provient directement des titres des tableaux recensés. C’est dire leur absence de mise-à-jour, de discordances, ou même tout simplement l’absence de dénomination, notamment pour beaucoup de relevés « isolés » (non rassemblés en tableau). Néanmoins après une certaine homogénéisation formelle, cette liste contribue à une tentative de comparaison entre nos synthèses numériques et celles de la phytosociologie.

 

1.6. Bilan des données

 

            Les deux principaux ensembles de données sont les relevés phytosociologiques et leur corollaire, leur localisation. Au début de l’année 2010, 197.156 relevés étaient informatisés, c’est-à-dire disponibles pour des traitements numériques. Ces données reposent sur 4500 références bibliographiques. Elles sont régulièrement modifiées au cours du temps, en raison des corrections qui leurs sont apportées et des données nouvelles qui les enrichissent.

 

2.  METHODES

 

Les principales méthodes abordées ci-dessous concernent la caractérisation socio-écologique des plantes et des relevés, ainsi que leurs résumés obtenus au moyen de classifications appropriées. Elles ont toutes pour base l’utilisation de la notion de fidélité.

 

En effet, les pères fondateurs de la phytosociologie ont érigé la fidélité à un groupement en notion de base de la discipline car elle permettait de définir les plantes caractéristiques des groupements. Cependant, à mesure du rassemblement de nouveaux relevés, l’étendue et les limites des groupements changeaient, ce qui rendait de plus en plus problématique l’attribution de plantes totalement fidèles à un seul groupement. La méthode des tableaux avait une certaine base écologique mais sa précision et son objectivité devenait de plus en plus limitée.

 

Dans les années « 70 », avec la mise à disposition de nouveaux moyens de calcul, deux types de traitements numériques visant les mêmes buts, virent le jour. D’une part une famille de méthodes (AFC, ACP, etc.) conduisant à calculer la fidélité d’une plante à un relevé, d’autre part une méthode fondée sur les fidélités des plantes les unes à l’égard des autres.

 

L’analyse factorielle des correspondances (AFC) et les méthodes apparentées sont, au moins dans leurs principes, précises et objectives, mais elles manquent de bases écologiques car, aux pondérations près, « la distance entre deux relevés, par exemple, est tout à fait analogue au complément d’un coefficient de communauté classique (…) » (GRANDJOUAN, 1982, p. 241). Ces méthodes mesurent des différences floristiques et non des différences écologiques.

 

Or il apparaît possible de combiner les avantages de ces deux méthodologies (écologie et objectivité) en utilisant un calcul (…) fondé sur les fidélités des plantes les unes à l’égard des autres et dont la première application aboutit à la caractérisation socio-écologique des plantes.

 

2.1. Caractérisation socio-écologique des plantes

 

2.1.1. Fidélités des plantes aux plantes

 

Dans une station, une plante donnée (A) rencontre d’autres plantes qui vivent ensemble dans le même milieu. Ces plantes sont ses « co-occurrentes » (C). Les plantes C sont des indices du milieu de A : elles servent à l’identifier. Dans l’ensemble des stations de A, plus la même plante C est fréquente, plus elle contribue à caractériser le milieu de A. Ces principes de base sont adoptés depuis longtemps par toute la phytosociologie. A cette base, la banque SOPHY a naguère apporté une nouveauté, permise par le développement de l’informatique. Cette nouveauté consiste à appliquer une notion fondamentale de la phytosociologie, la fidélité, pour mesurer les relations entre les plantes. Initialement, la fidélité d’une plante à un groupement permettait d’identifier les plantes caractéristiques du groupement. Dans une banque telle que SOPHY, la fidélité permet aussi de quantifier les similitudes entre les comportements des plantes. Le comportement écologique d’une plante se quantifie par ses dépendances apparentes envers les milieux des autres plantes. La dépendance apparente de la plante A envers le milieu de C se mesure par la fidélité de A à C, FID(A,C). Cette fidélité est une probabilité. Elle est égale à la fréquence relative de C dans les relevés contenant A.

 

2.1.2. Tableau carré des fidélités, source des caractérisations socio-écologiques

 

L’écologie de la plante A se caractérise par ses fidélités à toutes ses co-occurrentes, considérées comme des indices du milieu. Elle se caractérise aussi par ses fidélités nulles aux plantes qu’elle ne rencontre jamais. Au total, la plante A se caractérise par autant de probabilités qu’il y a d’indices de variable (7929), autant que de PASA.

 

Le tableau des fidélités des plantes A aux plantes C est un tableau carré puisque finalement le nombre de co-occurrentes C est égal au nombre de plantes A. Une ligne de ce tableau contient la caractérisation socio-écologique d’une plante A qui est l’image de son comportement écologique. Une colonne contient les fidélités des plantes à un indice de variable C. A partir de ce tableau carré, on peut comparer une plante A par rapport à toutes les autres, d’après leurs comportements. On peut notamment identifier les plantes les plus similaires de A.

 

2.1.3. Limitation de l’effet du sur-échantillonnage des relevés

 

Ce calcul simple de la similitude a rencontré un écueil, ce qui a nécessité le perfectionnement du calcul. Cet écueil fut la fidélité exagérée d’une plante à une autre, du fait de leur coexistence fréquente dans des localités marginales de leur aire, lorsque ces localités ont fait l’objet d’un sur-échantillonnage détaillé. Pour diminuer l’influence de ce sur-échantillonnage, les stations sont regroupées dans des « quadrats » d’environ 1km de côté, en fait d’un centigrade, en latitude comme en longitude. Ce regroupement ne confond pas les relevés d’un même quadrat pour en faire un gros relevé collectif. Le relevé reste un échantillon de milieu distinct des autres relevés du même quadrat. On mesure la similitude écologique de deux plantes par leur coexistence plus ou moins fréquente dans les mêmes relevés, mais on donne la même importance à tous les quadrats, quel que soit le nombre de relevés (NR) qu’il contient. Par conséquent, dans un quadrat, on donne à chaque observation un poids égal à 1/NR. On évite ainsi de donner un poids excessif aux nombreux relevés parfois répétés côte-à-côte par certaines études botaniques locales.

 

            En outre, la fréquence minimale pour retenir une plante était fixée à 10 relevés. Pour éviter la sous représentation géographique des plantes trop rares ou sous échantillonnées, nous fixons désormais cette fréquence minimale à 10 quadrats.

 

2.2. Caractérisation socio-écologique des relevés

 

            Un relevé est situé au centre de gravité de ses plantes, avec un poids égal au nombre de celles-ci. On peut souligner au passage qu’en utilisant la fidélité du relevé ou du groupement vis-à-vis des plantes, cette façon de faire se trouve exactement à l’inverse de l’acception habituelle de la fidélité en phytosociologie où l’on considère seulement la fidélité d’une plante à un groupement. L’intérêt de cette optique inversée est néanmoins évident : l’ensemble des informations apportées par toutes les plantes (…) se traduit clairement par une précision accrue et même des gains d’objectivité tant pour les regroupements de relevés que pour leur caractérisation (GRANDJOUAN, 1982). D’ailleurs désormais, les relevés ainsi caractérisés doivent être considérés comme des milieux. Une des particularités de cette caractérisation est de rendre possible la comparaison de tous les relevés pris deux à deux, même s’ils n’ont aucune plante en commun ou des richesses floristiques très différentes, puisque la comparaison porte sur des fidélités moyennes, toujours le même nombre, et non plus sur les plantes présentes ou absentes.

 

L’ensemble des relevés de la banque est un tableau de fidélités moyennes. Il a la même taille que le tableau initial de 172.000 relevés localisés et 7929 plantes, mais au lieu de contenir 21 valeurs d’abondance par relevé en moyenne, il contient près de 1000 valeurs de fidélités non nulles (943 en moyenne) qui contribuent à la précision des regroupements à venir. Une colonne correspond à la définition du milieu d’un relevé ; une ligne correspond aux probabilités de présence d’une plante dans un relevé, c’est-à-dire aux probabilités que le milieu qui convient à cette plante se trouve dans ce relevé.

 

2.3. Classifications socio-écologiques des plantes et des relevés

 

Les classifications ont pour but de résumer les grandes quantités de données que sont ici, les plantes ou les relevés, parce que dans ces données, il y a beaucoup de répétition, beaucoup d’objets, sinon parfaitement identiques, du moins très similaires ou susceptibles d’être assimilés à des ensembles plus grands. Les classifications ont été appliquées aux deux ensembles de données, d’une part les plantes et d’autre part les relevés, tous les deux caractérisés par le même nombre de fidélités. Ci-dessous nous débutons par les plantes, parce que c’est la base de la socio-écologie et que leur classification n’est généralement pas pratiquée, bien que ses résultats soient très parlants pour un botaniste de terrain ou même un phytogéographe. Plus loin, nous poursuivrons par la ou plutôt les classifications de relevés.

 

Les classifications commencent par calculer les distances entre les objets pris deux à deux. Puis, elles recherchent les distances les plus faibles, assimilent les individus concernés à un individu moyen dont elles calculent les nouvelles coordonnées, ici les fidélités. Et ainsi de suite jusqu’à ce que tous les objets soient intégrés dans un ensemble ou dans un autre.

 

Dans le cas des plantes, la différence entre les comportements de deux plantes augmente avec la différence de leurs fidélités respectives. Néanmoins, si deux plantes sont simultanément absentes de milieux très répandus, leurs fidélités simultanément nulles diminuent leur différence. La présence d’une plante dans deux stations exprime une similitude entre les deux stations ; sa présence dans une station et son absence dans l’autre exprime une différence ; en revanche, l’absence d’une plante dans deux stations n’est pas une similitude, c’est une absence d’information. La probabilité de différence entre deux comportements tient compte à la fois de la différence des fidélités et de la pertinence de cette différence (GRANDJOUAN, 1998, p. 193).

 

Sur le plan des calculs, la classification des plantes comme celle des relevés est du type « weighted pair group method » (WPGM) (in SOKAL et SNEATH, 1963). C’est cette méthode qui obtient la plus grande justesse de la classification. La justesse d’une classification est la corrélation entre les distances des individus pris deux à deux et les distances déduites de la hiérarchie. La justesse exprime (…) la part de la dispersion totale montrée par la hiérarchie. Cette méthode donne une valeur de justesse très généralement supérieure à 50%, et souvent même de l’ordre de 80%, ce qui signifie qu’il est préférable de choisir comme distance d’agrégation (…) la distance des centres de gravité (…). Par comparaison une AFC qui plaque des points de plantes ou de relevés sur un plan atteindrait rarement plus de quelques pour cents de justesse, en tout cas pour des effectifs comparables (GRANDJOUAN, 1982, p. 111 à 113).

 

La classification des plantes porte sur près de 4600 taxons présents quelle que soit leur abondance, caractérisés chacun par près de 7900 fidélités à des indices de variables. Les classifications de relevés portent sur environ 15.000 objets, que ce soient des relevés au sens strict ou des petits groupes de relevés appelés « noyaux de relevés » et sur également 7900 fidélités moyennes aux indices de variables.

 

3.  RESULTATS

 

3.1. Gestion du tableau des fidélités des plantes aux plantes

 

Le tableau des fidélités des plantes aux plantes est un objet abstrait. Pour s’assurer de sa pertinence, il est utile de l’exprimer de façon concrète. Une première façon consiste à rechercher pour chaque plante, les indices discriminants, ceux qui contribuent le plus à l’originalité de la plante : ce sont les plantes discriminantes. Dans l’espace des fidélités, l’originalité d’un taxon se mesure par sa différence par rapport à la référence que constitue l’ensemble des plantes étalonnées, c’est-à-dire son centre de gravité. Une seconde façon recherchera, pour chacune des plantes, celles qui leur ont presque la même écologie : ce sont les plantes écologiquement similaires.

 

3.1.1. Catalogue des plantes discriminantes (12Mo)

 

            Les indices discriminants d’une plante thermophile comme Acanthus mollis sont, comme on peut s’y attendre, d’autres plantes thermophiles. De même, les indices des différentes espèces d’Acer sont conformes à ce que l’on est en droit d’attendre (Tableau 9.a). On peut aussi remarquer que sur les plus de 7900 indices de variables, une faible quantité (environ 30) de ceux-ci contribue à 50% de l’écart entre le centre de gravité de la banque et la plante (colonne DISCU).

 

Tableau 9.a

Début du catalogue des indices discriminants des plantes

NO, numéros des plantes, CO-OC, nb. de plantes co-occurrentes ; Nli, nombre de plantes discriminantes ; DIS et DISCU, pouvoir discriminant simple ou cumulé ; Fid, fidélité ; CST, fréquence dans les relevés ; FRQ, fréquence dans les quadrats ; NA, numéro du PASA ; NU, numéro du taxon

 


PLANTES LES PLUS DISCRIMINANTES DE ACANTHUS MOLLIS L.      1-5

(NO    1    1     3) CST FRQ    36    24 CO-OC.  365

   Nli DISCU DIS  FID  CST  FRQ                               NA   NU

     1  .07  .07 1.00   36   24 ACANTHUS MOLLIS L.      1-5    1    3

     2  .11  .04  .71 4528 1763 ASPARAGUS ACUTIFOLIUS L 1-6 7074 8453

     3  .14  .03  .67 3725 1157 PISTACIA LENTISCUS L.   1-6 3751 4476

     4  .17  .03  .63 3737 1318 PINUS HALEPENSIS MILL.  1-6 7413 9034

     5  .20  .03  .63 4217 1513 SMILAX ASPERA L.        1-6 7346 8813

     6  .22  .02  .58 1368  421 PISTACIA LENTISCUS L.   3-6 3750 4476

     7  .25  .02  .58 1428  565 MYRTUS COMMUNIS L.      1-6 3033 3584

     8  .27  .02  .5818954 9110 DACTYLIS GLOMERATA L.   1-6 6470 7872

     9  .29  .02  .54  523  271 ORYZOPSIS MILIACEA (L.) 1-6 6733 8096

    10  .31  .02  .54 4831 1938 BRACHYPODIUM RAMOSUM (L 1-6 6379 7795

    11  .33  .02  .50  844  325 ALYSSUM MARITIMUM (L.)  1-6 1904 2123

    12  .35  .02  .50 3070 1159 RHAMNUS ALATERNUS L.    1-5 4362 5172

    13  .37  .02  .5010281 4550 RUBIA PEREGRINA L.      1-6 4784 5623

    14  .38  .02  .46 2413  712 BRACHYPODIUM RAMOSUM (L 3-6 6378 7795

    15  .40  .02  .46  458   69 CERATONIA SILIQUA L.    1-5  217  296

    16  .41  .02  .46 1374  466 OLEA EUROPAEA L.        1-6 3058 3629

    17  .43  .02  .46 3245 1402 ROSMARINUS OFFICINALIS  1-6 2817 3283

    18  .44  .01  .46 2300  940 REICHARDIA PICROIDES (L 1-4 1595 1788

    19  .46  .01  .42  920  383 PINUS HALEPENSIS MILL.  4-6 7412 9034

    20  .47  .01  .42 1658  646 ASPARAGUS ACUTIFOLIUS L 2-6 7073 8453

    21  .48  .01  .42 1293  384 ARISARUM VULGARE TARG.- 1-6 5883 7354

    22  .49  .01  .42 1478  717 UROSPERMUM DALECHAMPSI  1-3 1760 1962

    23  .51  .01  .42 3292 1305 LONICERA IMPLEXA AITON  1-4  350  437

 PLANTES LES PLUS DISCRIMINANTES DE ACER CAMPESTRE L.       1-6

(NO    2    2     5) CST FRQ  8485  4352 CO-OC. 3002

     1  .11  .11 1.00 8485 4352 ACER CAMPESTRE L.       1-6    2    5

     2  .15  .05  .722200910860 HEDERA HELIX L.         1-6   53   83

     3  .20  .05  .6517170 8863 CRATAEGUS MONOGYNA JACQ 1-6 4429 5248

     4  .24  .04  .6318026 8758 CORYLUS AVELLANA L.     1-6 1802 2007

     5  .28  .03  .5812127 6212 CORNUS SANGUINEA L.     1-6 1800 2005

     6  .31  .03  .5210146 5496 LIGUSTRUM VULGARE L.    1-6 3056 3628

     7  .33  .02  .4513420 6054 FRAXINUS EXCELSIOR L.   1-6 3040 3611

     8  .35  .02  .4110629 5957 VIOLA SILVESTRIS (LAM.) 1-5 5764 6754

     9  .36  .02  .40 8903 5109 BRACHYPODIUM SILVATICUM 1-6 6381 7796

    10  .38  .02  .4011752 4492 CARPINUS BETULUS L.     1-6  370  457

    11  .40  .02  .38 7245 4060 VIBURNUM LANTANA L.     1-5  363  449

    12  .41  .02  .37 9879 5726 PRUNUS SPINOSA L.       1-6 4554 5412

    13  .43  .02  .38 9609 4566 HEDERA HELIX L.         3-6   52   83

    14  .44  .01  .37 5748 3432 EVONYMUS VULGARIS MILL. 1-6  753  893

    15  .46  .01  .36 7583 4364 CRATAEGUS MONOGYNA JACQ 2-6 4428 5248

    16  .47  .01  .35 5632 3308 ROSA ARVENSIS L.        1-5 4562 5420

    17  .49  .01  .36 7104 3968 LONICERA XYLOSTEUM L.   1-6  361  445

    18  .50  .01  .3419940 7675 FAGUS SILVATICA L.      1-6 2428 2840

    19  .51  .01  .32 9693 5582 FRAGARIA VESCA L.       1-6 4442 5268

PLANTES LES PLUS DISCRIMINANTES DE ACER MONSPESSULANUM L.  1-6

(NO    4    4     9) CST FRQ  1383   745 CO-OC. 2154

     1  .12  .12 1.00 1383  745 ACER MONSPESSULANUM L.  1-6    4    9

     2  .18  .05  .69 9805 4416 QUERCUS LANUGINOSA LAM. 1-6 2435 2848

     3  .23  .05  .6410281 4550 RUBIA PEREGRINA L.      1-6 4784 5623

     4  .26  .03  .5017170 8863 CRATAEGUS MONOGYNA JACQ 1-6 4429 5248

     5  .29  .03  .46  638  362 ACER MONSPESSULANUM L.  2-6    3    9

     6  .31  .02  .512200910860 HEDERA HELIX L.         1-6   53   83

     7  .33  .02  .4612079 5775 TEUCRIUM CHAMAEDRYS L.  1-6 2877 3360

     8  .35  .02  .4218493 8849 BRACHYPODIUM PINNATUM ( 1-6 6369 7789

     9  .37  .02  .41 8279 4209 SORBUS ARIA (L.) CRANTZ 1-6 4635 5491

    10  .39  .02  .40 7090 2883 QUERCUS ILEX L.         1-6 2433 2847

    11  .41  .02  .39 5177 2728 AMELANCHIER ROTUNDIFOLI 1-5 4419 5230

    12  .43  .02  .3710847 6093 JUNIPERUS COMMUNIS L.   1-6 7377 9007

    13  .45  .02  .38 7245 4060 VIBURNUM LANTANA L.     1-5  363  449

    14  .46  .02  .37 4790 2510 BUXUS SEMPERVIRENS L.   1-6  214  285

    15  .48  .01  .34 2159 1188 QUERCUS LANUGINOSA LAM. 4-6 2434 2848

    16  .49  .01  .32 3667 1916 CORONILLA EMERUS L.     1-5 3274 3912

    17  .50  .01  .3410476 5783 HIERACIUM MURORUM L.    1-6 1434 1620

PLANTES LES PLUS DISCRIMINANTES DE ACER NEGUNDO L.         1-6

(NO    7    7    13) CST FRQ   263   105 CO-OC.  775

     1  .12  .12 1.00  263  105 ACER NEGUNDO L.         1-6    7   13

     2  .17  .05  .62 7885 4323 URTICA DIOICA L.        1-6 5658 6628

     3  .20  .04  .56 4348 2129 RUBUS COESIUS L.        1-6 4599 5457

     4  .23  .03  .51 1453  687 POPULUS NIGRA L.        1-6 4807 5668

     5  .27  .03  .51 6710 3468 GALIUM APARINE L.       1-6 4681 5543

     6  .29  .02  .46 8903 5109 BRACHYPODIUM SILVATICUM 1-6 6381 7796

     7  .31  .02  .42 5395 2870 GLECHOMA HEDERACEUM L.  1-6 2753 3197

     8  .33  .02  .482200910860 HEDERA HELIX L.         1-6   53   83

     9  .35  .02  .40 1133  584 SALIX ALBA L.           1-6 4812 5674

    10  .37  .02  .40 1485  868 HUMULUS LUPULUS L.      1-5  341  423

    11  .39  .02  .39 4083 2269 ULMUS CAMPESTRIS L.     1-6 5318 6287

    12  .41  .02  .39 1954 1178 ALLIARIA OFFICINALIS AN 1-6 1888 2105

    13  .42  .02  .38 3656 2216 SAMBUCUS NIGRA L.       1-6 4874 5722

    14  .44  .02  .37 2166 1312 URTICA DIOICA L.        3-6 5657 6628

    15  .46  .02  .3817170 8863 CRATAEGUS MONOGYNA JACQ 1-6 4429 5248

    16  .47  .02  .36 4231 1940 PHALARIS ARUNDINACEA L. 1-6 6745 8111

    17  .49  .01  .34  978  578 SALIX PURPUREA L.       1-6 4851 5703

    18  .50  .01  .34 3030 1823 GALIUM APARINE L.       2-6 4680 5543

    19  .51  .01  .34 1699  986 GLECHOMA HEDERACEUM L.  3-6 2752 3197

 

PLANTES LES PLUS DISCRIMINANTES DE ACER OPALUS MILLER      1-5

(NO    9    9    14) CST FRQ  2696  1221 CO-OC. 2383

     1  .09  .09 1.00 2696 1221 ACER OPALUS MILLER      1-5    9   14

     2  .13  .04  .66 8279 4209 SORBUS ARIA (L.) CRANTZ 1-6 4635 5491

     3  .16  .03  .60 9805 4416 QUERCUS LANUGINOSA LAM. 1-6 2435 2848

     4  .18  .02  .51 3667 1916 CORONILLA EMERUS L.     1-5 3274 3912

     5  .21  .02  .5210476 5783 HIERACIUM MURORUM L.    1-6 1434 1620

     6  .23  .02  .4917170 8863 CRATAEGUS MONOGYNA JACQ 1-6 4429 5248

     7  .25  .02  .46 5177 2728 AMELANCHIER ROTUNDIFOLI 1-5 4419 5230

     8  .27  .02  .46 1184  571 ACER OPALUS MILLER      2-5    8   14

     9  .28  .02  .47 7245 4060 VIBURNUM LANTANA L.     1-5  363  449

    10  .30  .02  .4410847 6093 JUNIPERUS COMMUNIS L.   1-6 7377 9007

    11  .32  .02  .41 3083 1530 CYTISUS SESSILIFOLIUS L 1-6 3306 3951

    12  .33  .01  .40 4481 2296 HEPATICA TRILOBA CHAIX  1-6 4198 4987

    13  .35  .01  .42 7104 3968 LONICERA XYLOSTEUM L.   1-6  361  445

    14  .36  .01  .4219940 7675 FAGUS SILVATICA L.      1-6 2428 2840

    15  .38  .01  .40 3775 2526 HELLEBORUS FOETIDUS L.  1-4 4189 4977

    16  .39  .01  .4318026 8758 CORYLUS AVELLANA L.     1-6 1802 2007

    17  .40  .01  .39 9693 5582 FRAGARIA VESCA L.       1-6 4442 5268

    18  .42  .01  .41 8485 4352 ACER CAMPESTRE L.       1-6    2    5

    19  .43  .01  .3818493 8849 BRACHYPODIUM PINNATUM ( 1-6 6369 7789

    20  .44  .01  .4012079 5775 TEUCRIUM CHAMAEDRYS L.  1-6 2877 3360

    21  .46  .01  .442200910860 HEDERA HELIX L.         1-6   53   83

    22  .47  .01  .38 9775 5751 SOLIDAGO VIRGA-AUREA L. 1-5 1697 1899

    23  .48  .01  .3610629 5957 VIOLA SILVESTRIS (LAM.) 1-5 5764 6754

    24  .49  .01  .35 7486 3734 PINUS SILVESTRIS L.     1-6 7433 9045

    25  .50  .01  .35 3637 2200 EUPHORBIA DULCIS L.     1-6 2359 2763

PLANTES LES PLUS DISCRIMINANTES DE ACER PLATANOIDES L.     1-6

(NO   14   14    17) CST FRQ  1931  1108 CO-OC. 1901

     1  .11  .11 1.00 1931 1108 ACER PLATANOIDES L.     1-6   14   17

     2  .15  .04  .6213420 6054 FRAXINUS EXCELSIOR L.   1-6 3040 3611

     3  .19  .03  .622200910860 HEDERA HELIX L.         1-6   53   83

     4  .22  .03  .5818026 8758 CORYLUS AVELLANA L.     1-6 1802 2007

     5  .25  .03  .56 8990 3821 ACER PSEUDOPLATANUS L.  1-6   16   18

     6  .28  .03  .5119940 7675 FAGUS SILVATICA L.      1-6 2428 2840

     7  .30  .02  .4510629 5957 VIOLA SILVESTRIS (LAM.) 1-5 5764 6754

     8  .32  .02  .45 8418 4563 LAMIUM GALEOBDOLON (L.) 1-6 2764 3214

     9  .34  .02  .4117170 8863 CRATAEGUS MONOGYNA JACQ 1-6 4429 5248

    10  .36  .02  .38 8903 5109 BRACHYPODIUM SILVATICUM 1-6 6381 7796

    11  .37  .02  .39 7104 3968 LONICERA XYLOSTEUM L.   1-6  361  445

    12  .39  .02  .38 6178 3392 ASPERULA ODORATA L.     1-6 4669 5536

    13  .41  .01  .36 6540 3640 POLYGONATUM MULTIFLORUM 1-5 7162 8570

    14  .42  .01  .37 5813 3490 MERCURIALIS PERENNIS L. 1-6 2424 2833

    15  .43  .01  .36 8874 4911 POLYSTICHUM FILIX-MAS ( 1-6 7461 9316

    16  .45  .01  .36  744  419 ACER PLATANOIDES L.     2-6   13   17

    17  .46  .01  .33 9466 4683 ANEMONE NEMOROSA L.     1-6 4146 4900

    18  .47  .01  .3411752 4492 CARPINUS BETULUS L.     1-6  370  457

    19  .48  .01  .3512127 6212 CORNUS SANGUINEA L.     1-6 1800 2005

    20  .50  .01  .33 8141 4854 GERANIUM ROBERTIANUM L. 1-6 2597 3028

    21  .51  .01  .34 8485 4352 ACER CAMPESTRE L.       1-6    2    5

PLANTES LES PLUS DISCRIMINANTES DE ACER PSEUDOPLATANUS L.  1-6

(NO   16   16    18) CST FRQ  8990  3821 CO-OC. 3187

     1  .13  .13 1.00 8990 3821 ACER PSEUDOPLATANUS L.  1-6   16   18

     2  .16  .03  .5213420 6054 FRAXINUS EXCELSIOR L.   1-6 3040 3611

     3  .19  .03  .4919940 7675 FAGUS SILVATICA L.      1-6 2428 2840

     4  .22  .03  .5018026 8758 CORYLUS AVELLANA L.     1-6 1802 2007

     5  .24  .02  .42 8418 4563 LAMIUM GALEOBDOLON (L.) 1-6 2764 3214

     6  .27  .02  .472200910860 HEDERA HELIX L.         1-6   53   83

     7  .29  .02  .39 8874 4911 POLYSTICHUM FILIX-MAS ( 1-6 7461 9316

     8  .31  .02  .3810629 5957 VIOLA SILVESTRIS (LAM.) 1-5 5764 6754

     9  .32  .01  .32 7484 4195 ATHYRIUM FILIX-FEMINA ( 1-6 7511 9375

    10  .34  .01  .33 7700 4153 OXALIS ACETOSELLA L.    1-6 3141 3753

    11  .35  .01  .32 6178 3392 ASPERULA ODORATA L.     1-6 4669 5536

    12  .36  .01  .30 6540 3640 POLYGONATUM MULTIFLORUM 1-5 7162 8570

    13  .37  .01  .3117170 8863 CRATAEGUS MONOGYNA JACQ 1-6 4429 5248

    14  .39  .01  .30 9466 4683 ANEMONE NEMOROSA L.     1-6 4146 4900

    15  .40  .01  .3011752 4492 CARPINUS BETULUS L.     1-6  370  457

    16  .41  .01  .28 6805 3543 CAREX SILVATICA HUDS.   1-5 6090 7530

    17  .42  .01  .29 9693 5582 FRAGARIA VESCA L.       1-6 4442 5268

    18  .43  .01  .29 5813 3490 MERCURIALIS PERENNIS L. 1-6 2424 2833

    19  .44  .01  .28 9795 4288 SORBUS AUCUPARIA L.     1-6 4638 5494

    20  .45  .01  .27 8903 5109 BRACHYPODIUM SILVATICUM 1-6 6381 7796

    21  .46  .01  .28 8141 4854 GERANIUM ROBERTIANUM L. 1-6 2597 3028

    22  .47  .01  .26 3650 2234 PARIS QUADRIFOLIA L.    1-4 7360 8829

    23  .48  .01  .26 6061 3182 MILIUM EFFUSUM L.       1-6 6714 8085

    24  .49  .01  .26 7190 3405 ABIES ALBA MILL.        1-6 7403 9027

    25  .50  .01  .27 7104 3968 LONICERA XYLOSTEUM L.   1-6  361  445

    26  .51  .01  .26 5208 2932 PRENANTHES PURPUREA L.  1-6 1586 1781

 

 


3.1.2. Catalogue des plantes socio-écologiquement similaires (12Mo)

 

La similitude entre deux comportements de plantes est la somme des écarts de fidélités de tous les indices de variables, exprimée en pour cent par rapport au centre de gravité du tableau des fidélités des plantes aux plantes. On se limite arbitrairement aux 30 plantes présentant les plus faibles écarts. Ce catalogue peut être utilisé comme une aide à l’identification d’une plante en recherchant par exemple (Tableau 9.b), parmi les espèces similaires d’une plante identifiée dans une station, celle appartenant à un genre dont on ignore l’espèce. Il reste ensuite à procéder à la vérification du nom proposé dans une Flore. Cette procédure est plus simple à utiliser que l’indication de l’appartenance à un syntaxon que l’on trouve parfois dans certaines Flores.

 

Tableau 9.b

Début du catalogue des plantes socio-écologiquement similaires

Les plantes socio-écologiquement similaires ne sont généralement pas les mêmes que les plantes discriminantes. Ce sont souvent des plantes moins fréquentes. Noter que pour Acanthus mollis, plusieurs PASA abondants sont plus similaires à Acanthus que les PASA de même nom, quelle que soit leur abondance (Olea europaea, Euphorbia dendroides, Pistacia lentiscus, Rhamnus alaternus, etc.).

 


PLANTES LES PLUS SIMILAIRES A ACANTHUS MOLLIS L.      1-5 

 (NUMEROS    1    1    3), PRESENTE   24 FOIS. CO-OC.   369

    .38 MEDICAGO ARBOREA L.     1-4    .50 PHAGNALON SAXATILE (L.) 1-4    .53 ORYZOPSIS MILIACEA (L.) 1-6

    .43 OXALIS CERNUA THUNB.    1-5    .51 OLEA EUROPAEA L.        1-6    .53 MYRTUS COMMUNIS L.      3-6

    .46 OLEA EUROPAEA L.        3-6    .51 OXALIS CERNUA THUNB.    2-5    .53 CORONILLA VALENTINA L.  2-3

    .49 EUPHORBIA DENDROIDES L. 3-6    .51 RHAMNUS ALATERNUS L.    3-5    .53 ORYZOPSIS COERULESCENS  2-5

    .49 AGAVE AMERICANA L.      1-2    .52 EUPHORBIA DENDROIDES L. 1-6    .53 FUMANA LEVIPES (L.) SPA 1-3

    .49 CORONILLA GLAUCA L.     1-4    .52 ARISARUM VULGARE TARG.- 1-6    .54 MELI PYRA SUBS RAMOSA V 2-3

    .50 CORONILLA VALENTINA L.  1-3    .52 PHAGNALON SAXATILE (L.) 2-4    .54 MEDICAGO ARBOREA L.     2-4

    .50 PISTACIA LENTISCUS L.   3-6    .52 CONVOLVULUS ALTHAEOIDES 1-4    .54 CERATONIA SILIQUA L.    1-5

    .50 OLEA EURO SUBS SILVESTR 1-5    .52 ANDROPOGON HIRTUS L.    1-6    .55 CNEORUM TRICOCCUM L.    2-3

    .50 ORYZOPSIS COERULESCENS  1-5    .53 TEUCRIUM FRUTICANS L.   1-1    .55 ANDROPOGON HIRTUS L.    2-6

 PLANTES LES PLUS SIMILAIRES A ACER CAMPESTRE L.       1-6 

(NUMEROS    2    2    5), PRESENTE 5094 FOIS. CO-OC.  3106

    .16 ROSA ARVENSIS L.        1-5    .21 LONICERA XYLOSTEUM L.   2-6    .24 CRATAEGUS MONOGYNA JACQ 1-6

    .18 BRACHYPODIUM SILVATICUM 1-6    .21 CORYLUS AVELLANA L.     3-6    .24 PRUNUS AVIUM L.         2-6

    .19 LIGUSTRUM VULGARE L.    1-6    .21 CRATAEGUS OXYACANTHA L. 1-5    .24 VIOLA SILVESTRIS (LAM.) 1-5

    .19 EUPHORBIA AMYGDALOIDES  1-6    .21 EVONYMUS VULGARIS MILL. 1-6    .24 TILIA CORDATA MILL.     1-6

    .19 CORYLUS AVELLANA L.     1-6    .22 LONICERA XYLOSTEUM L.   1-6    .24 TILIA PLATYPHYLLOS SCOP 1-6

    .19 ROSA ARVENSIS L.        2-5    .22 CORNUS MAS L.           1-6    .25 MERCURIALIS PERENNIS L. 1-6

    .20 PRUNUS AVIUM L.         1-6    .22 HEDERA HELIX L.         4-6    .25 CRATAEGUS OXYACANTHA L. 2-5

    .20 HEDERA HELIX L.         3-6    .22 EUPHORBIA AMYGDALOIDES  2-6    .25 PIRUS MALUS L.          1-6

    .20 CORNUS SANGUINEA L.     1-6    .23 CAMPANULA TRACHELIUM L. 1-4    .26 VIOLA SILVESTRIS (LAM.) 2-5

    .20 CRATAEGUS MONOGYNA JACQ 2-6    .24 HEDERA HELIX L.         1-6    .26 VINCA MINOR L.          1-6

 PLANTES LES PLUS SIMILAIRES A ACER MONSPESSULANUM L.  1-6 

(NUMEROS    3    4    9), PRESENTE  792 FOIS. CO-OC.  2242

    .12 ACER MONSPESSULANUM L.  2-6    .33 HELLEBORUS FOETIDUS L.  1-4    .37 RHAMNUS SAXATILIS JACQ. 1-6

    .23 QUERCUS LANUGINOSA LAM. 4-6    .33 CEPHALANTHERA RUBRA (L. 1-4    .37 PRUNUS MAHALEB L.       2-6

    .26 LONICERA ETRUSCA SANTI  1-6    .33 PRUNUS MAHALEB L.       1-6    .37 CYTISUS SESSILIFOLIUS L 1-6

    .27 QUERCUS LANUGINOSA LAM. 1-6    .34 CHRYSANTHEMUM CORYMBOSU 2-5    .37 CEPHALANTHERA PALLENS ( 1-3

    .29 BUXUS SEMPERVIRENS L.   4-6    .34 RUBIA PEREGRINA L.      1-6    .37 VIOL ALBA SUBS DENHARDT 1-3

    .30 CHRYSANTHEMUM CORYMBOSU 1-5    .35 CORONILLA EMERUS L.     2-5    .38 ARABIS TURRITA L.       1-3

    .31 LONICERA ETRUSCA SANTI  2-6    .36 COLUTEA ARBORESCENS L.  1-4    .38 RHAMNUS SAXATILIS JACQ. 2-6

    .32 CORONILLA EMERUS L.     1-5    .36 SORBUS DOMESTICA L.     1-5    .38 EPIPACTIS LATIFOLIA (L. 1-4

    .32 BUXUS SEMPERVIRENS L.   1-6    .36 CEPHALANTHERA XIPHOPHYL 1-3    .38 AMELANCHIER ROTUNDIFOLI 2-6

    .32 HELLEBORUS FOETIDUS L.  2-4    .37 ACER OPALUS MILLER      1-5    .38 MELITTIS MELISSOPHYLLUM 1-4

 PLANTES LES PLUS SIMILAIRES A ACER NEGUNDO L.         1-6 

(NUMEROS    5    7   13), PRESENTE  145 FOIS. CO-OC.   826

    .25 ACER NEGUNDO L.         3-6    .43 SALIX X-RUBENS SCHRANK  1-5    .47 SALIX FRAGILIS L.       1-6

    .31 POPULUS NIGRA L.        3-6    .44 IMPATIENS ROYLEI WALPER 1-6    .47 PART QUIN SUBS VITACEA  3-4

    .36 SALIX ALBA L.           3-6    .44 PART QUIN SUBS VITACEA  1-4    .47 ARCTIUM LAPPA L.        1-4

    .36 PARTHENOCISSUS QUINQUEF 1-6    .45 IMPATIENS ROYLEI WALPER 3-6    .47 SOLIDAGO SEROTINA AITON 3-6

    .37 POPULUS NIGRA L.        1-6    .45 RUBUS COESIUS L.        3-6    .47 POPULUS ALBA L.         1-6

    .37 SALIX ALBA L.           1-6    .45 CUCUBALUS BACCIFER L.   1-5    .48 FRAX OXYP SUBS ANGUSTIF 1-6

    .38 LAMIUM MACULATUM L.     3-6    .46 ARISTOLOCHIA CLEMATITIS 2-4    .48 LAMIUM MACULATUM L.     1-6

    .40 HUMULUS LUPULUS L.      1-5    .46 ALLIARIA OFFICINALIS AN 1-6    .48 DIPSACUS PILOSUS L.     1-6

    .43 ALLIARIA OFFICINALIS AN 2-6    .46 URTICA DIOICA L.        3-6    .48 SOLIDAGO SEROTINA AITON 1-6

    .43 PARTHENOCISSUS QUINQUEF 3-6    .47 ARCTIUM LAPPA L.        2-4    .49 SALIX VIMINALIS L.      1-6

 PLANTES LES PLUS SIMILAIRES A ACER OPALUS MILLER      1-5 

(NUMEROS    6    9   14), PRESENTE 1323 FOIS. CO-OC.  2437

    .12 ACER OPALUS MILLER      2-5    .27 CAMPANULA PERSICAEFOLIA 1-3    .29 DAPHNE LAUREOLA L.      1-6

    .17 CORONILLA EMERUS L.     1-5    .27 DIGITALIS LUTEA L.      1-5    .30 SORBUS ARIA (L.) CRANTZ 2-6

    .21 CEPHALANTHERA PALLENS ( 1-3    .27 SORBUS ARIA (L.) CRANTZ 1-6    .30 PRIM OFFI SUBS COLUMNAE 1-4

    .22 HELLEBORUS FOETIDUS L.  1-4    .27 HELLEBORUS FOETIDUS L.  2-4    .30 HYPERICUM MONTANUM L.   1-6

    .22 CORONILLA EMERUS L.     2-5    .28 CYTISUS SESSILIFOLIUS L 1-6    .30 ARABIS TURRITA L.       1-3

    .23 CEPHALANTHERA RUBRA (L. 1-4    .28 CYTISUS SESSILIFOLIUS L 3-6    .31 POLYGONATUM ODORATUM (M 1-5

    .24 EPIPACTIS LATIFOLIA (L. 1-4    .28 MELITTIS MELISSOPHYLLUM 1-4    .31 BUXUS SEMPERVIRENS L.   4-6

    .24 CHRYSANTHEMUM CORYMBOSU 1-5    .29 MELITTIS MELISSOPHYLLUM 2-4    .31 DAPHNE LAUREOLA L.      2-6

    .25 CEPHALANTHERA XIPHOPHYL 1-3    .29 EUPHORBIA DULCIS L.     2-6    .32 ACER OPAL SUBS ITALUM L 1-4

    .25 HEPATICA TRILOBA CHAIX  1-6    .29 CHRYSANTHEMUM CORYMBOSU 2-5    .32 QUERCUS LANUGINOSA LAM. 4-6

 PLANTES LES PLUS SIMILAIRES A ACER PLATANOIDES L.     1-6 

(NUMEROS    9   14   17), PRESENTE 1322 FOIS. CO-OC.  1961

    .12 ACER PLATANOIDES L.     2-6    .25 VIOLA SILVESTRIS (LAM.) 2-5    .27 PARIS QUADRIFOLIA L.    1-4

    .19 ULMUS SCABRA MILL.      1-6    .25 POLYGONATUM MULTIFLORUM 1-5    .27 GEUM URBANUM L.         1-6

    .19 FRAXINUS EXCELSIOR L.   1-6    .25 CAREX SILVATICA HUDS.   1-5    .27 VIBURNUM OPULUS L.      1-6

    .19 ACER PSEUDOPLATANUS L.  1-6    .25 TILIA CORDATA MILL.     1-6    .27 MELICA UNIFLORA RETZ.   1-6

    .20 MERCURIALIS PERENNIS L. 3-6    .25 TILIA PLATYPHYLLOS SCOP 1-6    .28 ASPERULA ODORATA L.     1-6

    .21 MERCURIALIS PERENNIS L. 1-6    .26 RIBES ALPINUM L.        2-5    .28 CRATAEGUS OXYACANTHA L. 1-5

    .22 LAMIUM GALEOBDOLON (L.) 1-6    .26 FRAXINUS EXCELSIOR L.   3-6    .28 LAMIUM GALEOBDOLON (L.) 3-6

    .23 PULMONARIA OFFICINALIS  1-5    .26 ACER PSEUDOPLATANUS L.  3-6    .28 BROMUS ASPER MURR.      1-5

    .23 VIOLA SILVESTRIS (LAM.) 1-5    .26 CORYLUS AVELLANA L.     1-6    .28 RIBES ALPINUM L.        1-5

    .24 CORYLUS AVELLANA L.     3-6    .27 ASARUM EUROPAEUM L.     1-6    .28 ARUM MACULATUM L.       1-5

 PLANTES LES PLUS SIMILAIRES A ACER PSEUDOPLATANUS L.  1-6 

(NUMEROS   10   16   18), PRESENTE 4692 FOIS. CO-OC.  3311

    .19 ACER PSEUDOPLATANUS L.  3-6    .25 PARIS QUADRIFOLIA L.    2-4    .27 LAMIUM GALEOBDOLON (L.) 3-6

    .19 PARIS QUADRIFOLIA L.    1-4    .25 CAREX SILVATICA HUDS.   1-5    .27 FAGUS SILVATICA L.      1-6

    .19 ACER PLATANOIDES L.     1-6    .25 ACER PLATANOIDES L.     2-6    .27 CORYLUS AVELLANA L.     3-6

    .20 LAMIUM GALEOBDOLON (L.) 1-6    .25 MERCURIALIS PERENNIS L. 1-6    .27 POLYSTICHUM FILIX-MAS ( 2-6

    .20 FRAXINUS EXCELSIOR L.   1-6    .26 PRIMULA ELATIOR (L.) SC 1-6    .28 GERANIUM ROBERTIANUM L. 1-6

    .21 POLYSTICHUM FILIX-MAS ( 1-6    .26 ANEMONE NEMOROSA L.     1-6    .28 ATHYRIUM FILIX-FEMINA ( 1-6

    .22 ULMUS SCABRA MILL.      1-6    .26 POLYGONATUM MULTIFLORUM 1-5    .28 PULMONARIA OFFICINALIS  1-5

    .23 VIOLA SILVESTRIS (LAM.) 1-5    .26 MERCURIALIS PERENNIS L. 3-6    .28 VIBURNUM OPULUS L.      1-6

    .24 ASPERULA ODORATA L.     1-6    .26 VIOLA SILVESTRIS (LAM.) 2-5    .28 SENECIO NEMORENSIS L.   1-6

    .25 MILIUM EFFUSUM L.       1-6    .27 CORYLUS AVELLANA L.     1-6    .28 ASPERULA ODORATA L.     3-6

 


3.2. Gestion du tableau des fidélités moyennes, milieux des relevés

 

            Avant d’aborder les classifications de relevés, testons le tableau des fidélités moyennes, d’une part en utilisant les fidélités moyennes d’une plante pour montrer leurs répartitions sur un carton géographique : c’est la flore probable, et d’autre part, introduisons les pouvoirs discriminants des plantes dans les relevés pour en suggérer le milieu et tester les plantes qui s’en éloignerait : c’est la réécriture socio-écologique des relevés.

 

3.2.1. Flore probable

 

            La fidélité moyenne d’une plante dans un relevé est la probabilité d’y trouver le milieu qui lui convient. Lors du calcul de la flore probable pour une plante A donnée, on fait comme si elle ne se trouvait pas dans le relevé. En quelque sorte, on demande aux autres plantes du relevé de dire si le milieu correspondant pourrait convenir à la plante A. Dans la pratique ce calcul aboutit parfois à gommer des stations d’une plante pourtant bien présente dans un relevé mais trop éloignée de son milieu habituel. Cela revient aussi à faire apparaître des plantes dans des milieux qui leur conviendraient mais d’où elles sont effectivement absentes. Enfin et surtout, les cartons géographiques de la flore probable montrent très fréquemment des gradients écologiques nets (Figure 1). Un autre trait remarquable de la flore probable est sa stabilité au cours du temps) (représentée sur le site de SOPHY), vu au travers de l’accroissement en relevés de la banque de données.

 

Figure 1

Flore observée et flore probable de Rubus idaeus (le Framboisier)

La partie où le Framboisier est le plus probable correspond à des zones d’altitudes supérieures à 500m (rouge plus ou moins foncé). Sa probabilité est beaucoup plus faible en deçà de cette zone. Des stations sont effacées dans le nord-ouest de la France et dans les Pyrénées ; d’autres apparaissent, comme en Corse, mais dans ces secteurs, leurs probabilités restent faibles. Dans cet exemple, il y a pratiquement autant de points représentés sur les deux cartes (4093 et 4035) mais leurs distributions diffèrent : les points représentatifs de la flore probable sont plus concentrés dans les montagnes : ils montrent des gradients écologiques.

 


Flore observée

Flore probable

 

 


3.2.2. Réécriture socio-écologique des relevés phytosociologiques

 

Le but de la réécriture socio-écologique est de suggérer rapidement, après une prospection, le milieu correspondant à des relevés phytosociologiques. Le principe de cette réécriture consiste à calculer les pouvoirs discriminants d’un relevé, puis à les ranger dans l’ordre décroissant (Tableau 10). On répartit ensuite les plantes en trois lots : 1°) les plantes discriminantes qui sont dans le relevé ; 2°) les plantes discriminantes qui n’ont pas été observées dans le relevé 3°) les plantes du relevé faiblement discriminantes. Le premier lot de plantes permet d’identifier le milieu du relevé, le deuxième lot permet de compléter l’identification du milieu et éventuellement (mais avec des réserves) de proposer des noms de plantes pour celles qui sont mal identifiées ou de compléter cette liste par une nouvelle prospection. Dans le troisième lot on peut mettre le doigt sur des erreurs possibles de détermination, d’enregistrement des données ou encore sur des insuffisances d’échantillonnage, en calculant l’écart entre le centre de gravité du relevé et la définition socio-écologique de chaque plante. Si cet écart est trop fort, il peut y avoir suspicion d’erreur. Par ce calcul, on peut remarquer que les plantes sont tantôt des objets réels, concrets, ce sont les plantes du relevé, tantôt ces plantes sont des objets abstraits : ce sont les « plantes discriminantes absentes du relevé » qui comme toutes les plantes discriminantes suggèrent le milieu du relevé.

 

Tableau 10

Réécriture écologique d’un relevé phytosociologique

            Le document ci-dessous comporte successivement la référence bibliographique complète d’où provient le relevé, sa localisation, ses effectifs. Les plantes sont rangées dans l’ordre des pouvoirs discriminants décroissants, et classées en trois lots. Le relevé présenté provient de la référence n°5, le tableau n°3 et il est le 4ème dans ce tableau. Il a été réalisé sur la commune de Daubensand (n°INSEE 67-86). L’altitude de la station est de 157m. Les plantes discriminantes du relevé révèlent un milieu humide (Lysimachia vulgaris, Lythrum salicaria, Viburnum opulus, Rhamnus frangula, etc.), neutrophile à légèrement basique (plantes calcicoles : Ligustrum vulgare, Viburnum lantana, Rhamnus cathartica, etc.). C’est un milieu qui serait favorable à Fraxinus excelsior, Quercus pedunculata, Alnus glutinosa, Acer campestre, etc. ainsi que le suggèrent les valeurs des plantes discriminantes absentes du relevé. Enfin plusieurs plantes à niveau d’abondance se trouvent dans ce relevé sans pour autant être très discriminantes.

 


5 : CARBIENER (R.), 1974 .- Die Linksrheinischen Naturraüme und Waldungen der Schutzgebiete von Rhinau und Daubensand (Frankreich) : eine pflanzensoziologische und landschaftsökologische Studie. Das Taubergiessengebiet, die Natur-und Landschaftsschutzgebiete Baden-Württembergs , Vol. 7 : 437 - 535.

 

Relevé : 5 3 4 DAUBENSAND 53.700 6.000 67 157 86 2

Nombre de plantes du relevé : 43      Nombre de plantes discriminantes : 50

Plantes discriminantes du relevé

 

FIM PD
31  24 CORNUS SANGUINEA L.     1-6
27  19 LIGUSTRUM VULGARE L.    1-6
31  18 CRATAEGUS MONOGYNA JACQ 1-6
21  14 LYSIMACHIA VULGARIS L.  1-6
20  13 ANGELICA SILVESTRIS L.  1-6
19  12 LYTHRUM SALICARIA L.    1-6
19  11 RUBUS COESIUS L.        1-6
19  11 VIBURNUM OPULUS L.      1-6
17   9 IRIS PSEUDACORUS L.     1-6
17   9 ARUNDO PHRAGMITES L.    1-6
19   9 VIBURNUM LANTANA L.     1-5
16   8 RHAMNUS FRANGULA L.     1-6

18   7 LONICERA XYLOSTEUM L.   1-6

 

 

FIM PD
16   7 MOLINIA CAERULEA (L.) M 1-6
14   7 SYMPHYTUM OFFICINALE L. 1-5
13   6 CAREX ACUTIFORMIS EHRH. 1-6
13   5 LYSIMACHIA VULGARIS L.  2-6
14   5 VICIA CRACCA L.         1-6
20   5 CAREX GLAUCA MURR.      1-6
12   4 CIRSIUM ARVENSE (L.) SC 1-5
12   4 RHAMNUS CATHARTICA L.   1-5
12   4 CIRSIUM PALUSTRE (L.) S 1-5
12   4 ROSA CANINA L.          1-6
10   3 LIGUSTRUM VULGARE L.    3-6
10   3 SALIX PURPUREA L.       1-6

Plantes du relevé

faiblement discriminantes

Fidélité   Pouv.

moyenne discr.

Plantes discriminantes

absente du relevé

 

27   17
21   13
28   13
23   11
19   10
21    9
17    7
17    7
15    7
19    7
14    7
14    6
14    6
14    6
14    6
14    5
14    5
24    4
14    4
14    4
11    4
15    4
11    4
12    4
14    3
FRAXINUS EXCELSIOR L.   1-6
FILIPENDULA ULMARIA (L. 1-6
CORYLUS AVELLANA L.     1-6
QUERCUS PEDUNCULATA EHR 1-6
URTICA DIOICA L.        1-6
PRUNUS SPINOSA L.       1-6
EVONYMUS VULGARIS MILL. 1-6
CRATAEGUS MONOGYNA JACQ 2-6
CONVOLVULUS SEPIUM L.   1-6
BRACHYPODIUM SILVATICUM 1-6
MENTHA AQUATICA L.      1-6
PHALARIS ARUNDINACEA L. 1-6
GALIUM PALUSTRE L.      1-6
ALNUS GLUTINOSA (L.) GA 1-6
EUPATORIUM CANNABINUM L 1-6
GLECHOMA HEDERACEUM L.  1-6
DESCHAMPSIA COESPITOSA  1-6
HEDERA HELIX L.         1-6
AGROSTIS ALBA L.        1-6
RANUNCULUS REPENS L.    1-6
CORNUS SANGUINEA L.     3-6
ACER CAMPESTRE L.       1-6
SOLANUM DULCAMARA L.    1-5
GALIUM APARINE L.       1-6

POA TRIVIALIS L.        1-6

VIBURNUM OPULUS L.      2-6
IRIS PSEUDACORUS L.     2-6
SYMPHYTUM OFFICINALE L. 2-5
SALIX ALBA L.           1-6
RHAMNUS FRANGULA L.     2-6
CALAMAGROSTIS EPIGEIOS  1-6
ALNUS INCANA (L.) MOENC 1-6
STACHYS PALUSTRIS L.    1-5
CIRSIUM ARVENSE (L.) SC 2-5
COLCHICUM AUTUMNALE L.  1-5
CAREX GLAUCA MURR.      3-6
BERBERIS VULGARIS L.    1-6
RHAMNUS CATHARTICA L.   2-5
SALIX PURPUREA L.       3-6
CAREX ACUTIFORMIS EHRH. 4-6
CALAMAGROSTIS EPIGEIOS  3-6
OENANTHE LACHENALI GMEL 1-5
SALIX NIGRICANS (SM.) E 1-6
10    3
9    2
8    2
8    2
8    2
8    2
7    1
7    1
7    1
7    1
7    1
6    1
5    1
5    0
4    0
4    0
4    0
3    0

 

 


3.3. Classification socio-écologique des plantes

 

3.3.1. Résultat numérique d’une classification de plantes

 

Le résultat d’une classification (Tableau 11) est constitué par une succession d’agrégations, n-1 agrégations pour n individus, caractérisées par des numérotations, l’effectif, le type d’opération (création, addition ou fusion), la distance d’agrégation. Les agrégations sont rangées dans l’ordre croissant des distances. Ce résultat sera remanié sous la forme d’un graphique appelé dendrogramme pour être compris et utilisé dans la chaîne des calculs.

 

Tableau 11

Fragment du résultat de la classification des plantes

1er 2nd  individu = Premier et second numéro de l’individu

Opé = type d’opération : 1 = création ; 2 et 3 = addition ; 4 fusion

NbAg = nombre d’agrégations réalisées ; Eff = leur effectif

 


       1er  2nd  Distance Opé NbAg  Eff

       Individu

 AGR   477  478  .000000    1    1    2

 AGR   737  738  .000000    1    2    2

 AGR  1840 1841  .000000    1    3    2

 AGR  2029 2030  .000000    1    4    2

 AGR  2363 2364  .000000    1    5    2

.....

 AGR  1770 2028  .388925    4 2197    4

 AGR  2558 1770  .389160    4 2198  116

 AGR   170 2727  .397953    2 2199    4

 AGR  2545  185  .398019    3 2200   14

 AGR  4041  894  .398110    3 2201    3

 AGR   500 4041  .383832    4 2202   11

 AGR    92  822  .398218    2 2203   34

 AGR  1947 3186  .398277    1 2204    2

 AGR   208 1947  .382890    4 2205   41

.....

 AGR   288  976  .477700    4 3218  518

 AGR   545 2545  .507255    4 3219  258

 AGR  1399 1860  .507368    2 3220    8

 AGR   545  340  .508014    4 3221  429

 AGR    47  839  .508324    4 3222   44

 AGR  1954 3793  .508395    2 3223    4

 AGR   838 3947  .508429    2 3224    3

 AGR   489 1196  .508525    2 3225   52

 AGR   491  494  .508543    1 3226    2

 AGR  1227 3069  .508692    1 3227    2

 AGR  2119 3104  .508699    4 3228   14

 AGR  2119 1828  .492282    4 3229   26

 AGR   665  248  .508739    3 3230    3

 AGR   372 2442  .509215    4 3231    7

 AGR  1803 2542  .509857    1 3232    2

 

 AGR   666  844  .510158    4 3233   27

 AGR   666 3621  .498314    2 3234   28

 AGR  2770 3227  .510354    1 3235    2

 AGR  3335 4427  .510596    4 3236  334

.....

 AGR   545 1189  .609748    4 3961  598

 AGR  3335  586  .623021    4 3962  688

 AGR  3296  550  .623021    3 3963    4

 AGR  2119 3296  .609179    4 3964   66

 AGR  2628 3845  .623581    2 3965  404

 AGR   321 2413  .623968    2 3966   12

 AGR  1019 4033  .623982    2 3967    3

 AGR   234 1019  .614346    4 3968    6

 AGR  2526 3888  .624083    1 3969    2

 AGR  3335 2526  .577979    4 3970  690

 AGR   545 2834  .624740    4 3971  600

 AGR  1827 3546  .624806    2 3972    3

 AGR  1414 1009  .624823    4 3973   29

 AGR  2329 2779  .625024    2 3974    3

 AGR  2329 2330  .610647    4 3975    5

 AGR  2329  216  .601372    4 3976    7

 AGR  1092 2329  .595022    4 3977  479

 AGR   545  294  .625252    3 3978  601

.....

 AGR   288 1104  .946717    2 4589 4585

 AGR   813 3271  .947557    2 4590    3

 AGR   288  813  .952447    4 4591 4588

 AGR   288  126  .958913    3 4592 4589

 AGR   288 1165  .959732    2 4593 4590

 AGR   288 2350  .960165    4 4594 4592

 AGR   288 1517  .976306    2 4595 4593

 AGR   288 4453  .990347    4 4596 4596

 AGR   288 4438  .997808    4 4597 4598

       1er  2nd  Distance Opé NbAg  Eff

            Individu

 


Exemple de lecture : la première ligne (NbAg = 1) correspond à la création (Opé = 1) d’un premier groupe constitué par les plantes 477 et 478 à une distance nulle (il s’agit en fait d’une espèce et de son taxon infra-spécifique). La ligne 3234 montre l’addition (Opé = 2) de la plante n°3621 au groupe n°666, l’effectif de ce groupe passe de 27 à 28. A la ligne 4591 il s’agit d’une fusion (Opé = 4) du groupe 288 et du groupe 813 de 3 plantes constitué à la ligne 4590. Le dernier nombre de la liste, 4598, est l’effectif des plantes classées. La dernière agrégation NbAg vaut Eff – 1.

 

3.3.2. Expression de la classification : les dendrogrammes

 

Un dendrogramme est un graphique en forme d’arbre qui exprime le résultat d’une classification. Les graphiques de ce genre les plus connus sont les arbres généalogiques ; mais les graphiques issus de classifications numériques doivent posséder des caractéristiques propres, nécessaires pour exprimer au mieux différents types de résultats, que ceux-ci concernent les plantes ou les relevés.

 

            A mesure de son déroulement, une classification produit trois types d’agrégations 1°) deux individus s’agrègent en constituant un groupe initial, quel que soit leur distance ou leur écart : on appelle cette opération une « création » 2°) un individu s’agrège à un groupe déjà constitué, et cela, quelle que soit sa taille (son effectif) : cette opération est dénommée une « addition » 3°) deux groupes s’agrègent et cela aussi quels que soient leurs effectifs : cette dernière opération est appelée une « fusion ». La fusion est une opération importante dans la mesure où elle produit, petit à petit, des groupes de plus en plus volumineux et donc aboutit à des regroupements majeurs. Il faut donc faire apparaître explicitement sur le dendrogramme cette opération autant que les autres.

 

a) Dendrogramme des individus

 

Chaque individu est représenté sur une ligne : il est figuré généralement par un tiret « - » suivi au minimum par deux numéros, le numéro de l’agrégation puis celui de l’individu. La ligne peut être complétée par le nom de la plante ou de la station, ou par tout autre type d’information selon le sujet traité. Une fois les agrégations réordonnées, elles sont numérotées par ordre croissant. Cette numérotation sera utilisée pour identifier les groupes. Un groupe est identifié par le numéro de la dernière agrégation qui le constitue. Notons que le dendrogramme est calé à droite, les numéros et autres renseignements sont calés à gauche.

 

a.1) Représentation de la création

 

            Les deux individus de la création sont reliés par un trait vertical, un « I », positionné en fonction de l’échelle logarithmique des distances (Tableau 12.a). Lorsque la distance entre deux individus est très faible ou nulle, le trait vertical remplace le tiret repérant les individus.

 

Tableau 12.a

Représentation d’une création

            AGR est le numéro de l’agrégation (ici, 790), c’est pour cela qu’il est indiqué pour les deux individus. NUPL est le numéro des PASA. L’échelle logarithmique, en gras, court de la droite vers la gauche : les « I » de cette création sont situés à une distance de 0.4

 


ECHELLE  LOGARITHMIQUE  DES  DISTANCES

EN  DIXIEMES  DE  L'ECART  TOTAL   AGR NUPL NOMS  DES  PLANTES

 10         4 3   2    1        0

        I                   I - -  790 2559 HELLEBORUS LIVIDUS SOLA 1-3

        I     I=============I - -  790 2560 HELL LIVI SUBS CORSICUS 1-3

 


a.2) Représentation de l’addition

 

A un groupe déjà constitué s’ajoute un individu repéré par des tirets. Il est relié au groupe qui lui correspond par des signes « = » et des « I » disposé à la distance de l’agrégation.

 

Tableau 12.b

Représentation d’une addition

            L’agrégation n°31 est une addition (de même que 32) : en gras les traits de raccordement

 


ECHELLE  LOGARITHMIQUE  DES  DISTANCES

EN  DIXIEMES  DE  L'ECART  TOTAL   AGR NUPL NOMS  DES  PLANTES

 10         4 3   2    1        0

              I          I- - - -   30 1606 GLOBULARIA VULGARIS L.  1-6

              I     I====I- - - -   30 1610 GLOB VULG SUBS WILLKOMM 1-5

              I     I - - - - - -   31 1772 TEUCRIUM MONTANUM L.    1-6

              I    II - - - - - -   32 1823 LINUM TENUIFOLIUM L.    1-4

 


a.3) Représentation d’une fusion

 

Pour qu’une fusion puisse s’opérer, il faut au minimum que deux groupes aient été constitués. Cette opération est représentée sur une ligne nouvelle qui est seulement renseignée par son numéro d’agrégation.

 

Tableau 12.c

Représentation d’une fusion

            L’agrégation n°1556 fusionne avec l’agrégation n°1557, opération numérotée 1558 figurée sur la ligne suivante. En gras, les traits de raccordement. L’agrégation n°1558 rassemble quatre plantes.

 


ECHELLE  LOGARITHMIQUE  DES  DISTANCES

EN  DIXIEMES  DE  L'ECART  TOTAL   AGR NUPL NOMS  DES  PLANTES

 10         4 3   2    1        0

       I                       

       I    I - - - - - - - - - - 1556  521 CIST VILL SUBS VILLOSUS 1-2

       I  I=I - - - - - - - - - - 1556  739 CIRSIUM CASABONAE (L.)  1-2

       I  I                    

       I  I     I - - - - - - - - 1557  559 ACHILLEA NOBILIS L.     1-3

       I  I=====I - - - - - - - - 1557  560 ACHI NOBI SUBS LIGUSTIC 1-3

       I II                       1558

 


a.4) Conventions supplémentaires de représentation

 

Afin de faire ressortir le début d’un groupe, une ligne blanche est ajoutée, sans aucune numérotation avant chaque création (Tableau 12.c, avant les agrégations 1556 et 1557).

 

            En outre, lors d’une fusion, le groupe le plus nombreux est représenté en amont, l’autre, en aval afin de limiter la longueur des traits de raccordement et à montrer en priorité les phénomènes les mieux représentés par rapport à ceux qui suivent. S’il y a égalité d’effectifs entre deux groupes, sera représenté en premier celui qui a le numéro (NUPL) le plus petit, du premier individu de la première création de chacun de ces deux groupes (Tableau 13, agrégations 49 et 51, chacune de 3 plantes, dans lesquelles le numéro de l’individu 524 est plus petit que 3444).

 

a.5) Deux exemples de lecture d’un dendrogramme de plantes

 

Le premier exemple (Tableau 13) porte sur le début du dendrogramme. Il montre un groupe de 60 plantes calcicoles des collines situées principalement au nord du Massif central. Il permet de comprendre l’apport décisif de la caractérisation socio-écologique des plantes, puisque c’est elle qui est à la base de ce rangement. Il montre les espèces écologiquement similaires ; il montre aussi qu’un taxon infra-spécifique (ligne 29) peut se différencier de l’espèce qui lui correspond (ligne 7).

 

Tableau 13

Exemple de l’agrégation n°59 de 60 plantes

 

        ECHELLE  LOGARITHMIQUE  DES  DISTANCES

        EN DIXIEMES DE L'ECART TOTAL

                                   AGR NUPL NOMS  DES  PLANTES

            4 3   2    1        0

 

        ECHELLE  LOGARITHMIQUE  DES  DISTANCES

        EN DIXIEMES DE L'ECART TOTAL

                                   AGR NUPL NOMS  DES  PLANTES

            4 3   2    1        0

 

                               

                   I- - - - - - -    1  288 DIAN CARY SUBS VIRGINEU 1-4

                  II- - - - - - -    1  691 CENTAUREA PANICULATA L. 1-4

                  I            

                  I - - - - - - -    2 1820 LINUM NARBONENSE L.     1-3

                  I - - - - - - -    2 2965 THESIUM DIVARICATUM JAN 1-4

                  I                  3

                  I - - - - - - -    4  796 ECHINOPS RITRO L.       1-4

                  I             

                  I I - - - - - -    5  284 DIANTHUS CARYOPHYLLUS L 1-4

                  I=I - - - - - -    5 2868 GALI MOLL SUBS CORRUDAE 1-4

                  I                  6

                  I - - - - - - -    7 1264 ERYSIMUM HELVETICUM (JA 1-4

                  I            

                  I I - - - - - -    8 1701 LAVANDULA OFFICINALIS C 1-6

                  I=I - - - - - -    8 2048 GENISTA CINEREA (VILL.) 1-6

                  I - - - - - - -    9 2050 GENISTA HISPANICA L.    1-6

                  I - - - - - - -   10  670 CATANANCHE CAERULEA L.  1-5

                  I            

                  I I - - - - - -   11 1821 LINUM SALSOLOIDES LAM.  1-5

                  I I - - - - - -   11 2016 CORONILLA MINIMA L.     1-5

                  I=I - - - - - -   12 1990 ASTRAGALUS MONSPESSULAN 1-6

                  I                 13

                  I                 14

                 II - - - - - - -   15 1738 SATUREIA MONTANA L.     1-6

                 I- - - - - - - -   16 3662 CAREX HALLERIANA ASSO   1-5

                 I             

                 I I- - - - - - -   17  594 ARTEMISIA ALBA TURRA    1-5

                 I=I- - - - - - -   17  595 ARTE ALBA SUBS CAMPHORA 1-5

                 I                  18

                 I             

                 I- - - - - - - -   19 2891 GALIUM RUBRUM L.        1-4

                 I- - - - - - - -   19 2893 GALI RUBR SUBS OBLIQUUM 1-3

                II                  20

                I - - - - - - - -   21 1107 SEDUM ANOPETALUM DC.    1-5

               II - - - - - - - -   22 2741 POTENTILLA HIRTA L.     1-3

               I               

               I     I- - - - - -   23 3348 LASERPITIUM GALLICUM L. 1-5

               I=====I- - - - - -   23 3903 CALAMAGROSTIS ARGENTEA  1-6

               I                    24

               I               

               II - - - - - - - -   25  659 CARLINA ACANTHIFOLIA AL 1-4

               II - - - - - - - -   25 1997 ASTRAGALUS PURPUREUS LA 1-4

               I- - - - - - - - -   26  758 CREPIS ALBIDA VILL.     1-5

               I                    27

               I- - - - - - - - -   28  535 HELIANTHEMUM ITALICUM ( 1-6

              II- - - - - - - - -   29 1265 ERYS HELV SUBS BOCCONEI 1-4

 

              I                 

              I          I- - - -   30 1606 GLOBULARIA VULGARIS L.  1-6

              I     I====I- - - -   30 1610 GLOB VULG SUBS WILLKOMM 1-5

              I     I - - - - - -   31 1772 TEUCRIUM MONTANUM L.    1-6

              I    II - - - - - -   32 1823 LINUM TENUIFOLIUM L.    1-4

              I    I           

              I    I- - - - - - -   33 2759 POTENTILLA VERNA L.     1-5

              I    I- - - - - - -   33 2837 ASPERULA CYNANCHICA (BA 1-6

              I    I- - - - - - -   34 3423 SESELI MONTANUM L.      1-5

              I  I=I                35

              I  I             

              I  II - - - - - - -   36 1762 STACHYS RECTUS L.       1-4

              I  II - - - - - - -   36 1766 TEUCRIUM CHAMAEDRYS L.  1-6

              I  II - - - - - - -   37 1169 ARABIS HIRSUTA (L.) SCO 1-3

              I  I- - - - - - - -   38 3957 FESTUCA DURIUSCULA L.   1-6

              I II                  39

              I I - - - - - - - -   40 2164 ONONIS NATRIX L.        1-6

              I I - - - - - - - -   41 3327 ERYNGIUM CAMPESTRE L.   1-6

              I I - - - - - - - -   42 1917 OROBANCHE EPITHYMUM DC. 1-3

              I I - - - - - - - -   43 1360 CUSCUTA EPITHYMUM L.    1-6

              I I              

              I I - - - - - - - -   44 4350 ACERAS ANTROPOPHORA (L. 1-3

              I I - - - - - - - -   44 4374 LOROGLOSSUM HIRCINUM (L 1-3

              I I - - - - - - - -   45 1662 BRUNELLA LACINIATA L.   1-4

              III                   46

              II- - - - - - - - -   47 4384 OPHRYS ARANEIFERA HUDS. 1-5

              I                

              I    I- - - - - - -   48  524 FUMANA PROCUMBENS (DUN. 1-5

              I    I- - - - - - -   48 2166 ONONIS PUSILLA L.       1-5

              I   II- - - - - - -   49  527 HELIANTHEMUM APENNINUM  1-5

              I   I            

              I   I - - - - - - -   50 3444 TRINIA GLAUCA (L.) DUMO 1-4

              I   I - - - - - - -   50 4150 STYPA PENNATA L.        1-6

              I   I - - - - - - -   51 4034 KOELERIA VALLESIANA (SU 1-6

              I   I                 52

              I   I            

              I   II- - - - - - -   53  898 INULA MONTANA L.        1-4

              I   II- - - - - - -   53  919 LEONTODON CRISPUS VILL. 1-3

              I I=I                 54

              I I - - - - - - - -   55  530 HELIANTHEMUM CANUM (L.) 1-6

              I=I - - - - - - - -   56 2178 ONONIS STRIATA GOUAN    1-6

              I - - - - - - - - -   57 3670 CAREX HUMILIS LEYSS.    1-6

              I                     58

              I                     59

              I                

 

            Commentaire : l’agrégation 29 rassemble 30 plantes ; l’agr. 35, 7 plantes ; l’agr. 47, 19 plantes ; l’agr. 52, 6 plantes ; l’agr. 54, 8 plantes ; 57, 11 plantes ; 58, 30 plantes et 59, 60 plantes.

 

            Le second exemple (Tableau 14) porte sur les plantes des lieux humides et aquatiques de plaines. Le premier groupe (n°4416), de l’agrégation 4352 à 4416 comporte 66 plantes des lieux humides. Le second (n°4466), comporte 51 hydrophytes. Ils fusionnent à l’agrégation 4467 qui totalise 117 plantes. Cependant, 48 autres plantes appartenant à ces milieux très liés à l’eau, mais sans doute insuffisamment échantillonnées, ne se sont agrégées à aucun de ces groupes. Elles figurent néanmoins dans le groupe plus général n°4515 (non représenté) qui chapeaute le tout.

 

Tableau 14

Les plantes aquatiques (hygrophytes et hydrophytes) de plaines

La séparation entre hygrophytes et hydrophytes se fait à l’agrégation n°4416

 

ECHELLE  LOGARITHMIQUE  DES  DISTANCES

    EN  DIXIEMES  DE  L'ECART  TOTAL

                                   AGR NUPL NOMS  DES  PLANTES

 10         4 3   2    1        0

 

ECHELLE  LOGARITHMIQUE  DES  DISTANCES

    EN  DIXIEMES  DE  L'ECART  TOTAL

                                   AGR NUPL NOMS  DES  PLANTES

 10         4 3   2    1        0

 

   I                           

   I          I - - - - - - - - - 4352 2426 RUMEX HYDROLAPATHUM HUD 1-6

   I          I - - - - - - - - - 4352 4002 GLYCERIA ALTISSIMA (MOE 1-6

   I         II - - - - - - - - - 4353 4462 SPARGANIUM RAMOSUM CURT 1-6

   I         I- - - - - - - - - - 4354 3703 CAREX PSEUDO-CYPERUS L. 1-6

   I        II- - - - - - - - - - 4355 4469 TYPHA LATIFOLIA L.      1-6

   I        I - - - - - - - - - - 4356 2615 RANUNCULUS LINGUA L.    1-6

   I       II - - - - - - - - - - 4357 3432 SIUM LATIFOLIUM L.      1-5

   I       I                   

   I       I I- - - - - - - - - - 4358 3753 SCIRPUS LACUSTRIS L.    1-6

   I       I=I- - - - - - - - - - 4358 4466 TYPHA ANGUSTIFOLIA L.   1-6

   I       I                      4359

   I       I                   

   I       II - - - - - - - - - - 4360 1315 NASTURTIUM OFFICINALE R 1-6

   I       II - - - - - - - - - - 4360 3431 SIUM ERECTUM HUDSON     1-6

   I       I- - - - - - - - - - - 4361 3264 APIUM NODIFLORUM (L.) L 1-6

   I       I                      4362

   I       I                   

   I       I- - - - - - - - - - - 4363 3597 ACORUS CALAMUS L.       1-6

   I       I- - - - - - - - - - - 4363 3604 BUTOMUS UMBELLATUS L.   1-5

   I       I                      4364

   I       I                   

   I       I  I - - - - - - - - - 4365 3372 OENANTHE PHELLANDRIUM ( 1-6

   I       I  I - - - - - - - - - 4365 3542 ALISMA PLANTAGO L.      1-6

   I       I  I - - - - - - - - - 4366 1324 RORIPA AMPHIBIA (L.) BE 1-6

   I       I  I                

   I       I  II- - - - - - - - - 4367 3164 VERONICA ANAGALLIS L.   1-5

   I       I  II- - - - - - - - - 4367 3165 VERO ANAG SUBS AQUATICA 1-5

   I       I II                   4368

   I       III- - - - - - - - - - 4369 2631 RANUNCULUS SCELERATUS L 1-5

   I       II - - - - - - - - - - 4370 3825 ALOP GENI SUBS FULVUS S 1-6

   I       II                  

   I       III- - - - - - - - - - 4371  632 BIDENS CERNUA L.        1-6

   I       III- - - - - - - - - - 4371 4039 LEERSIA ORYZOIDES (L.)  1-6

   I       II                     4372

   I       II - - - - - - - - - - 4373 2431 RUMEX MARITIMUS L.      1-5

   I       II - - - - - - - - - - 4374 2405 POLYGONUM HYDROPIPER L. 1-6

   I       I- - - - - - - - - - - 4375 2409 POLYGONUM MINUS HUDS.   1-6

   I       I                      4376

   I      II- - - - - - - - - - - 4377 3543 ALIS PLAN VAR. GRAMINIF 1-6

   I     II - - - - - - - - - - - 4378 1907 LUDWIGIA PALUSTRIS (L.) 1-6

   I     I                     

   I     I   I- - - - - - - - - - 4379 3625 CAREX CYPEROIDES L.     1-5

   I     I   I- - - - - - - - - - 4379 3762 SCIRPUS OVATUS ROTH     1-6

   I     I I=I- - - - - - - - - - 4380  635 BIDENS RADIATA THUILLIE 1-6

   I     I=I- - - - - - - - - - - 4381 3745 SCIRPUS ACICULARIS L.   1-6

   I     I                        4382

   I     I                     

   I     I- - - - - - - - - - - - 4383  139 CALLITRICHE STAGNALIS S 1-6

   I     I- - - - - - - - - - - - 4383 2591 RANUNCULUS AQUATILIS L. 1-6

   I     I                        4384

   I     I                     

   I     I        I - - - - - - - 4385 2428 RUMEX X-LIMOSUS THUILL. 1-4

   I     I========I - - - - - - - 4385 2429 RUME X-LI VAR. X-PALUST 1-2

   I    II                        4386

   I    I - - - - - - - - - - - - 4387 4463 SPAR RAMO SUBS NEGLECTU 1-6

   I    I - - - - - - - - - - - - 4388 4580 MARSILIA QUADRIFOLIATA  1-6

   I    I                      

   I    I - - - - - - - - - - - - 4389 3541 ALISMA PARNASSIFOLIUM B 1-4

   I    I - - - - - - - - - - - - 4389 3754 SCIR LACU SUBS LACUSTRI 1-5

   I    I                         4390

   I    I                      

   I    I     I - - - - - - - - - 4391 1623 HYPERICUM HELODES L.    1-6

   I    I     I - - - - - - - - - 4391 3761 SCIRPUS MULTICAULIS SM. 1-6

   I    I  I==I - - - - - - - - - 4392 4232 JUNCUS SUPINUS MOENCH   1-6

   I    I  I                   

   I    I  I- - - - - - - - - - - 4393 3750 SCIRPUS FLUITANS L.     1-6

   I    I  I- - - - - - - - - - - 4393 4446 POTAMOGETON POLYGONIFOL 1-6

   I    I II                      4394

   I    III - - - - - - - - - - - 4395 3544 ALISMA RANUNCULOIDES L. 1-6

   I    II- - - - - - - - - - - - 4396 2301 LITORELLA LACUSTRIS L.  1-6

   I    II- - - - - - - - - - - - 4397 3263 APIUM INUNDATUM L.      1-6

   I    II- - - - - - - - - - - - 4398 4581 PILULARIA GLOBULIFERA L 1-6

   I    II- - - - - - - - - - - - 4399 4220 JUNCUS HETEROPHYLLUS DU 1-6

   I    II- - - - - - - - - - - - 4400 2604 RANU FLAM SUBS FLAMMULA 1-3

   I    II- - - - - - - - - - - - 4401 3768 SCIRPUS PUNGENS VAHL    1-6

   I    II                     

   I    III - - - - - - - - - - - 4402 1804 UTRICULARIA INTERMEDIA  1-6

   I    III - - - - - - - - - - - 4402 1806 UTRICULARIA MINOR L.    1-6

   I    II                        4403

   I    I                      

   I    I - - - - - - - - - - - - 4404 3540 ALISMA NATANS L.        1-6

   I    I - - - - - - - - - - - - 4404 4436 POTAMOGETON GRAMINEUS L 1-6

   I    I                         4405

   I    I                      

   I    I - - - - - - - - - - - - 4406 3436 THORELLA BULBOSA (THORE 1-4

   I    I - - - - - - - - - - - - 4406 3936 DESCHAMPSIA SETACEA (HU 1-5

   I    I                         4407

   I   II                         4408

 

   I   I- - - - - - - - - - - - - 4409 1403 ELATINE HEXANDRA (LAPIE 1-6

   I   I- - - - - - - - - - - - - 4410 3912 CATABROSA AQUATICA (L.) 1-6

   I   I                       

   I   I I- - - - - - - - - - - - 4411 3545 ALIS RANU VAR. REPENS L 1-4

   I   I=I- - - - - - - - - - - - 4411 4079 PHAL ARUN VAR. ARUNDINA 1-5

   I  II                          4412

   I  I                        

   I  II- - - - - - - - - - - - - 4413 1402 ELATINE ALSINASTRUM L.  1-5

   I  II- - - - - - - - - - - - - 4413 4437 POTA GRAM VAR. HETEROPH 1-6

   I  I                           4414

   I  I                        

   I  II- - - - - - - - - - - - - 4415 2611 RANUNCULUS HEDERACEUS L 1-5

   I  II- - - - - - - - - - - - - 4415 2614 RANUNCULUS LENORMANDI S 1-6

   I  I                           4416

   I  I                        

   I  I         I - - - - - - - - 4417 1644 MYRIOPHYLLUM SPICATUM L 1-6

   I  I        II - - - - - - - - 4417 4444 POTAMOGETON PECTINATUS  1-6

   I  I        I- - - - - - - - - 4418 4447 POTAMOGETON PUSILLUS L. 1-6

   I  I        I- - - - - - - - - 4419 4433 POTAMOGETON CRISPUS L.  1-6

   I  I        I- - - - - - - - - 4420 2601 RANUNCULUS CIRCINATUS S 1-6

   I  I        I- - - - - - - - - 4421  456 CERATOPHYLLUM DEMERSUM  1-6

   I  I        I- - - - - - - - - 4422 4445 POTAMOGETON PERFOLIATUS 1-6

   I  I       II- - - - - - - - - 4423 4174 HELODEA CANADENSIS RICH 1-6

   I  I       I                

   I  I       II- - - - - - - - - 4424 1863 NUPHAR LUTEUM SM.       1-6

   I  I       II- - - - - - - - - 4424 3548 SAGITTARIA SAGITTIFOLIA 1-6

   I  I       II- - - - - - - - - 4425 4464 SPARGANIUM SIMPLEX HUDS 1-6

   I  I       I                   4426

   I  I       I - - - - - - - - - 4427 4440 POTAMOGETON LUCENS L.   1-6

   I  I       I - - - - - - - - - 4428 1645 MYRIOPHYLLUM VERTICILLA 1-6

   I  I       I                

   I  I       I - - - - - - - - - 4429 4264 LEMNA MINOR L.          1-6

   I  I       I - - - - - - - - - 4429 4266 SPIRODELA POLYRRHIZA (L 1-6

   I  I       I - - - - - - - - - 4430 4265 LEMNA TRISULCA L.       1-6

   I  I       I                   4431

   I  I      II - - - - - - - - - 4432  137 CALLITRICHE OBTUSANGULA 1-6

   I  I      I- - - - - - - - - - 4433 4434 POTAMOGETON DENSUS L.   1-6

   I  I     II- - - - - - - - - - 4434 4441 POTAMOGETON MUCRONATUS  1-5

   I  I    II - - - - - - - - - - 4435 4471 ZANNICHELLIA PALUSTRIS  1-6

   I  I    I- - - - - - - - - - - 4436 4435 POTAMOGETON FLUITANS RO 1-6

   I  I    I                   

   I  I    I I- - - - - - - - - - 4437 4263 LEMNA GIBBA L.          1-6

   I  I    I=I- - - - - - - - - - 4437 4551 AZOLLA FILICULOIDES LAM 1-6

   I  I    I                      4438

   I  I    I- - - - - - - - - - - 4439 2606 RANUNCULUS FLUITANS LAM 1-6

   I  I    I                    

   I  I    I  I - - - - - - - - - 4440 1864 NYMPHAEA ALBA L.        1-6

   I  I    I II - - - - - - - - - 4440 4442 POTAMOGETON NATANS L.   1-6

   I  I    I I- - - - - - - - - - 4441 1805 UTRICULARIA MAJOR SCHMI 1-6

   I  I    I I                 

   I  I    I I- - - - - - - - - - 4442 2474 HOTTONIA PALUSTRIS L.   1-6

   I  I    I I- - - - - - - - - - 4442 4175 HYDROCHARIS MORSUS-RANA 1-6

   I  I    III                    4443

   I  I    II - - - - - - - - - - 4444 1808 UTRICULARIA VULGARIS L. 1-6

   I  I    I- - - - - - - - - - - 4445 1647 HIPPURIS VULGARIS L.    1-6

   I  I   II                      4446

   I  I   I                    

   I  I   I - - - - - - - - - - - 4447 3239 TRAPA NATANS L.         1-6

   I  I   I - - - - - - - - - - - 4447 4443 POTAMOGETON OBTUSIFOLIU 1-6

   I  I   I - - - - - - - - - - - 4448 4450 POTAMOGETON TRICHOIDES  1-6

   I  I   I - - - - - - - - - - - 4449 4348 NAIAS MAJOR ALL.        1-6

   I  I   I                       4450

   I  I   I - - - - - - - - - - - 4451 1855 NYMPHOIDES PELTATA (GME 1-6

   I  I I=I - - - - - - - - - - - 4452 2634 RANUNCULUS TRICHOPHYLLU 1-6

   I  I I - - - - - - - - - - - - 4453 4430 POTAMOGETON ACUTIFOLIUS 1-6

   I  I I - - - - - - - - - - - - 4454  457 CERATOPHYLLUM SUBMERSUM 1-6

   I  I I - - - - - - - - - - - - 4455 4432 POTAMOGETON COMPRESSUS  1-3

   I  I I - - - - - - - - - - - - 4456 3367 OENANTHE FLUVIATILIS CO 1-4

   I  I I - - - - - - - - - - - - 4457 4349 NAIAS MINOR ALL.        1-6

   I  I I                      

   I  I I - - - - - - - - - - - - 4458 4448 POTA PUSI SUBS PANORMIT 1-6

   I  I I - - - - - - - - - - - - 4458 4451 POTAMOGETON X-ZIZI MERT 1-6

   I  III                         4459

   I  II- - - - - - - - - - - - - 4460 4592 SALVINIA NATANS (L.) AL 1-6

   I  II- - - - - - - - - - - - - 4461 4461 SPARGANIUM MINIMUM FRIE 1-6

   I  II- - - - - - - - - - - - - 4462 4472 ZANN PALU VAR. PALUSTRI 1-6

   I  II- - - - - - - - - - - - - 4463 4176 VALLISNERIA SPIRALIS L. 1-5

   I  I                        

   I  I   I - - - - - - - - - - - 4464  136 CALLITRICHE HAMULATA KU 1-6

   I  I===I - - - - - - - - - - - 4464 1642 MYRIOPHYLLUM ALTERNIFLO 1-6

   I  I                           4465

   I  I - - - - - - - - - - - - - 4466 4449 POTAMOGETON RUFESCENS S 1-6

   I  I                           4467

 

 

a.6) Interprétation des dendrogrammes

 

            Un dendrogramme montre les similitudes écologiques entre les individus, mais il ne montre pas les interprétations qui permettraient de comprendre et de justifier les principes sur lesquels s’appuie la caractérisation écologique des plantes. Il doit être complété afin de mettre en évidence les phénomènes depuis les plus importants jusqu’aux plus modestes. C’est pourquoi il faut en premier lieu diviser le dendrogramme.

 

            Généralement les dendrogrammes sont divisés par une ligne située à une distance choisie par le praticien. Cette méthode expéditive a l’inconvénient de donner des groupes disparates, les uns très volumineux mais peu nombreux, d’autres, nombreux, ayant des effectifs faibles, souvent limités à un seul individu : cette méthode n’est pas conforme à ce qu’attendent les botanistes écologues ou les phytosociologues, qui souhaitent obtenir une hiérarchie. D’ailleurs, généralement, les traitements s’arrêtent à ce stade, sans poursuivre par une gestion numérique des résultats.

 

            Pour faire apparaître la hiérarchie il faut identifier les groupes les plus importants soit, par leurs effectifs, soit par diverses caractérisations statistiques, comme par exemple leur justesse, leurs effectifs ou leurs dispersions (non montrées) (Tableau 15). Il faut, avant de tracer le dendrogramme, réordonner les données du Tableau 11 (résultat de la classification) conformément aux « conventions supplémentaires » citées plus haut, et effectuer les calculs nécessaires devant préparer l’expression de la hiérarchie. Ce tableau 15 peut être confronté au tableau 13 tant pour la nature de l’agrégation que pour les individus agrégés, leurs effectifs respectifs ou encore la distance socio-écologique relative.

 

Tableau 15

Fragments (début et fin) des agrégations dans l’ordre du dendrogramme

La dernière agrégation (Rang act.), n°4597, comporte 4598 plantes (Nb. d’individus) et 3.575.190 observations (une plante dans un relevé).

 


        I D E N T I F I C A T I O N               DISTANCE      JUSTESSES en % Nb d’observations

 RANG RANG NB. d’indiv. NATURE DE Numéros des SOCIO-ECOLOGIQUE  J. DE    J. DU    1er     2nd

  ACT  INI. 1er    2nd  L'AGREG.   Individus  ABSOLUE RELATIVE L'AGREG.  GROUPE  GROUPE  GROUPE

                                    agrégés              en %

    1  177    1 -    1  CREATION  288 -  691   .1802      20      100      100    2102    1743

    2  242    1 -    1  CREATION 1820 - 2965   .1946      21      100      100     634    1768

    3  263    2 -    2  FUSION    288 - 1820   .1984      21       72       77    3845    2402

    4  264    4 -    1  ADDITION  288 -  796   .1834      20       66       72    6247    2146

    5  131    1 -    1  CREATION  284 - 2868   .1668      18      100      100    3289    3704

    6  265    5 -    2  FUSION    288 -  284   .1931      21       59       62    8393    6993

    7  329    7 -    1  ADDITION  288 - 1264   .2086      22       66       63   15386    1890

    8  114    1 -    1  CREATION 1701 - 2048   .1609      18      100      100    3888    1845

    9  234    2 -    1  ADDITION 1701 - 2050   .1934      21       87       90    5733    2150

   10  261    3 -    1  ADDITION 1701 -  670   .1979      21       77       84    7883    1785

   11   86    1 -    1  CREATION 1821 - 2016   .1511      17      100      100    2221    4352

   12   87    2 -    1  ADDITION 1821 - 1990   .1508      17       82       88    6573    2344

   13  266    4 -    3  FUSION   1701 - 1821   .1988      21       63       67    9668    8917

   14  330    8 -    7  FUSION    288 - 1701   .2079      22       48       51   17276   18585

   15  331   15 -    1  ADDITION  288 - 1738   .2010      22       54       51   35861    1308

   16  407   16 -    1  ADDITION  288 - 3662   .2231      24       59       54   37169    4896

   17  161    1 -    1  CREATION  594 -  595   .1771      19      100      100     419     135

   18  500   17 -    2  FUSION    288 -  594   .2338      25       57       54   42065     554

   19  369    1 -    1  CREATION 2891 - 2893   .2158      23      100      100    3574     858

   20  534   19 -    2  FUSION    288 - 2891   .2386      25       57       55   42619    4432

.......................

 4577 4582 4576 -    2  FUSION    288 - 3593   .9400      96       66       41 3574742      68

 4578 4577    1 -    1  CREATION 2621 - 2749   .9322      95      100      100      10      16

 4579 4583    2 -    1  ADDITION 2621 - 1046   .9408      96       81       86      26      13

 4580 4584    3 -    1  ADDITION 2621 - 4376   .9396      96       73       80      39      10

 4581 4585 4578 -    4  FUSION    288 - 2621   .9405      96       51       41 3574810      49

 4582 4587    1 -    1  CREATION  128 - 3528   .9440      96      100      100      10      10

 4583 4588 4582 -    2  FUSION    288 -  128   .9367      95       56       41 3574859      20

 4584 4589 4584 -    1  ADDITION  288 - 1104   .9467      96       66       41 3574879      15

 4585 1806    1 -    1  CREATION  813 - 4157   .3604      38      100      100      34      21

 4586 4590    2 -    1  ADDITION  813 - 3271   .9476      96       97       97      55      11

 4587 4591 4585 -    3  FUSION    288 -  813   .9524      97       60       41 3574894      66

 4588 4592 4588 -    1  ADDITION  288 -  126   .9589      98       67       41 3574960      12

 4589 4593 4589 -    1  ADDITION  288 - 1165   .9597      98       67       41 3574972      15

 4590 4586    1 -    1  CREATION 2350 - 3448   .9413      96      100      100      41      13

 4591 4594 4590 -    2  FUSION    288 - 2350   .9602      98       60       41 3574987      54

 4592 4595 4592 -    1  ADDITION  288 - 1517   .9763      99       68       41 3575041      10

 4593   33    1 -    1  CREATION 4453 - 4454   .0629       8      100      100      24      11

 4594 3825    2 -    1  ADDITION 4453 - 4452   .6009      62      100      100      35      82

 4595 4596 4593 -    3  FUSION    288 - 4453   .9903     100       65       41 3575051     117

 4596   12    1 -    1  CREATION 4438 - 4439   .0000       0      100      100      11      11

 4597 4597 4596 -    2  FUSION    288 - 4438   .9978     100       69       41 3575168      22

 


            Le découpage hiérarchisé consiste à présenter des groupes par niveaux d’effectifs de plus en plus réduits, niveaux que l’on nomme « niveaux de synthèse ». Chaque groupe est désormais appelé un « phytotype », c’est-à-dire un type socio-écologique de plantes. Ces phytotypes peuvent alors être caractérisés séparément et comparés deux à deux. Le découpage du dendrogramme ainsi réalisé devient le fil conducteur de la présentation des résultats.

 

b) Dendrogrammes des groupes de plantes : les phytotypes

 

            Deux types de dendrogrammes résumés sont obtenus, l’un visant à présenter les fiches descriptives des phytotypes, une par une, les autres visant à comparer les groupes jumeaux issus d’un groupe de niveau supérieur. Tous les deux proviennent du dendrogramme complet dont on extrait les lignes des agrégations retenues (Tableau 16) : chaque ligne représente désormais un phytotype. Elles sont complétées par des caractéristiques telles que les effectifs en plantes, relevés et observations, selon les cas. On peut leur ajouter des dénominations conventionnelles telles que le nom des premiers individus (plante ou relevé) de chaque sous-groupe qui le compose, etc.

 

b.1) Découpage des agrégations par niveaux de synthèse

 

            Le but du découpage des agrégations est de faire apparaître, en priorité, les plus grands groupes tout en limitant les pertes de petits groupes intermédiaires, pourtant signifiants. Un algorithme qui tient principalement compte des dispersions et des effectifs y pourvoie (Tableau 16). Au total, 265 groupes hiérarchisés sont séparés.

 

Au premier niveau de synthèse (NVS), 2 groupes se séparent, n°4351 et 4515. Au 2ème niveau, l’agrégation 4351 donne à son tour deux groupes n°4297 et 4311 ; l’agrégation 4515 dont il est question plus haut (Tableau 14) se sépare également en deux groupes, n° 4416 et 4466. Au niveau 21, apparaît le groupe 893 (Tableau 19.b), au niveau 27, les groupes 552 et 728 (Tableau 19.c).

 

Tableau 16

Résultat du découpage des agrégations en 35 niveaux de synthèse

 


Niveaux de synthèse : 35

Nombre de groupes retenus par niveau de synthèse

      2     4     4     4     4     4     2     2     2     4

      6    10     8     4     6     6    10    10    12     8

      6    12    12    16    18    20    16    18    20    14

      8    12     8     6     2

Numéros des agrégations par niveau de synthèse (NVS)

NVS

 1 NUM   4351  4515

 2 NUM   4297  4311  4416  4466

 3 NUM   4280  4294  4390  4407

 4 NUM   4185  4242  4364  4375

 5 NUM   4168  4184  4217  4241

..........

17 NUM   2574  2585  3572  3586  2714  2799  2901  2916  3613  3631

18 NUM   2518  2573  3553  3567  2769  2786  2887  2900  2671  2680

19 NUM   2504  2517  3539  3552  2754  2763  2861  2882  2637  2648  2556  2572

20 NUM   1589  2482  3523  3536  2744  2753  2827  2852

21 NUM   2068  2471   893  1586  3295  3465

..........

27 NUM    552   728  1633  1646  2278  2301  1237  1435  2129  2145  2195  2206

         3146  3167  3346  3360

28 NUM    542   551  1617  1627   698   719  1146  1221  2091  2104  3124  3140

         1350  1421  2176  2194  3326  3344

29 NUM    469   512  1603  1616   686   696  1099  1145  3077  3114  1327  1344

         2163  2173  1201  1220  3309  3320  1406  1416

30 NUM    272   443   674   685  1084  1097  1279  1298  3065  3074  1112  1121

          488   501

31 NUM    149   252   432   442   664   673   985  1045

32 NUM    404   420   206   217   110   148   624   641   947   973  1015  1044

33 NUM    355   381    75    97   604   613   908   921

34 NUM    303   333    29    58   582   603

35 NUM     47    57

 


b.2) Gestion des phytotypes

 

b.2.1) Dendrogramme résumé des 265 phytotypes

 

            Ce dendrogramme rassemble tous les groupes individualisés dans la phase de découpage. A chaque ligne du dendrogramme (Tableau 17) correspond une fiche des caractéristiques du phytotype. Ces fiches peuvent être appelées directement sur le site de SOPHY. Les groupes les plus importants, au nombre de six, sont distingués en raison de leurs plantes discriminantes non communes à aucun autre phytotype principal. Ce sont successivement, les plantes sub-méditerranéennes, les cultigènes et rudérales, les plantes mésophiles de toute la France, les halophiles et halo-résistantes, les plantes des hautes montagnes et les plantes liées à l’eau douce, hygrophytes et hydrophytes. Ces phytotypes se subdivisent en sous-types d’importance écologique comparable, tel par exemple celui des plantes sub-méditerranéennes (n°893) qui sépare les plantes calcicoles méditerranéo-montagnardes (n°552) des plantes des mattorals méditerranéens (n°728). Le plus remarquable est sans doute celui des plantes mésophiles de toute la France (n°2482) qui sépare les plantes héliophiles des prairies et broussailles (n°2471) de celles des forêts de la France extra-méditerranéenne (n°2068).

 

Tableau 17

Dendrogramme résumant les phytotypes

Légende : NAGR = Numéro de l'agrégation ; NV = Numéro du niveau de synthèse ; LI = Numéro de la ligne (= comptage des phytotypes) ; NBP = Nombre de plantes du phytotype ; OBSERV = Nombre d'observations

Les noms des phytotypes écrits avec une police de caractères plus grande correspondent aux groupes principaux et à leurs subdivisions principales.

 


                                    NAGR  NV   LI  NBP   OBSERV

               II-----------------    29  34    1   30    29330 Plantes calcicoles des collines de la partie Est de la région méditerranéenne

               II-----------------    47  35    2   19    36706 Plantes calcicoles des collines situées au Nord du Massif Central

               I------------------    57  35    3   11    11296 Plantes calcicoles méditerranéo-montagnardes autour du Massif Central

               I------------------    58  34    4   30    48002 Plantes calcicoles des collines situées au Nord du Massif Central

             I--------------------    75  33    5   76    83984 Plantes calcicoles méditerranéo-montagnardes situées autour du Massif Central

             I--------------------    97  33    6   23     3194 Plantes des collines méditerranéennes de part et d'autre de la vallée du Rhône

            I---------------------   110  32    7  111    88843 Plantes calcicoles méditerranéo-montagnardes autour du Massif Central

            I---------------------   148  32    8   39    14819 Plantes calcicoles de montagne

            I---------------------   149  31    9  150   103662 Plantes calcicoles méditerranéo-montagnardes autour du Massif Central

            I I-------------------   206  32   10   58   108885 Plantes calcicoles de prairies

            I I-------------------   217  32   11   12    21570 CAMPANULA RAPUNCULUS L.  POA COMPRESSA L.      

            I---------------------   252  31   12  104   141571 Plantes calcicoles des basses montagnes situées au Nord du Massif Central

           I----------------------   272  30   13  273   246820 Plantes calcicoles des basses montagnes situées autour du Massif Central

           I   I------------------   303  34   14   32    47772 Plantes calcicoles des basses montagnes, situées du Sud-Ouest à l'Est de la France

           I   I------------------   333  34   15   31    65719 Plantes calcicoles des collines, plus fréquentes dans la partie Nord de la France

           I I--------------------   355  33   16   84   128373 Plantes des collines de la moitié Est de la France

           I I--------------------   381  33   17   27    29133 Plantes méditerranéo-atlantiques et leur extension à toute la France

           II---------------------   404  32   18  133   160856 HELLEBORUS FOETIDUS L.   VIOLA JORDANI HANRY   

           II---------------------   420  32   19   17     6932 Plantes méditerranéo-montagnardes des Alpes, Cévennes et Corse

           I----------------------   432  31   20  161   169287 HELLEBORUS FOETIDUS L.   VIOL ALBA SUBS DENHARDT

           I----------------------   442  31   21   11     1208 Plantes relativement thermophiles pour le Nord-Est de la France

           I----------------------   443  30   22  172   170495 Plantes calcicoles méditerranéo-montagnardes prépondérantes dans le Sud

          I-----------------------   469  29   23  470   420437 DIAN CARY SUBS VIRGINEU  ALLIUM MONTANUM SCHMIDT

          I    II-----------------   488  30   24   20     7401 Plantes calcicoles méditerranéo-montagnardes très fréquentes dans le Sud-Est

          I    I------------------   501  30   25   14     3723 Plantes calcicoles méditerranéo-montagnardes de la Provence

          II----------------------   512  29   26   44    11658 Plantes calcicoles méditerranéo-montagnardes très fréquentes dans le Sud-Est

         I------------------------   542  28   27  543   433297 DIAN CARY SUBS VIRGINEU  GALI RUBR VAR. MYRIANTH

         II-----------------------   551  28   28   10      782 Plantes calcicoles méditerranéo-montagnardes peu fréquentes

         I------------------------   552  27   29  553   434079 Plantes calcicoles méditerranéo-montagnardes de toute la France

         I    II------------------   582  34   30   31    32980 Plantes de la partie continentale de la région méditerranéenne

         I    II------------------   603  34   31   22    19168 Plantes des garrigues et maquis méditerranéens

         I    I-------------------   604  33   32   53    52148 ONONIS MINUTISSIMA L.    ASPARAGUS ACUTIFOLIUS L

         I    I=I-----------------   613  33   33   10     5307 Plantes de l'arrière-littoral méditerranéen

         I   I--------------------   624  32   34   73    63278 Plantes des collines méditerranéennes et leur extension Ouest et Nord

         I   I--------------------   641  32   35   18     2306 Plantes thermophiles littorales

         I I----------------------   664  31   36  113    67924 ONONIS MINUTISSIMA L.    CAMP ROTU SUBS ROTUNDIF

         I I----------------------   673  31   37   10      178 Plantes thermophiles, introduites en limite d'aire, du littoral siliceux

         III----------------------   674  30   38  123    68102 ONONIS MINUTISSIMA L.    ACANTHUS MOLLIS L.    

         II-----------------------   685  30   39   12      303 Plantes de rochers arrière-littoraux

         II-----------------------   686  29   40  135    68405 ONONIS MINUTISSIMA L.    CENTAUREA INTYBACEA LAM

         II-----------------------   696  29   41   11     1391 Plantes méditerranéennes de rochers calcaires

         II-----------------------   698  28   42  147    69835 Plantes des mattorals méditerranéens français

         II-----------------------   719  28   43   22     9477 Plantes silicicoles méditerranéo-atlantiques

         I------------------------   728  27   44  177    79871 Plantes des mattorals méditerranéens français

         I------------------------   732  26   45  733   514057 DIAN CARY SUBS VIRGINEU  ORLAYA GRANDIFLORA (L.)

         II-----------------------   743  26   46   12     2803 Plantes de falaises calcaires et dolomitiques

         I------------------------   756  25   47  757   517531 DIAN CARY SUBS VIRGINEU  CARL ACAN SUBS ACANTHIF

         I------------------------   768  25   48   13      624 PULS VULG VAR. VULGARIS  CREPIS ALPESTRIS (JACQ.

         I------------------------   772  24   49  773   518258 DIAN CARY SUBS VIRGINEU  MONO HYPO VAR. HYPOPHEG

         I------------------------   783  24   50   12      611 Plantes dolomiticoles du Sud des Causses

         I------------------------   789  23   51  790   519384 DIAN CARY SUBS VIRGINEU  CORONILLA VAGINALIS L.

         I------------------------   808  24   52   20     1564 Plantes silicicoles de montagne de la Corse

         I------------------------   817  24   53   10     2527 Plantes silicicoles du Massif Central

         I------------------------   824  23   54   36     4712 Plantes vivaces et buissons, peu fréquentes,  des basses montagnes et plateaux

        I-------------------------   863  22   55  864   525710 DIAN CARY SUBS VIRGINEU  CENTAURIUM VULGARE RAFN

        II------------------------   883  22   56   21      594 Plantes très peu fréquentes peu nettement subméditerranéennes

        I-------------------------   893  21   57  894   526553 Plantes sub-méditerranéennes

        I      II-----------------   908  33   58   16     4565 Annuelles, bisannuelles et vivaces de la région méditerranéenne

        I      I------------------   921  33   59   14     6612 Thérophytes très fréquentes dans la partie Sud de la région méditerranéenne

        I    I--------------------   947  32   60   55    18912 Annuelles pour la plupart, très fréquentes en région méditerranéenne

        I    I--------------------   973  32   61   27     4872 Annuelles et bisannuelles très fréquentes en région méditerranéenne

        I   II--------------------   985  31   62   93    27359 Annuelles et bisannuelles très fréquentes en région méditerranéenne

        I   I---------------------  1015  32   63   31     3472 Annuelles et géophytes du midi méditerranéen

        I   II--------------------  1044  32   64   30    19611 Annuelles et géophytes, principalement dans la moitié Nord de la France

        I   I---------------------  1045  31   65   61    23083 Annuelles et géophytes, principalement du midi méditerranéen

        I  I----------------------  1084  30   66  192    55415 Plantes, annuelles (surtout), bisannuelles et vivaces, principalement du midi

        I  I----------------------  1097  30   67   14      832 Plantes vivaces peu fréquentes, de l'Ouest au Sud-Est de la France

        I I-----------------------  1099  29   68  207    56318 Plantes, annuelles (surtout), bisannuelles et vivaces, principalement du midi

        I I   II------------------  1112  30   69   14    11362 Plantes annuelles, pour la plupart, ubiquistes

        I I   I-------------------  1121  30   70   10     4792 Annuelles psammophiles, souvent silicicoles, de l'Europe tempérée

        I I-----------------------  1145  29   71   47    26201 Rudérales silicicoles de l'Europe tempérée

        I I-----------------------  1146  28   72  254    82519 Plantes de jachères, friches et garrigues thermophiles

        I II----------------------  1201  29   73   56     9008 Thérophytes principalement de Provence siliceuse et Corse

        I I-----------------------  1220  29   74   20     1773 Plantes de friches et maquis en Corse

        I I-----------------------  1221  28   75   76    10781 Plantes de friches et broussailles en région méditerranéenne y compris la Corse

        II------------------------  1237  27   76  345    94001 Plantes de jachères, friches et broussailles en région médit.

        II   I--------------------  1279  30   77   43    18006 Plantes surtout bisannuelles et vivaces des jachères et des friches

        II   II-------------------  1298  30   78   20    15928 Plantes des jachères et des friches de toute la France

        II II---------------------  1327  29   79   91    37345 Plantes rudérales de l'Europe tempérée

        II I----------------------  1344  29   80   18     4321 Plantes de friches surtout de la moitié Nord de la France

        IIII----------------------  1350  28   81  114    42093 Plantes annuelles des jachères et des friches de toute la France

        IIII----------------------  1406  29   82   57     4256 Cultigènes des plateaux calcaires (Causses, Luberon, Valensole, etc.)

        IIII----------------------  1416  29   83   11      186 Cultigènes du Luberon

        III-----------------------  1421  28   84   72     4587 Cultigènes des plateaux calcaires (Causses, Luberon, Valensole, etc.)

        II------------------------  1435  27   85  199    47256 Plantes cultigènes de l'Europe tempérée

        II------------------------  1437  26   86  545   141322 FOENICULUM VULGARE (MIL  EROD CICU SUBS CICUTARI

        II------------------------  1471  26   87   35     1174 Plantes rudérales des terrains sabloneux plutôt méditerranéens

        II------------------------  1479  25   88  587   142797 FOENICULUM VULGARE (MIL  RHAGADIOLUS STELLATUS (

        II------------------------  1495  25   89   17      694 Plantes rudérales plus fréquentes sur le littoral méditerranéen

        II------------------------  1509  24   90  617   143728 FOENICULUM VULGARE (MIL  ONONIS VISCOSA L.     

        II------------------------  1518  24   91   10     1373 Plantes rudérales plus fréquentes sur le littoral Ouest

        I-------------------------  1540  23   92  648   145652 FOENICULUM VULGARE (MIL  MELISSA OFFICINALIS L.

        I-------------------------  1554  23   93   15      323 Plantes thermophiles peu fréquentes silicicoles de la région méditerranéenne

        I-------------------------  1555  22   94  663   145975 FOENICULUM VULGARE (MIL  SEDUM HEPTAPETALUM POIR

        I-------------------------  1564  22   95   10      283 Plantes thermophiles peu fréquentes de la région méditerranéenne

        I-------------------------  1586  21   96  694   146672 Annuelles cultigènes et rudérales

        I-------------------------  1589  20   97 1590   673288 Ensemble des plantes méditerranéennes et sub-méd. thermophiles calcicoles

        I         I---------------  1603  29   98   15    69469 Plantes des forêts calcicoles de plaine

        I         I---------------  1616  29   99   14    42130 Plantes de sous-bois de basse montagne

        I         I---------------  1617  28  100   29   111599 Plantes calcicoles des sous-bois à érables et tilleuls

        I         I---------------  1627  28  101   11    35553 Plantes des sous-bois à humus doux

        I       I-----------------  1633  27  102   45   160293 Plantes des forêts mésophiles

        I       I-----------------  1646  27  103   14    47948 Plantes de forêts acidiphiles fraîches

        I     II------------------  1661  26  104   73   223448 Plantes de forêts de chênes hêtres charmes et érables

        I     I-------------------  1676  26  105   16    50323 Plantes calciphiles de lisières de forêts

        I     I-------------------  1678  25  106   90   274210 Plantes des forêts calcicoles de chênes et hêtres

        I     II------------------  1710  26  107   33    50710 Plantes des forêts riveraines et sous-bois humides

        I     I=I-----------------  1720  26  108   11     9926 Plantes des sous-bois frais à humus doux

        I     I-------------------  1721  25  109   44    60636 Plantes mésophiles des chênaies à érables continentales

        I   I---------------------  1756  24  110  168   344811 Plantes mésophiles des chênaies à érables des collines

        I   I  I------------------  1766  26  111   11    33221 Plantes acidiphiles de la châtaigneraie

        I   I  I------------------  1775  26  112   10    27080 Plantes des hêtraies acidiphiles

        I   I---------------------  1792  25  113   37    81513 Plantes des forêts acidiphiles de basse montagne

        I   I---------------------  1804  25  114   13    17785 Plantes des bois et sous-bois humides des collines

        I   I---------------------  1807  24  115   52    99907 Plantes des forêts acidiphiles de basse montagne

        I  II---------------------  1812  23  116  224   448741 Plantes des forêts de plaine et des collines

        I  I   I------------------  1837  26  117   26    14790 Plantes de sous-bois humides de montagne

        I  I   I------------------  1849  26  118   13     8125 Plantes de sous-bois de montagne

        I  I  II------------------  1850  25  119   39    22915 Plantes de mégaphorbiae de montagne

        I  I  I-------------------  1881  25  120   32    53479 Plantes des hêtraies sapinières

        I  I I--------------------  1896  24  121   85    79923 Plantes de la mégaphorbiae

        I  I I--------------------  1905  24  122   10     1716 Plantes de sous-bois des Pyrénées

        I  I----------------------  1922  23  123  111    82796 Plantes de montagne de toute la France

        III-----------------------  1944  22  124  356   533233 CORYLUS AVELLANA L.      CAREX ALBA SCOP.      

        II------------------------  1991  22  125   48    11673 Plantes de bords de rivières et forêts riveraines

        I-------------------------  2068  21  126  480   548474 Plantes des forêts de la France extra-méditerranéenne

        I     I-------------------  2091  28  127   24    42262 RANUNCULUS REPENS L.     MENTHA ARVENSIS L.    

        I     II------------------  2104  28  128   14    19699 LYCOPUS EUROPAEUS L.     ARUNDO PHRAGMITES L.  

        I   I---------------------  2129  27  129   62    79788 RANUNCULUS REPENS L.     OENANTHE CROCATA L.   

        I   I---------------------  2145  27  130   17    10190 OENANTHE FISTULOSA L.    MYOS SCOR SUBS CAESPITI

        I  I----------------------  2149  26  131   82    90786 Plantes des fossés et autres milieux humides

        I  I I--------------------  2163  29  132   15    11923 Prairies humides occidentales de basses montagnes

        I  I I=I------------------  2173  29  133   11    13900 Prairies humides occidentales

        I  III--------------------  2176  28  134   28    26818 Plantes de prairies très humides et tourbières

        I  II---------------------  2194  28  135   19    14359 Plantes de prairies très humides et tourbières

        I  II---------------------  2195  27  136   47    41177 Plantes de prairies très humides et tourbières

        I  II---------------------  2206  27  137   12    24739 Plantes de prairies fraîches de basses montagnes

        I  I----------------------  2208  26  138   60    66101 Plantes de prairies très humides et tourbières

        I  I----------------------  2219  25  139  152   161987 RANUNCULUS REPENS L.     SALIX CINEREA L.      

        I  I----------------------  2229  25  140   11     2889 Plantes de fossés humides, surtout littoraux

        III-----------------------  2241  24  141  174   167240 Plantes de prairies fraîches de basses montagnes

        II    I-------------------  2278  27  142   38   142064 Plantes de prairies de basses montagnes

        II    I-------------------  2301  27  143   24    57188 Plantes des collines de basses montagnes

        II   I--------------------  2318  26  144   78   216032 LEONTODON HISPIDUS L.    ORCHIS MORIO L.       

        II   I--------------------  2336  26  145   19    23085 Plantes de prairies de basses montagnes

        III-----------------------  2379  25  146  139   247333 LEONTODON HISPIDUS L.    CENT JACE SUBS JACEA  

        IIII----------------------  2394  25  147   16     1651 Plantes silicicoles de prairies de montagne : Massif Central, Vosges et Pyrénées

        III-----------------------  2412  24  148  172   250421 Plantes de prairies fraîches

        II------------------------  2413  23  149  346   417661 RANUNCULUS REPENS L.     LEONTODON HISPIDUS L. 

        III-----------------------  2422  23  150   10      461 Plantes peu fréquentes de prairies fraîches

        I-------------------------  2456  22  151  389   420180 RANUNCULUS REPENS L.     VIOL CANI SUBS CANINA H

        I-------------------------  2468  22  152   13     1409 Plantes des terrains humides méditerranéens

        I-------------------------  2471  21  153  404   421718 Plantes des prairies de l'Europe tempérée

        I-------------------------  2482  20  154  894   970781 Plantes mésophiles de toute la France

       I--------------------------  2504  19  155 2505  1644841 DIAN CARY SUBS VIRGINEU  OROBANCHE ALSATICA KIRS

       I--------------------------  2517  19  156   14      279 Plantes peu fréquentes de la région méditerranéenne

       I--------------------------  2518  18  157 2519  1645120 DIAN CARY SUBS VIRGINEU  MINU ROST SUBS ROSTRATA

       II-------------------------  2556  19  158   39     2963 Plantes psammophiles des littoraux Ouest

       I--------------------------  2572  19  159   17     1074 Plantes des rochers et sables siliceux continentaux

       I--------------------------  2573  18  160   56     4037 Plantes littorales peu fréquentes

       I--------------------------  2574  17  161 2575  1649157 DIAN CARY SUBS VIRGINEU  HERNIARIA MARITIMA LINK

       I--------------------------  2585  17  162   12      358 Plantes de rochers de basses montagnes du sud-est de la France

       I--------------------------  2611  16  163 2612  1649863 DIAN CARY SUBS VIRGINEU  CENT MONT SUBS LUGDUNEN

       I--------------------------  2623  16  164   13      135 Plantes halophiles de sources salées

       I--------------------------  2624  15  165 2625  1649998 DIAN CARY SUBS VIRGINEU  PHYT ORBI SUBS ANGLICUM

       I  I-----------------------  2637  19  166   14     1016 Plantes hygrophiles des arrivées d'eau littorales

       I  II----------------------  2648  19  167   12     2616 Plantes de terrains marécageux d'une grande partie de la France

       I I------------------------  2671  18  168   48     5992 Plantes de terrains marécageux d'une grande partie de la France

       I II-----------------------  2680  18  169   10     1683 Plantes de terrains marécageux de l'Ouest et du midi de la France

       I--------------------------  2714  17  170   91     8497 Plantes de terrains marécageux d'une grande partie de la France

       I II-----------------------  2744  20  171   31     4043 Plantes de terrains marécageux littoraux

       I II-----------------------  2753  20  172   10     3042 Plantes des littoraux Ouest et de la Corse

       I I------------------------  2754  19  173   41     7085 Plantes des terrains marécageux arrière-littoraux

       I II-----------------------  2763  19  174   10     2937 Plantes halorésistantes des littoraux et des effeurements salés continentaux

       II-------------------------  2769  18  175   56    11188 Plantes d'arrière-littoraux et autres terrains plus ou moins marécageux

       III------------------------  2786  18  176   18     3021 Plantes halorésistantes des arrière-littoraux

       I--------------------------  2799  17  177   86    14609 Plantes d'arrière-littoraux et autres terrains plus ou moins marécageux

       I--------------------------  2800  16  178  177    23106 Pl. d'arrière-littoraux halorésistantes de terrains marécageux

       I  I-----------------------  2827  20  179   28     2573 Plantes des littoraux sableux et rocheux, surtout préesent en Corse

       I  II----------------------  2852  20  180   26     4447 Psammophytes des littoraux de la France

       III------------------------  2861  19  181   62     7163 Psammophytes des littoraux de la France

       II-------------------------  2882  19  182   22     1015 Plantes thermophiles et halophiles des rochers littoraux

       II-------------------------  2887  18  183   88     8284 Psammophytes et halorésistantes des littoraux de la France

       II-------------------------  2900  18  184   14      816 Plantes des rochers et sables de la Bretagne au Sud de la Corse, via les Cévennes

       II-------------------------  2901  17  185  102     9100 Psammophytes et halorésistantes des littoraux de la France

       II-------------------------  2916  17  186   16      531 Psammophytes d'arrière-dunes

       I--------------------------  2923  16  187  124     9736 Psammophytes et halorésistantes des littoraux de la France

       I--------------------------  2924  15  188  301    32842 Pl. littorales halophiles, halorésistantes des dunes et rochers

       I--------------------------  2938  14  189 2939  1683008 DIAN CARY SUBS VIRGINEU  BROMUS INERMIS LEYSSER

       I    I---------------------  2970  15  190   33     8521 CHENOPODIUM POLYSPERMUM  MALACHIUM AQUATICUM (L.

       I    I---------------------  2983  15  191   14     1069 CYPERUS ESCULENTUS L.    VERONICA PEREGRINA L. 

       I--------------------------  3035  14  192   98    10982 Plantes rudérales et de bords de rivières

       I--------------------------  3038  13  193 3039  1694072 DIAN CARY SUBS VIRGINEU  VICI VILL SUBS VARIA HO

       I      I-------------------  3065  30  194   28    23352 Plantes de haute montagne des Alpes, des Pyrénées et un peu du Massif Central

       I      I-------------------  3074  30  195   10     2737 Plantes de haute montagne des Alpes, des Pyrénées et du Massif Central

       I      I-------------------  3077  29  196   40    26363 Plantes de haute montagne des Alpes et des Pyrénées

       I      I-------------------  3114  29  197   38    23520 Plantes de haute montagne des Alpes, des Pyrénées, des Vosges et du Massif Central

       I     I--------------------  3124  28  198   87    52838 HELI OVAT SUBS GRANDIFL  MYOSOTIS SILVATICA (EHR

       I     II-------------------  3140  28  199   17    11068 Plantes de haute montagne des Pyrénées, du Massif Central, Morvan et Vosges

       I    I---------------------  3146  27  200  109    65547 HELI OVAT SUBS GRANDIFL  THYM SERP SUBS POLYTRIC

       I    II--------------------  3167  27  201   22     3508 Plantes de haute montagne des Pyrénées, du Massif Central et un peu des Alpes

       I    I---------------------  3168  26  202  131    69055 HELI OVAT SUBS GRANDIFL  DIANTHUS HYSSOPIFOLIUS

       I    I---------------------  3177  26  203   10     1112 Plantes de haute montagne des Alpes, peu des Pyrénées et du Massif Central

       I   I----------------------  3188  25  204  151    70915 HELI OVAT SUBS GRANDIFL  HORMINUM PYRENAICUM L.

       I   I----------------------  3202  25  205   15     1177 Plantes de très haute montagne des Alpes suisses et italiennes

       I   I----------------------  3214  24  206  177    72584 HELI OVAT SUBS GRANDIFL  ASTRAGALUS PENDULIFLORU

       I   I----------------------  3233  24  207   20     2699 Plantes de haute montagne des Alpes, des Pyrénées, Jura et Causses

       I  I-----------------------  3247  23  208  210    76069 HELI OVAT SUBS GRANDIFL  ALLIUM SCHOENOPRASUM L.

       I  II----------------------  3259  23  209   13     1828 Plantes de haute montagne des Alpes du Nord

       I  I-----------------------  3261  22  210  224    77963 HELI OVAT SUBS GRANDIFL  POLYGONUM ALPINUM ALL.

       I  I-----------------------  3294  22  211   34    12498 Plantes de haute montagne des Alpes, des Pyrénées, Jura, Vosges et Massif Central

       I  I-----------------------  3295  21  212  258    90461 Pl. de haute montagne des Alpes, des Pyrénées, Jura et Vosges

       I  I     I-----------------  3309  29  213   15     5150 Plantes de très haute montagne principalement des Alpes mais peu des Pyrénées

       I  I     I-----------------  3320  29  214   12     5574 Plantes de très haute montagne surtout des Alpes, des Pyrénées et du Massif Central

       I  I  II-------------------  3326  28  215   32    11815 Plantes de très haute montagne des Alpes des Pyrénées et du Massif Central

       I  I  I--------------------  3344  28  216   19     8153 Plantes de très haute montagne des Alpes des Pyrénées et du Massif Central

       I  I II--------------------  3346  27  217   52    20028 Plantes de très haute montagne des Alpes surtout, et peu dans les Pyrénées

       I  I I---------------------  3360  27  218   15     2218 Plantes de très haute montagne des Alpes suisses, et peu dans les Pyrénées

       I  I I---------------------  3365  26  219   71    22481 Plantes de très haute montagne principalement des Alpes moins dans les Pyrénées

       I  I I---------------------  3383  26  220   19     6962 Plantes de très haute montagne des Alpes et des Pyrénées occidentales

       I  I I---------------------  3384  25  221   90    29443 Plantes de très haute montagne principalement des Alpes et moins des Pyrénées

       I  I I---------------------  3397  25  222   14     2626 Plantes des combes à neige des Alpes et des Pyrénées

       I  II----------------------  3406  24  223  112    32554 Plantes de très haute montagne davantage des Alpes que des Pyrénées

       I  II----------------------  3416  24  224   11     2636 Plantes de très haute montagne des Alpes et des Pyrénées

       I  I-----------------------  3423  23  225  129    35644 Plantes de très haute montagne des Alpes et des Pyrénées

       I  II----------------------  3442  23  226   20     3289 Plantes de très haute montagne des Pyrénées occidentales

       I  I-----------------------  3443  22  227  149    38933 Plantes de très haute montagne des Alpes et des Pyrénées

       I  II----------------------  3459  22  228   17      896 Plantes de très haute montagne des Pyrénées occidentales

       I  I-----------------------  3465  21  229  171    40429 Plantes de très haute montagne des Alpes et des Pyrénées

       I I------------------------  3523  20  230  486   134727 HELI OVAT SUBS GRANDIFL  FESTUCA LAXA HOST.    

       I I------------------------  3536  20  231   14      857 Plantes de haute montagne principalement des Pyrénées

       III------------------------  3539  19  232  502   135684 HELI OVAT SUBS GRANDIFL  DAPHNE STRIATA TRATTINI

       II-------------------------  3552  19  233   14     1035 Plantes de très haute montagne des Alpes et des Pyrénées occidentales

       II-------------------------  3553  18  234  516   136719 HELI OVAT SUBS GRANDIFL  CAMPANULA ALPESTRIS ALL

       II-------------------------  3567  18  235   15      287 Plantes de haute montagne et du littoral de la Manche

       II-------------------------  3572  17  236  535   137088 HELI OVAT SUBS GRANDIFL  STATICE CANTABRICA (BOI

       II-------------------------  3586  17  237   15      757 Plantes acidiphiles des Vosges, du Massif Central, des Pyrénées et des Alpes

       II-------------------------  3590  16  238  553   138137 HELI OVAT SUBS GRANDIFL  SENECIO TOURNEFORTI LAP

       II-------------------------  3613  17  239   24     1609 Plantes de très haute altitude des Alpes de Corse et des Pyrénées

       II-------------------------  3631  17  240   19      652 Plantes de très haute altitude des Pyrénées

       II-------------------------  3632  16  241   43     2261 Plantes de très haute altitude des Alpes de Corse et des Pyrénées

       II-------------------------  3651  15  242  614   140704 HELI OVAT SUBS GRANDIFL  ARENARIA ERINACEA BOISS

       II-------------------------  3675  15  243   25     1288 Plantes de très haute altitude des Alpes et des Pyrénées

       I--------------------------  3676  14  244  639   141992 HELI OVAT SUBS GRANDIFL  GALIUM BALDENSE SPRENG.

       I--------------------------  3689  14  245   14      587 Plantes de montagne du Sud-Est de la France

       I--------------------------  3724  13  246  687   143508 Plantes des hautes montagnes (Alpes et Pyrénées)

      I---------------------------  3742  12  247 3743  1837959 DIAN CARY SUBS VIRGINEU  STAT ARME SUBS ELONGATA

      I---------------------------  3759  12  248   18     2281 Plantes littorales halorésistantes de l'ouest de la France et du sud de la Corse

      I---------------------------  3760  11  249 3761  1840240 DIAN CARY SUBS VIRGINEU  STATICE ARMERIA L.    

      II--------------------------  3772  12  250   13      316 Plantes des collines calcaires méditerranéennes

      I---------------------------  3782  12  251   11      197 Plantes peu fréquentes de la région méditerranéenne

      I---------------------------  3783  11  252   24      513 Plantes des falaises proches du littoral de la France continentale

      I---------------------------  3793  10  253 3794  1840863 DIAN CARY SUBS VIRGINEU  ONOSMA TAURICUM WILLD.

      I   I-----------------------  3810  13  254   18     5950 Plantes de montagne sub-atlantique : Alpes, Pyrénées, Morvan, Perche

      I   I-----------------------  3824  13  255   15     1521 Plantes de très haute montagne surtout des Alpes

      I I-------------------------  3847  12  256   55    10821 Plantes de montagne, des Alpes et des Pyrénées, du Massif Central et des Vosges

      I I-------------------------  3861  13  257   15     2236 Plantes de tourbière sub-atlantiques

      I II------------------------  3873  13  258   13      687 Plantes de tourbière principalement de l'Est de la France

      I I-------------------------  3877  12  259   31     3028 Plantes de tourbière des 3/4 Nord de la France

      II--------------------------  3888  11  260   96    14050 Plantes atlantico-montagnardes des substrats siliceux humides

      I  I=I----------------------  3900  12  261   13     6959 Plantes des milieux siliceux principalement de la Bretagne

      I  I------------------------  3909  12  262   10     1183 Plantes des milieux siliceux du Sud-Ouest de la France

      II--------------------------  3924  11  263   37     9047 Plantes des milieux siliceux de l'Ouest de la France

      I---------------------------  3925  10  264  133    23097 Plantes atlantico-montagnardes des substrats siliceux humides

      I---------------------------  3926   9  265 3927  1863960 DIAN CARY SUBS VIRGINEU  CAREX DAVALLIANA SM.  

      I  I------------------------  3956  13  266   31     2489 Plantes de haute montagne de la Corse

      I  II-----------------------  3968  13  267   13     1002 Plantes de haute montagne de la Corse et des Pyrénées

      I II------------------------  3970  12  268   45     3501 Plantes de haute montagne de la Corse, des Pyrénées et des montagnes provençales

      I I-------------------------  3985  12  269   16      911 Plantes de haute montagne de la Corse et des Alpes

      II--------------------------  3989  11  270   64     4450 Plantes de haute montagne de la Corse et affinités continentales

      II--------------------------  4006  11  271   18      506 Plantes de montagne de la Corse et des Cévennes

      I---------------------------  4007  10  272   82     4956 Plantes de haute montagne de la Corse et affinités continentales

      II--------------------------  4019  10  273   13      608 Plantes des pozzines de hautes montagnes de la Corse

      I---------------------------  4020   9  274   95     5564 Plantes de haute montagne de la Corse et affinités continentales

      I---------------------------  4021   8  275 4022  1869524 DIAN CARY SUBS VIRGINEU  CARLINA MACROCEPHALA MO

      I---------------------------  4032   8  276   12      161 Plantes de basses montagnes, des Pyrénées aux Vosges

      I---------------------------  4073   7  277 4074  1870462 DIAN CARY SUBS VIRGINEU  IBERIS INTERMEDIA GUERS

      I---------------------------  4089   7  278   17      204 Plantes thermophiles littorales de la Corse et de la France continentale

      I---------------------------  4128   6  279 4129  1871848 DIAN CARY SUBS VIRGINEU  ANTH ARVE SUBS ARVENSIS

      I---------------------------  4140   6  280   13      306 Plantes des montagnes siliceuses (surtout Massif Central, Vosges, Pyrénées et Alpes)

     I----------------------------  4168   5  281 4169  1872587 DIAN CARY SUBS VIRGINEU  STACHYS GERMANICUS L. 

     I----------------------------  4184   5  282   17      129 Plantes les plus thermophiles de Corse et de la France continentale

     I----------------------------  4185   4  283 4186  1872716 DIAN CARY SUBS VIRGINEU  MICROPUS BOMBYCINUS LAG

     II---------------------------  4203   6  284   19      463 Plantes littorales de la Corse et de la France continentale

     II---------------------------  4216   6  285   14     1197 Plantes d'arrière-dunes de Bretagne et de Corse

     II---------------------------  4217   5  286   33     1660 Plantes halorésistantes principalement de Corse et du littoral atlantique

     I----------------------------  4241   5  287   25      278 Plantes halorésistantes principalement de Corse

     I----------------------------  4242   4  288   58     1938 Plantes halophiles et halorésistantes littorales (Corse et continent)

     I----------------------------  4280   3  289 4281  1875176 DIAN CARY SUBS VIRGINEU  SIDE HYSS SUBS GUILLONI

     II---------------------------  4294   3  290   15      237 Plantes d'éboulis de très hautes montagnes (Alpes et Pyrénées)

     I----------------------------  4297   2  291 4298  1875448 DIAN CARY SUBS VIRGINEU  CYTISANTHUS HORRIDUS (V

     I----------------------------  4311   2  292   15      313 Plantes des rochers et falaises calcaires des montagnes du Sud-Est de la France

    I-----------------------------  4351   1  293 4352  1876173 Plantes de toute la France, hormis celles des milieux aquatiques

    I       I---------------------  4364   4  294   14     4205 RUMEX HYDROLAPATHUM HUD  ACORUS CALAMUS L.     

    I       I---------------------  4375   4  295   12     3627 OENANTHE PHELLANDRIUM (  POLYGONUM MINUS HUDS. 

    I    I------------------------  4390   3  296   40     8929 Plantes hygrophytes de la France

    I    I------------------------  4407   3  297   18     2563 Plantes hygrophytes de l'Ouest de la France

    I  I--------------------------  4416   2  298   66    11727 Plantes de milieux humides pouvant être exondés (hygrophytes)

    I  I--------------------------  4466   2  299   51     8536 Plantes aquatiques, flottantes ou enracinées (hydrophytes)

    I-----------------------------  4515   1  300  165    21435 Plantes aquatiques et des milieux humides de plaines

                                    NAGR  NV   LI  NBP    OBSER

 


b.2.2) Fiches de description des phytotypes

 

            La fiche complète de description d’un phytotype rassemble les quatre éléments présentés ci-dessous (Tableaux 18). Sur le site de SOPHY, on y accède par un simple clic.

 

1°) Dénomination et caractérisation numérique d’un phytotype

 

Le phytotype n°1896, pris à titre d’exemple, est dénommé en tenant compte à la fois de sa répartition géographique y compris altitudinale, de ses plantes discriminantes ainsi que de sa composition floristique complète. C’est un phytotype de plantes de la mégaphorbiée et de la Hêtraie-Sapinière. En fait, les plantes de mégaphorbiées les plus typiques, celles de montagne, se trouvent dans les phytotypes n°1850 et n°1837, sous-groupes du n°1896.

 

Tableau 18.a

Caractéristiques numériques du phytotype n°1896

 


Nombre de plantes                                       85
Nombre de quadrats                                   15659
Localisation préférentielles, en vert, dans 20% des       
quadrats, de ceux où le type est le plus fréquent     3131

Nombre d’observations                                79923

 

 


2°) Distribution géographique

Le carton géographique ci-dessous (Figure 2) montre la répartition du phytotype n°1896, celui des plantes de la mégaphorbiée et de la Hêtraie-Sapinière, accompagné de l’échelle de ses fréquences relatives dans les quadrats réparties en classes : sur un même point géographique les quadrats font l’objet d’un compactage d’où la discordance entre leurs nombres, ci-dessus et ci-dessous. Ce mode de représentation a pour but de faire ressortir des gradients écologiques et non des limites. Les classes sont d’amplitude inégale et dans l’ordre inverse de l’effectif des quadrats. Les fréquences relatives sont triées par valeurs croissantes puis réparties dans les six classes d’effectif du phytotype (Tableau 18.b).

 

Tableau 18.b

Mode de répartition des fréquences relatives en six classes

 


Numéro

de la classe

Effectif en % du

nombre de relevés

Nombre de

quadrats

Limite des classes de

fréquences relatives

1

100 à 50

12602

0.8 à 11.8

2

50 à 20

6302

11.8 à 30.8

3

20 à 10

2521

30.8 à 43.8

4

10 à 5

1261

43.8 à 53.7

5

5 à 2

631

53.8 à 64.3

6

< à 2

253

64.3 à 100.0


Echelle des fréquences relatives (bornes inférieures)

0.8

11.8

30.8

43.8

53.8

64.3

 


Figure 2.- Fréquences relatives du phytotype de la mégaphorbiée et des hêtraies-sapinières, n°1896

On peut du reste comparer la répartition de ce phytotype à la flore probable de Rubus idaeus (Figure 1).

 

            Les quartiles des altitudes situent le phytotype dans les moyennes montagnes. L'écart entre Q1 et Q3 contient la moitié centrale des observations : Q2 en est la médiane

 


Quartiles des altitudes du phytotype

Q1

Q2

Q3

650m

1130m

1480m

 


3°) Plantes discriminantes

 

Tableau 18.c

NO, numéro de ligne ; DIS et DISCU, valeur du pouvoir discriminant simple ou cumulé, en pour mille ; FRQ, fréquence de la plante ; COOC, le nombre de co-occurrentes de chaque plante. La liste des plantes discriminantes est arrêtée ici à 500 pour mille.

 


Plantes discriminantes du phytotype n°1896

    NO DISCU DIS  FRQ                         A-D CODE COOC

     1   32   32 4843 SORBUS AUCUPARIA L.     1-6 4832 3422

     2   64   31 9625 FAGUS SILVATICA L.      1-6 2519 3355

     3   95   31 4287 OXALIS ACETOSELLA L.    1-6 3260 2538

     4  125   29 5107 POLYSTICHUM FILIX-MAS ( 1-6 7742 3090

     5  151   25 3859 ABIES ALBA MILL.        1-6 7681 2878

     6  175   24 3026 PRENANTHES PURPUREA L.  1-6 1648 2440

     7  197   22 4339 ATHYRIUM FILIX-FEMINA ( 1-6 7794 2626

     8  219   21 3324 RUBUS IDAEUS L.         1-6 4797 3036

     9  235   16 4692 ACER PSEUDOPLATANUS L.  1-6   17 3311

    10  252   16 5053 VACCINIUM MYRTILLUS L.  1-6 2422 3201

    11  267   15 3569 ASPERULA ODORATA L.     1-6 4866 2117

    12  281   14 4772 LAMIUM GALEOBDOLON (L.) 1-6 2865 2229

    13  295   14 2813 PICEA EXCELSA (LAM.) LK 1-6 7687 2840

    14  308   12 6108 VIOLA SILVESTRIS (LAM.) 1-6 6007 3558

    15  319   11 5869 HIERACIUM MURORUM L.    1-6 1493 4403

    16  330   10 5736 FRAGARIA VESCA L.       1-6 4631 4013

    17  340   10 2362 EPILOBIUM MONTANUM L.   1-4 3213 2640

    18  350    9 5116 GERANIUM ROBERTIANUM L. 1-6 2694 4580

    19  359    9 7899 DESCHAMPSIA FLEXUOSA (L 1-6 6736 3955

 

    NO DISCU DIS  FRQ                         A-D CODE COOC

    20  368    9 1513 POLYGONATUM VERTICILLAT 1-5 7438 1871

    21  377    8 1946 ABIES ALBA MILL.        3-6 7680 1705

    22  386    8 3155 POLYSTICHUM SPINULOSUM  1-6 7752 2082

    23  395    8 5926 SOLIDAGO VIRGA-AUREA L. 1-5 1764 4411

    24  403    8 2354 PARIS QUADRIFOLIA L.    1-4 7637 1891

    25  411    7 2423 LUZULA SILVATICA (HUDS. 1-6 7309 2697

    26  419    7 2688 PHYTEUMA SPICATUM L.    1-4  339 2873

    27  426    7 2277 POLYSTICHUM FILIX-MAS ( 2-6 7741 2258

    28  433    7 2290 ATHYRIUM FILIX-FEMINA ( 2-6 7793 2003

    29  440    7 1540 SENECIO NEMORENSIS L.   1-6 1725 2043

    30  447    6 7263 FRAXINUS EXCELSIOR L.   1-6 3154 3615

    31  454    6 9608 CORYLUS AVELLANA L.     1-6 1868 3700

    32  461    6 2011 SORBUS AUCUPARIA L.     2-6 4831 2428

    34  475    6 1594 GERANIUM SILVATICUM L.  1-6 2703 2935

    35  481    6 1386 PRENANTHES PURPUREA L.  2-6 1647 1791

    37  493    5 4728 POA NEMORALIS L.        1-6 7049 4118

    38  499    5 1744 RUBUS IDAEUS L.         2-6 4796 2446

    39  505    5 3281 MILIUM EFFUSUM L.       1-6 6970 2078

 

 


Ces plantes discriminantes sont des plantes de la hêtraie-sapinière ainsi que, mais plus haut en altitude, des plantes de la mégaphorbiée.

 

4°) Liste des plantes du phytotype

 

            Cette liste est présentée sous forme d’un dendrogramme de façon à montrer également les affinités socio-écologiques des plantes. Ainsi, la méthode employée détermine de façon objective la liste aussi complète que possible des plantes du phytotype qui ont des comportements similaires, y compris dans le détail (Tableau 18.c).

 

Tableau 18.c

Les 85 plantes de la mégaphorbiée et de la hêtraie-sapinière (phytotype n°1896) sont rangées dans l’ordre du dendrogramme

 


       I  I                    

       I  I       I - - - - - - - 1813  565 ADENOSTYLES ALLIARIAE ( 1-6

       I  I      II - - - - - - - 1813 3019 SAXIFRAGA ROTUNDIFOLIA  1-5

       I  I      I- - - - - - - - 1814  729 CICERBITA ALPINA (L.) W 1-6

       I  I     II- - - - - - - - 1815 4338 STREPTOPUS AMPLEXIFOLIU 1-3

       I  I     I               

       I  I     II- - - - - - - - 1816 2517 ACONITUM VULPARIA RCHB. 1-5

       I  I     II- - - - - - - - 1816 2639 THALICTRUM AQUILEGIFOLI 1-5

       I  I     I - - - - - - - - 1817 2586 RANU ACON SUBS PLATANIF 1-5

       I  I     I - - - - - - - - 1818  943 PETASITES ALBUS (L.) MO 1-6

       I  I   I=I                 1819

       I  I   I                

       I  I   I  I- - - - - - - - 1820 1597 GERANIUM SILVATICUM L.  1-6

       I  I   I II- - - - - - - - 1820 4344 VERATRUM ALBUM L.       1-4

       I  I   I I - - - - - - - - 1821 2421 RUMEX ARIFOLIUS ALL.    1-6

       I  I   I I              

       I  I   I II- - - - - - - - 1822 2585 RANUNCULUS ACONITIFOLIU 1-6

       I  I   I II- - - - - - - - 1822 3306 CHAEROPHYLLUM HIRSUTUM  1-6

       I  I   I I                 1823

       I  I   I=I - - - - - - - - 1824 2509 ACONITUM NAPELLUS (L.)  1-6

       I  I   I                   1825

       I  I   I - - - - - - - - - 1826 3343 HERA SPHO SUBS MONTANUM 1-4

       I  I   I                

       I  I   I I - - - - - - - - 1827   54 ALNUS VIRIDIS (CHAIX) D 1-6

       I  I   I I - - - - - - - - 1827 3393 PEUCEDANUM OSTRUTHIUM ( 1-6

       I  I   III - - - - - - - - 1828 3493 VIOLA BIFLORA L.        1-6

       I  I   II- - - - - - - - - 1829 4513 ASPIDIUM LONCHITIS (L.) 1-4

       I  I   I                   1830

       I  I   I                

       I  I   I I - - - - - - - - 1831  682 CENTAUREA MONTANA L.    1-6

       I  I   I I - - - - - - - - 1831 3267 ASTRANTIA MAJOR L.      1-5

       I  I   III - - - - - - - - 1832 1383 KNAUTIA SILVATICA DUBY  1-5

       I  I   II- - - - - - - - - 1833 1384 KNAU SILV VAR. DIPSACIF 1-4

       I  I   I                

       I  I   II- - - - - - - - - 1834  163 CAMPANULA RHOMBOIDALIS  1-4

       I  I   II- - - - - - - - - 1834 3308 CHAE HIRS SUBS VILLARSI 1-6

       I  I   I                   1835

       I  I   I                   1836

       I  I   I - - - - - - - - - 1837 2936 SALIX GRANDIFOLIA SER.  1-5

       I  I   I                

       I  I   I  I- - - - - - - - 1838  211 LONICERA ALPIGENA L.    1-4

       I  I   I  I- - - - - - - - 1838 3179 VERONICA LATIFOLIA L.   1-4

       I  I   I II- - - - - - - - 1839 2790 ROSA PENDULINA L.       1-5

       I  I   I I              

       I  I   I I - - - - - - - - 1840 3090 MELAMPYRUM SILVATICUM L 1-6

       I  I   I I - - - - - - - - 1840 3470 VALERIANA TRIPTERIS L.  1-4

       I  I   I I - - - - - - - - 1841  875 HIERACIUM PRENANTHOIDES 1-6

       I  I   III                 1842

       I  I   II                

       I  I   II- - - - - - - - - 1843 2985 SAXIFRAGA CUNEIFOLIA L. 1-5

       I  I   II- - - - - - - - - 1843 4250 LUZULA NIVEA (L.) DC.   1-5

       I  I   II                  1844

       I  I   II- - - - - - - - - 1845 2807 RUBUS SAXATILIS L.      1-6

       I  I   II- - - - - - - - - 1846 2072 LABURNUM ALPINUM (MILL. 1-5

       I  I   I - - - - - - - - - 1847 1667 CALAMINTHA GRANDIFLORA  1-4

       I  I   I                

       I  I   I - - - - - - - - - 1848  568 ADENOSTYLES GLABRA (VIL 1-4

       I  I   I - - - - - - - - - 1848 3464 VALERIANA MONTANA L.    1-6

       I  I   I                   1849

       I  I  II                   1850

       I  I  I                 

 

       I  I  I     I- - - - - - - 1851 2802 RUBUS IDAEUS L.         1-6

       I  I  I     I- - - - - - - 1851 2959 SAMBUCUS RACEMOSA L.    1-6

       I  I  I    II- - - - - - - 1852 1896 EPILOBIUM MONTANUM L.   1-3

       I  I  I    I            

       I  I  I    I       I - - - 1853 1004 SENECIO NEMORENSIS L.   1-6

       I  I  I    I=======I - - - 1853 1005 SENE NEMO SUBS FUCHSII  1-6

       I  I  I    I               1854

       I  I  I    I            

       I  I  I    II- - - - - - - 1855 1931 OXALIS ACETOSELLA L.    1-6

       I  I  I    II- - - - - - - 1855 4518 POLYSTICHUM FILIX-MAS ( 1-6

       I  I  I    II- - - - - - - 1856 4547 ATHYRIUM FILIX-FEMINA ( 1-6

       I  I  I   II               1857

       I  I  I  II- - - - - - - - 1858 3992 FESTUCA SILVATICA VILL. 1-6

       I  I  I  I              

       I  I  I  I  I- - - - - - - 1859 2823 SORBUS AUCUPARIA L.     1-6

       I  I  I  I II- - - - - - - 1859 4254 LUZULA SILVATICA (HUDS. 1-6

       I  I  I  I I - - - - - - - 1860 4491 PICEA EXCELSA (LAM.) LK 1-6

       I  I  I  I I            

       I  I  I  I I  I- - - - - - 1861  959 PRENANTHES PURPUREA L.  1-6

       I  I  I  I I==I- - - - - - 1861 4488 ABIES ALBA MILL.        1-6

       I  I  I  III               1862

       I  I  I  II- - - - - - - - 1863 4312 MAIANTHEMUM BIFOLIUM (L 1-5

       I  I  I  I                 1864

       I  I  I  I              

       I  I  I  II- - - - - - - - 1865  217 LONICERA NIGRA L.       1-5

       I  I  I  II- - - - - - - - 1865 4331 POLYGONATUM VERTICILLAT 1-5

       I  I  I  II- - - - - - - - 1866 1613 RIBES PETRAEUM WULFEN   1-5

       I  I  I  I - - - - - - - - 1867 4514 DRYOPTERIS LINNAEANA CH 1-5

       I  I  I II                 1868

       I  I  I I               

       I  I  I I  I - - - - - - - 1869 1240 DENTARIA DIGITATA LAM.  1-5

       I  I  I I  I - - - - - - - 1869 2691 ARUNCUS SILVESTER KOSTE 1-6

       I  I  I I  I - - - - - - - 1870 2518 ACTAEA SPICATA L.       1-5

       I  I  I I II - - - - - - - 1871 4509 ASPI ACUL SUBS ACULEATU 1-4

       I  I  I I I             

       I  I  I I II - - - - - - - 1872 1241 DENTARIA PINNATA LAM.   1-6

       I  I  I I II - - - - - - - 1872 3946 ELYMUS EUROPAEUS L.     1-5

       I  I  I I=I                1873

       I  I  I I               

       I  I  I I I- - - - - - - - 1874 4508 ASPIDIUM ACULEATUM DOEL 1-5

       I  I  I I=I- - - - - - - - 1874 4511 ASPI ACUL SUBS LOBATUM  1-4

       I  I  I I                  1875

       I  I  I I- - - - - - - - - 1876 1694 LAMI GALE VAR. MONTANUM 1-5

       I  I  I I                  1877

       I  I  III- - - - - - - - - 1878  441 STELLARIA NEMORUM L.    1-6

       I  I  II - - - - - - - - - 1879 4515 DRYOPTERIS PHEGOPTERIS  1-4

       I  I  I- - - - - - - - - - 1880 4516 DRYOPTERIS ROBERTIANA ( 1-5

       I  I  I- - - - - - - - - - 1881  348 MOEHRINGIA MUSCOSA L.   1-4

       I  I  I                    1882

       I  I  I- - - - - - - - - - 1883  741 CIRSIUM ERISITHALES (JA 1-3

       I  I  I- - - - - - - - - - 1884 2291 VICIA SILVATICA L.      1-5

       I  I  I- - - - - - - - - - 1885 2613 RANUNCULUS LANUGINOSUS  1-4

       I  I  I                 

       I  I  I- - - - - - - - - - 1886  155 CAMPANULA LATIFOLIA L.  1-4

       I  I  I- - - - - - - - - - 1886  656 CARDUUS PERSONATA (L.)  1-4

       I  I  I- - - - - - - - - - 1887 3364 MYRRHIS ODORATA (L.) SC 1-6

       I  I  I                    1888

       I  I  I                 

       I  I  II - - - - - - - - - 1889  730 CICERBITA PLUMIERI (L.) 1-5

       I  I  II - - - - - - - - - 1889  983 SENECIO CACALIASTER LAM 1-4

       I  I  II - - - - - - - - - 1890 3904 CALAMAGROSTIS ARUNDINAC 1-6

       I  I  II - - - - - - - - - 1891 1453 EUPHORBIA HIBERNICA L.  1-5

       I  I  I- - - - - - - - - - 1892  789 DORONICUM AUSTRIACUM JA 1-5

       I  I II                    1893

       I  I I - - - - - - - - - - 1894 1751 STACHYS ALPINUS L.      1-3

       I  I I                  

       I  I I - - - - - - - - - - 1895 2502 PIROLA MINOR L.         1-5

       I  I I - - - - - - - - - - 1895 2889 GALIUM ROTUNDIFOLIUM L. 1-5

       I  I I                     1896

       I  I I                   

 

 


            De nombreux petits groupes de plantes de la mégaphorbiée et de la hêtraie-sapinière (lignes 1813 à 1895) peuvent attirer l’attention des botanistes. Par ex., les plantes de la mégaphorbiée typique (lignes 1813 à 1830), les plantes de sous-bois frais (lignes 1838 à 1848), puis celles de la hêtraie-sapinière (lignes 1851 à 1881). D’autres petits groupes de plantes (1887, ou 1892 notamment) semblent être des comportements intermédiaires entre les phytotypes 1850 et 1881.

 

b.3.) Comparaison des phytotypes jumeaux : les tableaux synoptiques

 

Les dendrogrammes résumés des groupes jumeaux sont créés pour chaque niveau de synthèse. Nous présentons ci-dessous (Tableaux 19) trois exemples de comparaison lesquels font apparaître des phytotypes qui n’ont par construction, à un même niveau de synthèse, aucunes plantes en commun. Sous ces dendrogrammes résumés, figurent les plantes discriminantes de chacun des phytotypes (en abrégé, phytons) dont les pouvoirs discriminants cumulés sont arrêtés à 250 pour mille, ainsi que la répartition des phytotypes en comparaison. La liste complète des plantes de chaque phytotype n’est pas présentée ici.

 

Tableau 19.a et Figure 3

Séparation du phytotype n°4516 en deux :

le phytotype n°4351, général, et le n°4515 de 165 plantes des milieux aquatiques.

 

Ce dernier (n°4515) se distingue nettement de toutes les autres plantes par sa distance d’agrégation (voisine de 90%). Il ne présente aucunes plantes discriminantes communes avec l’ensemble n°4351 (valeurs négatives ou nulles). Sa distribution géographique dépend bien évidemment de l’existence des mares, étangs ou rivières échantillonnés. DIS= pouvoir discriminant ; FRQ = fréquence de la plante ; COOC = nombre de co-occurrentes.

 


          NIVEAU  DE  SYNTHESE  NUMERO     1

 

        DENDROGRAMME DES PLANTES    NO   NUMERO    EFFECTIFS DES

                                  SUR LE   DES     PLA       OBS  OBS/PLA

                                  DENDRO GROUPES

                                         RETENUS

10         4 3   2    1        0

    I----------------------------- 4351     1     4352   1876215    431.1

    I----------------------------- 4515     2      165     21435    129.9

    I                              4516

 

 


PLANTES DISCRIMINANTES A L’ EGARD DU PHYTOTYPE NUMERO 4351

  NUM      NOM  DES  PLANTES          PHYTON 4351    PHYTON 4515

                                     DIS  FRQ  COC  DIS  FRQ COOC

 6425  BRACHYPODIUM PINNATUM ( 1-6    25 9068 5472  -12   --   --

 3459  LOTUS CORNICULATUS L.   1-6    15 9818 6294  -15   --   --

 2902  TEUCRIUM CHAMAEDRYS L.  1-6    15 5914 4140   -5   --   --

 4656  SANGUISORBA MINOR SCOP. 1-6    15 6852 5311   -8   --   --

 2929  THYMUS SERPYLLUM L.     1-6    13 6992 5131   -6   --   --

 7442  JUNIPERUS COMMUNIS L.   1-6    12 6232 4784   -4   --   --

 4745  GALIUM MOLLUGO L.       1-6    12 7144 5602   -7   --   --

 6034  CAREX GLAUCA MURR.      1-6    12 7106 4778   -7   --   --

   53  HEDERA HELIX L.         1-6    1211195 5247  -12   --   --

 1462  HIERACIUM PILOSELLA L.  1-6    11 6232 5005   -5   --   --

 6523  DACTYLIS GLOMERATA L.   1-6    11 9488 6194  -14   --   --

 4466  CRATAEGUS MONOGYNA JACQ 1-6    10 9455 4545  -10   --   --

 1452  HIERACIUM MURORUM L.    1-6    10 5869 4403   -4   --   --

 6450  BROMUS ERECTUS HUDS.    1-6     9 5638 4477   -6   --   --

 2453  QUERCUS LANUGINOSA LAM. 1-6     8 4807 3916   -3   --   --

 6612  FESTUCA OVINA L.        1-6     8 6334 5152   -4   --   --

 1714  SOLIDAGO VIRGA-AUREA L. 1-5     8 5926 4411   -4   --   --

 2446  FAGUS SILVATICA L.      1-6     8 9625 3355   -7   --   --

 3394  HIPPOCREPIS COMOSA L.   1-6     8 4597 4306   -3   --   --

 1819  CORYLUS AVELLANA L.     1-6     7 9608 3700  -10   --   --

 4818  RUBIA PEREGRINA L.      1-6     7 4627 3950   -2   --   --

 4480  FRAGARIA VESCA L.       1-6     7 5736 4013   -4   --   --

 

PLANTES DISCRIMINANTES A L’ EGARD DU PHYTOTYPE NUMERO 4515

  NUM      NOM  DES  PLANTES          PHYTON 4351    PHYTON 4515

                                     DIS  FRQ  COC  DIS  FRQ COOC

 7118  LEMNA MINOR L.          1-6     0   --   --   21  876  791

 5841  ALISMA PLANTAGO L.      1-6     0   --   --   15  829 1288

 3009  LYTHRUM SALICARIA L.    1-6    -1   --   --   10 2326 2672

 6799  PHALARIS ARUNDINACEA L. 1-6     0   --   --   10 2049 2355

 6388  ARUNDO PHRAGMITES L.    1-6     0   --   --    9 2104 3131

 2813  MENTHA AQUATICA L.      1-6    -1   --   --    9 2078 2537

 6673  GLYCERIA FLUITANS (L.)  1-6     0   --   --    8 1512 1718

 6984  IRIS PSEUDACORUS L.     1-6     0   --   --    8 1791 2069

 7419  SPARGANIUM RAMOSUM CURT 1-6     0   --   --    7  639  937

 4760  GALIUM PALUSTRE L.      1-6    -1   --   --    6 2950 2596

 7423  SPARGANIUM SIMPLEX HUDS 1-6     0   --   --    6  409  436

  159  MYOSOTIS SCORPIOIDES (L 1-6    -1   --   --    6 2496 2517

 3062  NUPHAR LUTEUM SM.       1-6     0   --   --    6  391  602

  761  CERATOPHYLLUM DEMERSUM  1-6     0   --   --    5  343  293

 3948  POLYGONUM AMPHIBIUM L.  1-6     0   --   --    5  999 1467

 2805  LYCOPUS EUROPAEUS L.    1-5     0   --   --    5 1460 2268

 2177  RORIPA AMPHIBIA (L.) BE 1-6     0   --   --    4  540 1064

 2705  MYRIOPHYLLUM SPICATUM L 1-6     0   --   --    4  332  353

 6959  HELODEA CANADENSIS RICH 1-6     0   --   --    4  310  492

 7387  POTAMOGETON PECTINATUS  1-6     0   --   --    4  328  281

 6221  SCIRPUS LACUSTRIS L.    1-6     0   --   --    4  467  958

 7379  POTAMOGETON LUCENS L.   1-6     0   --   --    3  291  325

 7123  SPIRODELA POLYRRHIZA (L 1-6     0   --   --    3  314  319

 4302  RANUNCULUS FLAMMULA L.  1-6     0   --   --    3 1938 1805

 7383  POTAMOGETON NATANS L.   1-6     0   --   --    3  333  469

 7121  LEMNA TRISULCA L.       1-6     0   --   --    3  310  318

 6663  GLYCERIA ALTISSIMA (MOE 1-6     0   --   --    3  503  949

  222  CALLITRICHE OBTUSANGULA 1-6     0   --   --    3  296  352

 3965  POLYGONUM HYDROPIPER L. 1-6     0   --   --    3  807 1613

 6240  SCIRPUS PALUSTRIS L.    1-6     0   --   --    3 1165 1682

 4094  LYSIMACHIA VULGARIS L.  1-6     0   --   --    3 2035 2386

 7057  JUNCUS SUPINUS MOENCH   1-6     0   --   --    3  616 1122

 5670  SIUM ERECTUM HUDSON     1-6     0   --   --    3  346  763

 6290  AGROSTIS ALBA L.        1-6     0   --   --    2 4874 5343

 5236  VERONICA ANAGALLIS L.   1-5     0   --   --    2  375 1272

 7591  EQUISETUM LIMOSUM (L.)  1-6     0   --   --    2  811 1431

 5840  ALISMA PLANTAGO L.      2-6     0   --   --    2  369  940

 7117  LEMNA MINOR L.          3-6     0   --   --    2  377  561

 7368  POTAMOGETON CRISPUS L.  1-6     0   --   --    2  253  298

 7432  TYPHA LATIFOLIA L.      1-6     0   --   --    2  422 1086

 5578  OENANTHE PHELLANDRIUM ( 1-6     0   --   --    2  277  747

 5307  SOLANUM DULCAMARA L.    1-5     0   --   --    2 1630 2801

 2713  HYDROCOTYLE VULGARIS L. 1-6     0   --   --    2 1089 1381

 5851  SAGITTARIA SAGITTIFOLIA 1-6     0   --   --    2  221  316

 2161  NASTURTIUM OFFICINALE R 1-6     0   --   --    2  347  931

 3064  NYMPHAEA ALBA L.        1-6     0   --   --    2  256  447

 4759  GALIUM PALUSTRE L.      2-6     0   --   --    1 1576 2013

 3008  LYTHRUM SALICARIA L.    2-6     0   --   --    1  978 1943

 7029  JUNCUS EFFUSUS L.       1-6     0   --   --    1 2782 2598

 6983  IRIS PSEUDACORUS L.     2-6     0   --   --    1  800 1553

 6961  HYDROCHARIS MORSUS-RANA 1-6     0   --   --    1  190  373

 2707  MYRIOPHYLLUM VERTICILLA 1-6     0   --   --    1  192  413

 

 


 


 


Figure 3.- Répartition des phytotypes n°4351 (presque toutes les plantes) et 4515, rassemblant les plantes des milieux aquatiques

 

Tableau 19.b et Figure 4

Séparation des phytotypes n°893 et 1586, de respectivement 894 et 694 plantes subméditerranéennes et cultigènes ou rudérales

Sous le dendrogramme résumé, sont présentées les deux listes de plantes discriminantes correspondantes. Là encore on peut noter la presque absence de plantes discriminantes communes aux deux phytotypes. Ils occupent pratiquement le même territoire : c’est leur fréquence relative dans les relevés qui permet de les distinguer.

 


          NIVEAU  DE  SYNTHESE  NUMERO    21

 

        DENDROGRAMME DES PLANTES    NO   NUMERO    EFFECTIFS DES

                                  SUR LE   DES     PLA       OBS  OBS/PLA

                                  DENDRO GROUPES

                                         RETENUS

10         4 3   2    1        0

        I-------------------------  893     1      894    526553    589.0

        I------------------------- 1586     2      694    146672    211.3

        I                          1589

        I------------------------- 2068     3      480    548474   1142.7

        I------------------------- 2471     4      404    421718   1043.9

        I                          2483

       I                           3038

       I  I----------------------- 3295     5      258